La plupart des pommes de terre de l’Île de Noirmoutier arborent désormais un label rouge

30 mars 2019  0  Non classé
 

signature-food-and-sens La coopérative agricole de Noirmoutier, qui rassemble la quasi-totalité des producteurs de pommes de terre de l’Île, arbore désormais un label rouge signe de qualité sur ses étiquettes. Elle va aussi lancer des patates « zéro résidu de pesticides » et vise des emballages sans plastique. 

Les deux genoux au sol, les mains dans la terre. On agrippe les fanes, on arrache le tubercule, qu’on dépose délicatement dans une cagette : « La récolte à la main, c’est essentiel parce que la patate de Noirmoutier est très fragile », explique Laurent Damour. Il est l’un des 28 producteurs de patates de la coopérative agricole de Noirmoutier, qui vient de lancer sa saison de récolte

Les premières pommes de terre de l’année commencent à être récoltées sur l’Île, le lancement d’une saison qui court jusqu’à fin août. Chaque jour, 20 tonnes de pommes de terre sont récoltées, lavées et expédiées. On les retrouve dans les supermarchés locaux et à Rungis « le lendemain de leur sortie de terre », assure Nicolas Paille, le directeur de la coopérative. 

La pomme de terre de Noirmoutier a obtenu le label rouge en novembre dernier. Les patates actuelles sont donc les premières à pousser sous ce signe de qualité, et « les premières apparitions du label sur les emballage se feront à partir du 8 avril », explique Nicolas Paille. Pour l’IGP, « il faut encore régler des détails avec l’Union européenne à Bruxelles », mais cela devrait arriver sans tarder. 

On a parlementé longtemps sur le label rouge, parce que vous avez affaire à des Îliens, on ne voulait pas changer notre savoir-faire ancestral »Nicolas Paille

La coopérative va également lancer, à partir de juin, une gamme « zéro résidu de pesticide », mais « notre technique qui consiste à planter et récolter à la main une grande partie des pommes de terre fait qu’on en était déjà arrivé à ce résultat. Il fallait juste le faire reconnaître officiellement », assure Nicolas Paille. 

La coopérative compte produire 12.000 tonnes de patates cette année. Elle emploie 40 équivalents temps-plein sur une trentaine d’exploitations, et recherche de la main d’oeuvre pour le ramassage à la main. Une trentaine de poste de saisonniers sont à pourvoir jusqu’à mi-mai, auprès de la communauté de communesRenseignements au 02 51 39 32 18

 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *