» Dubaï n’a pas besoin du guide Michelin, les gens ne veulent plus des menus avec 22 plats « 

11 janvier 2019  0  Non classé
 

signature-food-and-sens Alors même si dans la tête de certains amoureux de la gastronomie l’idée d’un guide Michelin à Dubaï a pu effleurer leur esprit, un bon connaisseur du marché dans les EAU ( Émirats Arabes Unis ), et même mondial s’exprime  » Dubaï n’a pas besoin du guide Michelin « . Dubaï est un marché totalement particulier pour la restauration, la clientèle réside rarement sur place, elle est de passage, elle a un fort pouvoir d’achat, elle voyage beaucoup, elle a besoin de retrouver une ambiance festive et de somptueux décors, la cuisine passant en second, par contre elle est intransigeante sur le rapport qualité/prix.

Evgeny Kuzinle fondateur et associé directeur du groupe hôtelier Bulldozer a confié à Arabian Business que la ville ne disposait pas du nombre suffisant de restaurants gastronomiques pour créer un guide sur cette destination.

«  Pour être honnête, je ne pense pas que nous ayons besoin du Guide Michelin. D’ailleurs je ne vois pas beaucoup de restaurants gastronomiques à Dubaï « , a-t-il déclaré.

Bulldozer Group ( qui appartient à Alexander Orlov ) est connu pour avoir introduit sur place des concepts mondiaux, notamment les restaurants italiens Cipriani et Scalini, mais aussi les restaurants Novikov, les enseignes Café de Monte-Carlo, Toko ( Sydney ), La Petite Maison et La Serre Bistro & Boulangerie, ils ont également crée leur propre concept de restaurant grec sous l’enseigne de Gaia. Le groupe Bulldozer exploite 90 points de vente répartis sur 6 pays.

«  Les consommateurs d’aujourd’hui se détournent lentement des restaurants gastronomiques au profit de restaurants décontractés. Par exemple, moi-même lorsque je voyage, je ne regarde pas dans le Guide Michelin pour savoir où manger. Les gens ne veulent plus de gastronomie extrême avec des menus à 22 plats  » rajoute Evgeny Kuzin.

Bulldozer Group a basé son succès sur la création de restaurants décontractés, plutôt haut de gamme mais festifs, la cuisine y est simple, de bonne qualité et toujours faite avec les meilleurs produits. Cette tendance se généralise bien au-delà de Dubaï, les clients s’intéressent de moins en moins à une cuisine compliquée.

«  Je peux voir cette tendance partout, pas seulement à Dubaï. Partout où les restaurants regorgent de touristes la demandent n’est pas de recevoir une cuisine raffinée, mais plutôt de profiter d’un bon moment, de pouvoir prendre en photo leurs plats, d’avoir des portions généreuses et de profiter simplement d’une cuisine bonne  » rappelle Evgeny Kuzin.

Bulldozer Group devrait développer cette année le concept londonien China Tang sur place à Dubaï.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (50%)
  • Mmmm interessant (25%)
  • Inquiétant (25%)
  • Amusant décalé (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *