Bruit de Table est allé à la rencontre d’ Alain Ducasse :  » Aujourd’hui je suis directeur artistique « 

07 décembre 2016  0  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens Le site – Bruit de Table – est allé à la rencontre du chef Alain Ducasse au Meurice à Paris, il est rare de voir le chef aux multiples étoiles s’exprimer sur son parcours et son histoire depuis son démarrage tout jeune en famille.

Les 4 chefs qui ont marqué son parcours :

Michel Guérard :  » C’est la créativité, une créativité assises sur un solfège, la musique l’interprétation, elle a des bases. Nous sommes en 1976, c’est le début de la nouvelle cuisine, c’est le début où nous sommes aujourd’hui, c’est juste et à peine 40 ans. Michel c’est une ouverture d’esprit. « 

Alain Chapel :   » La rigueur, le geste, la discipline culinaire, c’est plus tard, c’est la cuisine d’Alain Chapel. « 

Roger Vergé :  » l’organisation d’une cuisine c’est Roger vergé  » …  » 

Gaston Lenôtre : «  L’apprentissage de la pâtisserie, c’est Gaston Lenôtre « 

 » J’ai eu la chance de les faire, les uns après les autres et de m’enrichir d’expertises et d’expériences diverses et variées. « 

Alain Ducasse

BRUITS DE TABLE – Alain Ducasse –

Alain Ducasse est à la fois omniprésent et rare.
Omniprésent à travers un groupe international qui cumule les étoiles, entre restaurants gastronomiques, bistrots et brasseries, qui fédère les belles maisons au sein de la chaîne Châteaux & Hôtels Collection, qui s’intéresse aussi à la transmission, du savoir-faire avec une école, et du savoir avec une maison d’édition. Sans compter son implication dans le Collège Culinaire de France, dont il est co-fondateur, et dans la défense et illustration de la gastronomie française dans le monde, notamment par le biais de l’opération Goût de France/Good France.
Mais il est aussi relativement rare dans les médias, observant avec gourmandise les nombreux fantasmes qu’il suscite, sur son pouvoir et ses projets, réels ou supposés. Après tout, on ne prête qu’aux riches.
Bruit de Table est donc particulièrement fier d’avoir pu converser longuement avec lui, hors de toute actualité, pour recueillir la parole d’un homme qui tient une place de choix dans le monde de la gastronomie. Il parle de sa première bûche de Noël, de son premier poste de chef, de ses maîtres, de la transmission, du management, de la violence en cuisine. Il encourage surtout à cultiver sa différence et vante « l’énergie de l’incertitude ». « Plus je vois, moins je sais », tel est son mantra. On le fait nôtre.

Ducasse

Ce premier film sera suivi d’un entretien à deux voix entre Alain Ducasse et Jocelyn Herland, son chef au Meurice. Restez connectés.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (67%)
  • Inquiétant (33%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *