Disparition de Robert Labeyrie –  » il partageait avec André Daguin la paternité du Magret de canard « 

23 juin 2020  0  Non classé
 

signature-food-and-sens Pour beaucoup de Français ce n’était pas un visage mais un nom, une marque bien française, LABEYRIE est synonyme de foie gras, de saumon fumé, de magret de canard. Robert Labeyrie était l’exemple même de l’entrepreneur parti très jeune de rien pour créer une entreprise qui deviendra une marque venue s’ancrer dans la mémoire collective. Il était dans le sud-ouest aussi l’exemple d’une réussite régionale.

Source France3

Les hommages se succèdent après la disparition de Robert Labeyrie ce lundi 22 juin, peu avant ses 97 ans. Le Landais avait révolutionné la production et la distribution du foie gras et du saumon fumé. Des produits de luxe que le Landais a mis à la porté de tous. 

 » Avec le décès de Robert Labeyrie disparaît l’une des plus grandes figures landaises du monde de l’entreprise. « . Ce sont les mots de Xavier Fortinon, Président de Conseil Départemental des Landes à la mi-journée, ce lundi 22 juin. 
Acteur majeur de l’économie landaise, Robert Labeyrie a gravé son nom de famille dans le quotidien de nombreux Français. Né à Saubusse, dans le sud des Landes, fils d’ouvrier du chemin de fer, Robert Labeyrie a été le premier à démocratiser le foie gras et le saumon fumé en pénétrant le monde de la grande distribution.

De ses débuts sur le marché des Capucins à Bordeaux, Robert Labeyrie a réussi à bâtir un véritable empire dans sa région natale du sud des Landes. Pour cela, il va révolutionner la production de canard gras. 
Autrefois saisonnière, c’est cet entrepreneur hors pair qui réussit à organiser la filière pour fournir du foie gras toute l’année. Il fonde le CIFOG ( Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras) avec d’autres grandes figures landaises comme Jacques Castaing.
Marie Pierre Pé, Directrice Générale du CIFOG rajoute: «  Robert Labeyrie a donné à son entreprise son essor en portant haut les couleurs de la gastronomie française avec une des plus belles marques nationales de notre filière. Il a été souvent précursseur d’innovations comme le magret dont qui il partage la parternité avec André Daguin. » Un  pari osé, à l’époque, pour ce morceau de canard destiné uniquement au confit et devenu l’un des mets préféré des Français.

Natif des bords de l’Adour, il s’inspire du travail de ses grands-parents pour fumer les saumons, autrefois nombreux dans le fleuve. Ce visionnaire écoule sa marchandise dans ses boutiques, mais c’est en s’associant à la grande distribution naissante qu’il va marquer le monde économique et la société de consommation. 
 partir des années 60, la production de l’usine de Saint-Geours-de-Marenne est présente dans tous les supermarchés de France. 

Les produits gastronomiques de luxe landais vont conquérir le monde entier. Un parcours comme il en existe peu pour un homme parti de rien.
D’une génération différente, François Lafitte avait pu cotoyer l’homme d’affaires: « C’est l’exemple même de l’entrepreneur parti très jeune pour créer une entreprise de A à Z. L’exemple même d’une réussite régionale. Nous sommes toujours très fiers de parler du groupe Labeyrie qui est reconnu dans le monde de l’agroalimentaitre au niveau international. »

En 1978, Robert Labeyrie cède son empire (jusqu’à 700 salariés) au groupe Suez. Son nom est toujours associé aux nombreux produits gastronomiques, en rapport ou non avec le département des Landes. La marque Labeyrie appartenant aujourd’hui au Groupe Labeyrie Fine Food.

Passionné d’art contemporain, Robert Labeyrie était aussi connu pour sa collection d’œuvres qu’il avait fait fructifier au fil des décennies. 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *