Les restaurateurs n’en peuvent plus de ces mesures sanitaires incohérentes imposées par un gouvernement qui a perdu tout sens de la réalité

24 septembre 2020  1  Non classé
 

signature-food-and-sens Les restaurateurs en ont RAS-LE-BOL de subir les incohérences et de non-sens d’un gouvernement qui d’un côté ne fait pas respecter les règles, et de l’autre se comporte comme des irresponsables.

« N’oubliez pas Messieurs et Dames les politiques, les Députés, les Ministres, les membres du Conseil Scientifiques, ce sont nous les artisans qui contribuons par nos taxes et nos charges à vos rémunération !  » indique un restaurateur de Marseille au bout du rouleau.

C’est toute la chaîne alimentaire qui sera encore impacté par ces nouvelles règles sanitaires imposées par les préfets inféodés à leurs territoires qui deviennent de vrais fossoyeurs de la restauration, de l’hôtellerie, des traiteurs, des bars ….

Le chef parisien Stéphane Jégo qui toujours été dans le combat pour défendre la profession, notamment pendant le confinement, s’est exprimé aujourd’hui … retrouvez son message qui traduit bien l’avis de beaucoup de professionnels –

STOP A L’ACHARNEMENT !!!

Encore une fois, le gouvernement a décidé de condamner les bars et les restaurants. C’est à croire que nous sommes les uniques lieux de circulation du virus. 

À qui profiteront ces mesures ? En quoi fermer un bar à 22h au lieu de 23h va-t-il inverser la courbe ?

Ces mesures ne serviront qu’à nous ruiner et à nous condamner au chômage.

De l’équité, de l’égalité : c’est ce que nous demandons.  De la cohérence aussi.

Nous sommes encore en train d’encaisser le choc de la fermeture de mars. Et cette fois, nous dirons « NON ».

Les bars et les restaurants pèsent autant sur le PIB que les grands groupes agro-alimentaires. Nous ne sommes peut-être pas fédérés mais nous sommes tous unis par notre colère face à une fermeture injuste.

C’est au-delà de la crise sanitaire. C’est une crise financière devenue identitaire. Il s’agit de défendre l’identité culturelle française. Le bistrot du coin, le café du coin, le petit producteur, la richesse de nos terres et notre patrimoine.

Que voulent-ils ? Des petits commerces avalés par des grands groupes ? Un paysage gastronomique uniformisé, sans goût ni identité ?

Des fonds d’investissement asiatiques rachètent en ce moment à tour de bras des restaurants ruinés, asphyxiés par ces mesures injustes car non appliquées à tous. Ce n’est pas un fantasme d’un parti d’extrême, c’est une réalité de terrain. Plusieurs ont été approchés, certains ont signé.  

On essaie de survivre. SUR-VIVRE ! Au mieux, nous sommes à 50% du chiffre d’affaires. Certains ont décidé de rogner sur la qualité des produits pour payer le loyer. D’autres n’ont même pas encore rouvert. Six mois après !!! Pourquoi ? Parce que restaurants et bars ont été désignés comme les seuls responsables de cette pandémie.

Qui va prendre en charge nos pertes fixes ? Nos loyers ? Nos pertes d’exploitation ?

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (88%)
  • Je suis fan (6%)
  • Amusant décalé (4%)
  • Mmmm interessant (2%)

Une réflexion au sujet de « Les restaurateurs n’en peuvent plus de ces mesures sanitaires incohérentes imposées par un gouvernement qui a perdu tout sens de la réalité »

  1. André Cochet

    Je pense que si les mesures sanitaires ne sont pas respectées c’est parce que un trop rand nombre d’entre nous, citoyen de base, nous en moquons. Nos habitudes d’individualisme s’opposent à la moindre discipline. Comment avoir les moyens de verbaliser 1/3 des français? Je ne peux prendre le métro sans voir des gens qui ne portent pas correctement le masque (en général au moins 3 par voiture en dehors des heures de pointes. Les jeunes filles autant que les garçons qui njouent au dur. Ce matin en 10 minutes entre 11 heures et 11 heures 15, une vingtaines de « réfractaires »sur 600m de trottoir, vendredid detrnier, au marché, la majorité des vendeurs sans masque (ou masque en pendentif) . Le seuls que je voi presque unanimement discipliné les vieux de ma génération (87 ans!), discipline collectice bien vécue par la quasité totalité des participants : à l’église pour la messe dominicale.
    Triste à dire , collectivement nous méritons ce qui nous arrive, e qui ne m’empêche pas de partager la détresse de professions entières. Encore quelques semaines et on pourra applaudir au balcon ceux qui se batteront en première ligne, il aurait mieux vallu y penser en juillet et aout!

    Répondre
  2. Ping : Les restaurateurs dénoncent les mesures sanitaires du gouvernement qu'ils jugent incohérentes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *