Sébastien Demorand – un jour de 2004, il a lancé le mot « Bistronomique », depuis le terme est entré dans le langage usuel

22 janvier 2020  0  Non classé
 

signature-food-and-sens Depuis l’annonce hier du décès du journaliste Sébastien Demorand, de nombreux témoignages animent les réseaux sociaux et la presse. Le journaliste a pendant longtemps secoué le monde de la restauration, du Fooding à Omnivore il a participé à un mouvement qui a changé la physionomie de la restauration française et influencé le monde entier.

Alexandre Cammas s’est exprimé sur le site du Fooding, il a alors expliqué comment Sébastien Demorand a inventé le terme « bistronomie ou bistronomique  » en 2004, contraction de bistrot et gastronomie, qui a fait légion depuis pour désigner une cuisine à la fois savoureuse, conviviale et abordable.

AVEC TOI, GRÂCE À TOI, SEB, ON Y ÉTAIT !

On n’a pas souvent l’occasion d’assister en direct à un grand événement, historique et, surtout, joyeux.Celui-là, on te le doit.On y était ! Automne 2004, au café Etienne Marcel, on y était avec toi, Julia Sammut, Catherine Roig, Emmanuel Rubin, et plein d’autres.Tout le jury Fooding réuni pour décerner des prix aux adresses de l’année… A la chasse aux intitulés loufoques, tu n’étais pas le dernier… Le resto qu’on n’arrivait pas à craquer, rappelle-toi, c’était Mon Vieil Ami… Sorte de taverne moderne sur l’île Saint-Louis, avec table d’hôte et cuisine bistrotière téléguidée depuis l’Alsace par le grand chef Antoine Westermann… Ce n’était pas un bistrot, ce n’était pas un gastro… Ce devait être le « prix Fooding du meilleur… », oui, mais du meilleur quoi ?!Et puis subitement, l’air de rien, tu nous sors ça : « … du meilleur bistronomique ? » J’entends encore le point d’interrogation qui conclut ton idée… Avec Emmanuel, on s’est regardés… « Pas mal,bistronomique ! On l’a les gars ! » Fatalement, on est ensuite passé à un autre prix, un autre intitulé, qui n’aura pas eu la même destinée, et certainement pas fait le tour du monde comme ton « bistronomique ». Il me semble qu’après, on n’en a plus reparlé, on a tous oublié. Toi le premier…Pas calculateur pour deux sous, ton mot de génie, tu l’as laissé vivre sa vie… Dans le palmarès du guide Fooding 2004, dans les chroniques occasionnelles de tes potos critiques gastro… Pas plus. Si bien que quelques années plus tard, quand j’ai vu paraître un livre de recettes bistronomiques qui ne te citait même pas, j’ai proprement halluciné. A la faveur d’un article dans Match, j’ai tenté de remettre les pendules à l’heure, mais à l’évidence, ta générosité naturelle coiffait sur le poteau ton sens de la propriété. Toutes nos pensées vont à ta famille, à Elodie, à tes enfants, à Nicolas, à tes ami.e.s. Mon cher Seb, tu vas nous manquer. Toi qui embrassais tellement, on t’embrasse à ta sauce, bruyamment – comme on slurpe les ramen.

Alexandre Cammas et le Bureau du Fooding

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *