fermeture restaurant

Il ne trouve pas de cuisinier pour travailler à ses côtés, alors il ferme son restaurant

04 juillet 2018  39  Chefs & Actualités DÉNICHÉ SUR LE WEB
 

signature-food-and-sens Cet article montre le malaise qui règne dans les cuisines en France en ce moment, par manque de personnel, beaucoup d’établissements changent leurs formules et même pas mal de restaurateurs sont prêts à mettre la clé sous la porte.

Pourtant il existe de nombreuses solutions notamment travailler autrement, adapter son fonctionnement aux attentes de ses salariés et de ses clients … car certaines maisons ont peu de problème de recrutement … tout cela fera l’objet d’un débat prochainement et d’une chronique ouverte sur F&S.

Lisez ci-dessous l’exemple de ce chef qui installé dans la Creuse, a décidé de jeter l’éponge et ferme son restaurant. 

Source quotidien La Montagne 

EXTRAITS 

Le Moulin Noyé ferme ses portes ce samedi à Glénic. Le chef, Stéphane Marchand, qui n’a pas réussi à recruter de nouveaux cuisiniers, témoigne pour tirer la sonnette d’alarme sur un monde de la restauration qu’il estime être en danger.

Ce samedi, faute de personnel en cuisine, le chef Stéphane Marchand jette l’éponge et ferme le Moulin Noyé, un gros établissement qui nécessite une équipe complète. Soit trois cuisiniers derrière les fourneaux.

pénurie personnel restaurant

Pourtant, tout avait bien commencé pour le jeune chef cuisinier lorsqu’il reprend à 31 ans l’hôtel-restaurant en 2014. Un restaurant dans lequel il officiait déjà derrière les fourneaux depuis dix ans. Au bout de trois ans d’activité, le Moulin Noyé avait pris son rythme de croisière. « On s’en sortait très bien. »

Sans langue de bois, le chef explique qu’il a tout de même eu des candidats mais aucun n’a fait l’affaire. Stéphane refusera de dire qu’ils n’avaient pas le niveau. Non. « Ils étaient diplômés. » Il préfère constater « que les jeunes ne sont pas prêts à affronter le monde du travail. La réalité de la restauration n’est pas celle diffusée dans certaines émissions TV. C’est plus complexe ! »

Moins d’attrait pour la restauration traditionnelle

Le chef décrit aussi des cuisiniers qui n’arrivent plus à supporter les horaires, la pression. « Les jeunes ont de nouvelles revendications en terme de salaires mais surtout d’horaires auxquelles on ne peut pas accéder dans un restaurant rural. »

Stéphane l’a constaté cette année, lorsqu’il a fait passer les examens du BP cuisine à Bourganeuf, tous désiraient travailler en restauration collective pour les repos et les horaires. Aucun en restauration traditionnelle. « Je ne leur jette pas la pierre mais je suis très inquiet pour l’avenir ce métier qui me passionne. »

pénurie cuisinier restauration

Seul en cuisine, il ne peut plus assurer le service

Pourtant, il s’est adapté en fermant au moins le dimanche. Mais sans deux autres cuisiniers à ses côtés, le chef ne peut plus assumer seul le service pour un établissement qui peut accueillir jusqu’à 80 couverts par repas.

« Ces derniers temps, j’ai limité à 15-20 couverts. Et techniquement, je ne vois pas comment je pourrai assurer la saison d’été dans de bonnes conditions. » Si Stéphane Marchand ne s’inquiète pas pour ses serveurs et lui – puisqu’il y a des besoins dans le domaine – il regrette juste qu’un si bel établissement mette la clé sous la porte. Il n’est pas amer. Mais plutôt inquiet pour la profession.

En effet, il explique qu’il n’est pas le seul à traverser des remous. « De nombreux restaurants sont en vente et j’ai un collègue, dans le métier depuis 30 ans, qui se retrouve même à faire la plonge, faute de trouver du personnel ! » La restauration traverse une crise. Il l’attribue à l’époque.

L’Etat ne fait « rien » pour la restauration

Alors, tant pis s’il met les pieds dans le plat, mais Stéphane est en colère. D’après lui, il y a un problème de pouvoir public.

…/… la suite et pour retrouver l’article en intégralité cliquez ICI

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (80%)
  • Mmmm interessant (11%)
  • Amusant décalé (5%)
  • Je suis fan (4%)

39 réflexions au sujet de « Il ne trouve pas de cuisinier pour travailler à ses côtés, alors il ferme son restaurant »

  1. Mathieu

    J’ai quitté la restauration il y a peux non pas part manque de passion, mais parce que au bout 7 ans je ne voyait pas min salaire évolué, j’ai travaillé dans des restaurants semi gastronomique ou etoilés, malheureusement je ne pouvais concevoir d acquérir de plus en plus d’expérience sans voir mon taux horraire changé, je suis passer en boulangerie pâtisserie, pour vous dire les heures ne me font pas peur, sauf que là grâce à mes acquis je touche 600 euros de plus que ce que je touchais en restaurant, regarder peut être de ce côté là messieurs les restaurateurs..

    Répondre
  2. Véronika

    Cela fait 25ans que je me passionne pour une alimentation saine bio et une cuisine sans gluten sans lactose et sans sucre raffiné ajouté… A présent, c’est à la mode… Mon savoir est de conséquence et bien pour les employeurs je suis passée de date… (les charges sont trop importantes) lol
    Je serai ravie de mettre à contribution mon expérience culinaire en partenariat… Quel gâchis que de ne pouvoir transmettre…
    Si parmi les personnes qui lisent ce post ils se trouvent des investisseurs/créateurs je serait ravie de développer un concept:
    « Restauration pour tous…
    Que l’on soit carnivore, marin, végétarien et végétalien se réunir autour d’une table et partager de bons moments…. »

    Répondre
  3. Suzie

    Ce qui m’interpelle dans cet article c’est que ce monsieur a travaillé pendant 10 ans dans ce restaurant et tout allait bien. Il le reprend et au bout de 3 ans il ferme faute de personnel. Pourquoi se retrouve-t-il seul en cuisine? Je crois que ce monsieur devrait plutôt se poser des questions sur son comportement en qualité de patron. S’il est complètement imbuvable le meilleur, le plus travailleur, le plus courageux jettera son tablier.

    Répondre
    1. ARIONAS

      J’ai bien l’impression que sa situation n’est pas si claire que cela …sans me vanter et ce n’est pas le propos mais personnellement je peux envoyer en étant seul en cuisine environ 55 couvert en ayant une carte avec 8 entrée 8 plats et 8 desserts différents(semi gastro, je précise pour éviter certains commentaires) sans les suggestions et plat du jour et la plonge je la fait aussi, mon âge !!! 53 ans ,pour 80 couvert il s’organise avec un garçon de salle et le tour et jouer !!! alors ne me dite pas qu’il doit fermer sont restaurant sous ce prétexte !!!c’est vraiment de la mauvaise foi ou bien il doit être fainéant et imbuvable a la fois, c’est consternant de se servir des médias quand on assume pas ses responsabilitées ,,,

      Répondre
  4. Mahé

    Avant d’alerter, j’aimerai savoir comment mange tous ces gens qui se plaignent de ne trouver personne. Les salariés en restaurations, quand ils le peuvent , préfèreront un patron sympa et qui encourage à un gueulard qui ne montre que ce qui ne va pas.
    Maintenant je ne dis pas que le patron présenté fait partie des grognons, je dis juste qu’avant de se plaindre, il est bon d’en balaiyer devant sa porte.

    Répondre
    1. Boucher

      Vous avez bien raison Les stages en cuisine sont tellement difficile et parfois même très virulent ils sont maltraités mal considéré toujours sous pression faut comprendre un peu le futur salarié qui est sans arrêt remis à sa place aujourd’hui il y a des Métiers plus facile et qui paye plus et qui demande pas beaucoup d’efforts comme par exemple politicien

      Répondre
  5. Fazzo

    Salut à tous ! Mon point de vue est facile car j’ai arrêté en décembre ma carrière de cuisinier, mais ceci dit voici ce que j’en pense aujourd’hui…
    J’aurais du me sortir les doigts !! Passer des coups de fils, rester en contact avec tous les cuisiniers géniaux avec qui j’ai eu la chance de bosser et SURTOUT ceux qui pensent comme moi (je ne dis pas que je pense bien, je dis juste qu’il est préférable de bosser avec des collègues réglé sur la même vision des choses), et ouvrir un restau tout simplement car c’est simple, car c’est même possible de s’en sortir avec un 1800/mois (net) étant ouvert que le midi et en semaine, peut être pas au début mais qui dit bonne équipe dit pérennité, no stress, et même l’effet inverse : aller au taff avec le gros smile ! Le client s’en branle de la petite perle rouge de réduction de truffe à la graisse de thon rouge si l’ambiance n’est pas la, si ça ne respire pas la famille dans l’équipe.
    Puis dernière chose, sodexo arrivent à faire plus d’un million de couvert / jour rien qu’en France, en étant fermé sur 90% de leur site au service du soir.
    Faut juste arrêter de penser vieille école, si vous avez un vie de famille et une passion, alors tranchez la patate en deux 🙂
    Ps: inutile de me demander la recette pour la perle rouge. …)
    Courage !

    Répondre
  6. tourais

    moi 44 ans de métier comme chef des cuisines je sais que a mon époque j’avais des salaires que je négocier nourri loger blanchi actuellement j’ai encore des offres qui ne sont plus comparable. le problème est la vie de famille avec 2 services .les jours de fetes les Noel et les salaires les heures qui ne sont pas fixe en raison de clients qui arrivent au moment du départ moi je faisais+ de 56 heures je comprend que les jeunes se détournent de la profession pas de samedi soir avec les copains ni copines les dimanches ect

    Répondre
    1. Cédric Matagne

      Vous dites faire 56 heures/ semaine, et si je vous dis que j’en fais 74 heures / semaine en t’en que jeune de 24 ans et en t’en que cuisinier bien-sûr.
      Belges de la région Liégeoise.
      Je ne me plains absolument pas de mes horaires, je n’ai que mon Mardi de libre car dans le métier, nous savons que les horaires sont dur à adapter. Nous sommes ouvert 7 jours sur 7 et ça avec le service de Midi et le service du Soir. ( équipe de 4 en cuisine )
      Et je travaille depuis ma sortie d’école ( 18 ans ) vous me direz que je suis encore jeunes mais le coup est quand même là… Mais quand on aime ce que l’on fait, on sacrifie le temps de repos et on travaille car c’est ce qui nous maintient de bonne humeur.

      Répondre
    1. Riviere Julie

      Bonjour,
      Je recherche sur Paris un demi chef de partie en gastronomie repos dimanche lundi, mardi matin ,et mercredi matin,créatif , ambitieux ,manager , possibilité dévolution selon le profil , et compétences , poste sérieux , et stable.

      Répondre
  7. Rosa

    60H Par semaine et i/2 journée de repos (mais jamais la même) donc impossible de caler des rdv médicaux ou administratifs, un salaire de misère et une conduite inqualifiable par certains patrons en cuisine …. Il ne faut pas être  » étonné » aujourd’hui du manque cruel des jeunes pour la restauration….Quand les services du soir se terminent après les transports en communs …et qu’il n’y a pas de possibilité de logement sur place, on ne peut pas dire que cela soient des CONDITIONS OPTIMUM de TRAVAIL !!!!

    Répondre
  8. Mila

    J ai vu la même chose en Suisse. Il ne faut pas s en étonner qd on voit les salaires presque de misère qui sont payés. 4000 fs brut ne permettent pas de louer u appart payer 1 pension les assurances obligatoireset vivre modestement. Je n ai rien contre les frontaliers tout le monde doit gagner sa vie mais vous pourrissez le marché du travail en acceptant d être sous payés par rapport au niveau suisse.

    Répondre
  9. christophe cantrelle

    il faut a une moment arreter de pleurnicher…… on recolte ce que l’on seme. Des horaires de fou ( 50h payé 35) pas de vie de famile, des encadrants qui traite mieux leur chien. J’ai 25 ans de metier bah des que vous voulez une vie de famille vous passer a autres choses. La solution et simple le travail en equipe du midi ou du soir.

    Répondre
  10. Dehem derancy

    Bonjour chef ,
    Je suis âgée de 18ans je viens d’obtenir Mon bac cuisine j’ai effectuer de nombreux stage chez les plus grand Comme Anne Shopi pic si ma candidature vous intéresse contacter moi par mail merci d’avance
    Axel0308@outlook.fr

    Répondre
  11. Putman

    Bonjour

    J’ai travaillé dans la restauration pendant 15 ans et le problème c’est quand on commence à avoir une vie de famille cela deviens difficile de rester car les heures de travail sont plus haute que prévu et surtout en service couper car je considérer que je bosser 14h par jour certe une pause de 2h30 mais le temps de rentrer d’aller chercher les enfants et et manger on peut déjà repartir donc j’avoue que le problème et pour moi l’horaire de travail et surtout le salaire (beaucoup de profit).

    Je dit que la restauration fermera pas dans l’avenir mais j’espère qu’une autre adaptation au travail seras faites neanmoins l’aide du gouvernement (un service au lieu de deux) sa seras plus facile pour tout le monde.

    Car je dois avouer que beaucoup de restaurant abuse du personnel a faire des journées non stop et malheuresement ca ne dure qu’un temps.

    Voilà mon avis

    Répondre
  12. Michel daigle

    Je suis du quebec j ai mon diplome et cela fait 30 ans et plus que j aime la cuisine
    Mais le gouvernement en demande trop très exigeant et les visas pas trop invitant
    J ai a coeur de partir du quebec

    Répondre
  13. GARCIA Michelle

    Bonjour. Mon fils est cuisinier. Il cherche du travail. Pour le moment, il est en CDD, alors, je vous laisse mon numéro : 06.62.79.92.32.. Merci.

    Répondre
  14. merger

    pour moi qd on est chef on jette pas l’éponge c trop facile de dire que c un manque de personnel car avec les moyen et la patience du personnel il y en à et faut pas etre difficile surtout pour un chef il à besoin que de second

    Répondre
  15. Citoyenne bleu blanc rose

    Cela fait déjà bien longtemps que la France n’est plus un pays pour les travailleurs et autres honnêtes gens.

    Que ce Chef aille ouvrir un restaurant dans un pays qui ne le saignera pas aux quatre veines.

    Qui, aujourd’hui, veut/peut travailler comme un forcené pour ne même plus pouvoir vivre décemment à cause de l’inflation pharaonique que l’€uro a apporté ???

    TOUT a été multiplié par 6+++ SAUF les salaires !!

    La classe moyenne a totalement disparue, est devenue modeste, voire très modeste, et les gens survivent plus qu’ils ne  »vivent ».

    La restauration est un univers qui demande beaucoup trop de sacrifices pour bien peu de reconnaissances et plus personne ne veut/peut le supporter pour gagner juste de quoi se loger et payer ses factures.

    L’URSAFF et compagnie sont les grandes faucheuses des commerces et des artisans.

    Et en même temps… plus de 50% de débiles mentaux continuent à voter pour les fossoyeurs de la France et des français !!!

    Répondre
    1. birot

      ne mélangez pas tout . Le problème c’est que les gens ne veulent plus travailler quand les autres sont en vacances ,veulent des sdalaires d’ingénieurs avec des horaires de fonctionnaires ou d’enseignants

      Répondre
      1. maniacarpe

        FOUTAISES. Les gens veulent bien travailler quand les autres se reposent, mais trouvez vous normal que cela ne mérite pas une certaine compensation?
        Est-ce que vous savez combien d’heures font les gens de la restauration, et quel est le montant du salaire? Il y en a pas mal qui bossent pour 5 ou 6€ de l’heure, ce n’est pas légal, mais personne ne dit rien.
        De plus, quand vous n’avez pas de bol, vous vous retrouvez à bosser pour un connard.
        Si ils ne peuvent pas payer leurs employés correctement, sans les voler, c’est que leurs affaires ne sont pas viables, et c’est très bien qu’ils déposent le bilan.
        Seuls les bons resteront en course.

        Répondre
          1. YVETTE OTT

            BRAVO MONSIEUR
            C’est désolent de voir les insultes .
            et moi personnellement je ne supporte pas les insultes c’est un manque de respect envers autrui
            Je suis entièrement de votre avis ;de supprimer les gros mots !
            Cordialement
            Y O

  16. Capocci

    J ai fait 10 ans de restauration, 10 ans de sacrifice et deux séparation et surtout un gros manque de reconnaissance financière, trop d abus, dernier exemple d un ami : 250h …. payée 185h…. il est là le malaise

    Répondre
  17. Tossavi

    Salut, Moi c’est Médard, cuisinier pâtissier chef de parti d’une quinzaine d’expérience souhaiterais travailler à tes côtés. C’est inadmissible qu’un tel resto soit fermé manque de cuisiner. Ton initiative est salutaire et courageux d’où je suis déterminé à mettre mon savoir faire au profit de la maison.

    Répondre
  18. Laure

    Un autre problème c’est ce que disent les professeurs dans les écoles qui sont bien loin de la réalité.
    J’avais 16 ans et on nous disait en 1970 que si on ne nous donnait pas un salaire de 6000 francs il ne fallait pas accepter.
    Heureusement que je n’ai pas écouté ce conseil car je n’aurais jamais travaillé.
    Le gros problème du travail aujourd’hui ce sont les charges que prennent l’état et de ce fait les employés sont sous payés.
    Pour infos à ce qui ne le savent pas pour un salaire Brut il y a 65 % de charges minimum (charges patronales + charges salariales) du coup le patron doit débourser ces sommes pour l’état et je n’ai pas ajouter les 10 % des impôts sur le revenus qui vont venir en plus.
    Vive la France

    Répondre
    1. christophe trémélo

      les charges patronales cela n’existe pas, vous voulez sans doute parler du salaire différé qui sert à payer la maladie, la retraite, le logement, etc…

      Répondre
  19. Benoit Patricia

    le problème est que le personnel n’est pas payer à sa juste valeur ! les jours fériés sont payer en jours normaux ! non récupérer il n’y a pas d’heures supplémentaires de payer ni récupérées ! aucune gratitude ni respect des patrons pour eux c’est normal ! on fait notre job ! et lorsque que l’on est en maladie d’urgence on vous le reproche ! on vous enlève de votre poste et vous met a 1 poste où vous devez faire 3 poste en 1et tout ça pour le même salaire se faire traiter de sous merde etc et vous trouvez ça encore normal de ne pas trouver DE PERSONNEL MAIS MOIJE NE VEUX PLUS JAMAIS TRAVAILLÉ EN RESTAURATION

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *