Punchline de Périco Légasse contre le burger :  » Ça me fait mal culturellement que l’on s’aligne sur cette américanisation, ce que j’appelle moi la McDonalisation de la société française « 

03 août 2016  1  Dossiers F&S
 

signature-food-and-sens Le Burger est-il définitivement entré dans le patrimoine culinaire français ? … c’est la question qui a été posée entre autres au journaliste et chroniqueur gastronomique Perico Légasse sur France Inter ce mardi 2 août… qui a failli créer un clash dans l’émission, arrivant même à installer un malaise dans l’émission.

Le Débat du Midi par Thomas Chauvineau

France Inter

En France on a jamais été aussi Américain en terme de FOOD

Au cours du débat 4 intervenants autour de la table, c’est la première fois que le burger se positionne avant le jambon/beurre sur le marché de la restauration rapide en Métropole.

L’arrivée de Five Guys, l’enseigne de burger américaine favorite du Président Obama crée depuis quelques jours l’évènement au pays du saucisson et du pâté en croûte. Ils viennent d’ouvrir leur première enseigne à Paris ce 1er août 2016.

Le Fast Casual, c’est une grande tendance de la restauration venue des États-unis qui s’est rapidement imposée en France, c’est le principe d’une restauration rapide tendance et presque chic.

On ne compte plus les enseignes tendance qui se sont spécialisées dans le burger ( Big Fernand et son hamburgé par exemple ), même les grands chefs les mettent à la carte.

Le nombre d’enseignes de la restauration rapide a plus que triplé en France, on est passé de 9 000 à 39 000. Les Français consomment en moyenne 14 burger par an et par personne, 20 au Royaume-Uni, 30 aux États-Unis et 37 en Australie ( mais en Australie, ce sont essentiellement des burgers de poulet qui sont consommés ).

Périco

Périco s’emballe au micro !

 » Ça me désole, en même temps le burger comme les autres spécialités internationales… manger un pizza à Naples c’est un bonheur. Manger un burger artisanal fait avec un pain frais, de la viande artisanale, et des légumes frais, c’est un plat, il est aujourd’hui à la carte de grands cuisiniers français, ce n’est pas ça qui me pose problème «  indique le journaliste. 

 » La cuisine français a toujours été une juxtaposition d’influences extérieurs, qui sont venues constituer cet espèce de terreau… si on s’en était tenu à la cuisine française d’origine on serait encore au temps de Racine et des Gaulois. Donc n’ayons pas peur des influences étrangères, mais c’est ce quelles deviennent sociologiquement  » s’exclame Périco Lagasse.

«  Et aujourd’hui le burger, le hamburger, on va citer la marque le McDo, c’est l’avilissement par le bas de nos moeurs alimentaires, qui de plus est sur des bases nutritionnelles extrêmement dangereuses et extrêmement nocives ! « 

 » Ça me fait mal culturellement que l’on s’aligne sur cette américanisation, ce que j’appelle moi la McDonalisation de la société française, c’est à dire l’édulcoration, ce que l’on fait rentrer dans nos meurs alimentaires, c’est du gras facile et du sucre facile de façon industrielle et mercantile  » …

 » Et maintenant les grands chefs se disent il faut suivre ce courant, cet espèce de suivisme, et nous on va faire un hamburger un peu moral, qui aura de la qualité, de l’origine, du terroir, je trouve ça aujourd’hui où on défend notre patrimoine culinaire, où nos paysans crèvent, où notre patrimoine … je trouve ça totalement dommageable. « 

Perico

Punch Line de Périco contre le burger  » aussi terrifiant que nos attentats ! « 

 » Et d’avoir aujourd’hui le burger qui s’installe dans notre patrimoine alimentaire à la place du jambon/beurre, Je trouve ça aussi terrifiant, aussi terrifiant, à une autre échelle que l’actualité tragique qui nous frappe depuis quelques mois. « 

 » Si parce que c’est un changement des moeurs, comprenez ça rend les gens malades, aux États-Unis on sait médicalement parlant que cette consommation, cette forme d’alimentation, le gras, le mou-doux … puisque l’on utilise même plus les mâchoires … qui fait appel aux instincts alimentaires les plus bas, il n’y a aucune substance aucune complexité, on mange ça de façon absolument monstrueuse, on s’en baffe, ça provoque des maladies au plan nutritionnel… « 

 » La gastronomie et l’alimentation humaine doivent aller vers le haut, vers la protection de l’environnement, vers l’origine, vers le respect des saisons, vers le respect des travailleurs, des paysans… / … on infantilise la masse de notre société en lui faisant manger des gâteaux et des produits sucrés et gras qui n’appellent absolument pas le sursaut alimentaire dont on a besoin aujourd’hui pour sortir notre planète du marasme vers lequel elle se dirige !… C’est un fléau ! « 

Pour écouter l’émission dans son intégralité cliquez sur le LINK

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (50%)
  • Inquiétant (25%)
  • Mmmm interessant (17%)
  • Amusant décalé (8%)

Une réflexion au sujet de « Punchline de Périco Légasse contre le burger :  » Ça me fait mal culturellement que l’on s’aligne sur cette américanisation, ce que j’appelle moi la McDonalisation de la société française «  »

  1. Pierre Garcin

    McDonald’s France environ 5 milliards de CA et 1300 restaurants en France.
    Bertrand fait le plus gros pari jamais vu dans l’industrie avec BK/Quick.

    En attendant les bistro ferment les un après les autres depuis 30 ans quand il ne se mettent pas à faire des burgers…

    Seul TM à 30/50€ font de la résistance à Paris avec des Septime & co.

    Pour paraphraser un article du monde « à quand un gros mac ? »
    Probablement jamais, probablement pas moins pire qu’un hamburgé #bigfernand.

    Vive la France Vive la république :p
    #laFranceTuLaimesOuTuLaQuittes

    Répondre
  2. Ping : Carlo Pietrini "La gastronomie peut et doit être l’instrument d’un changement !" - Food & Sens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *