Un chef en désarroi s’exprime : « Les reports des charges, c’est du vent. On m’a demandé HIER de payer 50.000 € aujourd’hui ! Ça, c’est la réalité, notre réalité. « 

11 avril 2020  5  Non classé
 

signature-food-and-sens C’est un message diffusé sur le compte Instagram d’un chef parisien à la tête d’un des meilleurs bistrots de Paris, c’est sur ce réseau qu’il a fait part de son désarroi. Les annonces du gouvernement pour soutenir les entreprises auxquelles on a imposé la fermeture sont nombreuses, mais sur le terrain les choses sont différentes … 

Le report des charges sur les salaires, leur annulation même c’est une nécessité pour beaucoup d’entrepreneurs qui sans quoi ne passeront pas le cap de cette crise sanitaire et économique…

Un mauvais jeu s’est installé entre les banques, la BPI et les entrepreneurs – en effet pour obtenir ce fameux prêt de trésorerie qui permettra de soutenir la restauration et d’aider à la réouverture, il faut que les entreprises soient en bonne santé, tous ceux et celles qui avaient déjà des problèmes de trésorerie ne les obtiendront pas …  les banques ne suivent pas pour octroyer les prêts si la capacité de rembourser n’est pas prouvée. 

Voilà ce que le chef Stéphane Jégo a communiqué ce jour :

Le gouvernement promet des prêts garantis par l’État.
Mais plusieurs témoignages prouvent le contraire.
Aux plus fragiles, les banques ont refusé le prêt. Un scandale !
Quelle entreprise n’est pas fragilisée en France ? Après les attentats ? Les Gilets jaunes ? Les grèves ? Et depuis QUATRE semaines la fermeture administrative ?
❗️❗️❗️.
Les prêts sont pour ceux qui n’en ont pas besoin aujourd’hui. 
Des annonces. Et notre détresse. Notre colère !!!
Nous avons tous appris hier que les reports des charges, c’était du vent.
On m’a demandé HIER de payer 50.000 € aujourd’hui ! Ça, c’est la réalité, notre réalité.
Après dix-sept ans chez L’Ami Jean, nous sommes dans le noir. On fait quoi demain ? De nos dix-huit employés qui ont leur vie, leurs enfants, leurs projets ? Et nos fournisseurs ?
.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (90%)
  • Je suis fan (5%)
  • Amusant décalé (3%)
  • Mmmm interessant (1%)

5 réflexions au sujet de « Un chef en désarroi s’exprime : « Les reports des charges, c’est du vent. On m’a demandé HIER de payer 50.000 € aujourd’hui ! Ça, c’est la réalité, notre réalité. «  »

  1. Barnouin

    Restaurant La source du Grozeau
    Aujourd’hui j’attends encore les aides auxquelles je peux prétendre
    Aujourd’hui et depuis le 15 mars je vis avec 0 €mais avec des charges personnelles
    Mon restau…. Il en restera d’aller au restau du coeur !

    Répondre
  2. Duchez

    La restauration des restaurants étoilés à la renommée mondiale ,aux bouchons de Lyon ,aux bistrots de Paris,aux auberges de campagne avec les spécialités locales c’est la France et ses cafés ,du café du coin aux célèbres de Paris c’est l’ambiance de la France

    Répondre
  3. Mosbo

    Je confirme ce que Stéphane Jégo dit… et confirmé par ma banque.. » ceux qui sont déjà en difficulté n’auront pas les crédits pour redémarrer correctement « …et c’est pas normal…et j’entends des gens d’autres milieux dire que les restaurateurs ont beaucoup d’aides et tout ça venant de leur méconnaissance et des médias qui diffusent en boucle..

    Répondre
    1. Olivier

      Je suis restaurateur et a aujourd’hui j ai payé l intégralité des salaires de mes 15 salariés.
      Aujourd hui mon comptable me demande la tva, les caisse de retraite et l l’ursaaf que l on peut décaler.
      Et je n ai pas encore eu mes codes pour le chômage partiel et je n ai pas eu 1 centime depuis le 14 mars ,sachant que tous mes fournisseurs ont été payés.
      Aujourd’hui je me sent délaissé.

      Répondre
  4. Restaurant Brasserie Le Carré Rouge

    Malheureusement le plus difficile reste à venir avec l’avance des salaires fin avril si les prêts promis par le gouvernement ne sont pas débloqués.
    Ensuite c’est l’inconnu…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *