Le Qatar a trouvé la solution pour disposer de lait et de viande !

13 juillet 2017  0  Non classé
 

signature-food-and-sens Quand on vous dit que notre monde ne tourne pas rond ! À cause de l’embargo le Qatar fait venir des vaches d’Europe pour produire le lait et la viande nécessaires au petit état parmi les plus riches du monde. On ose même pas imaginer le prix de revient du litre de lait, surtout dans un pays où l’herbe ne pousse pas et où donc pour nourrir le bétail il faudra aussi importer l’herbe et l’eau pour les faire boire !

Le premier troupeau de vaches a voyagé mardi à bord d’un avion cargo de Qatar Airways et est arrivé au Qatar pour y produire du lait destiné à atténuer les effets de l’embargo, imposé à ce riche émirat gazier par ses voisins, a indiqué mercredi un responsable du projet.

Les 165 vaches de la race Holstein, venant de Budapest, font partie d’un lot de 4.000 vaches qui seront importées au Qatar et transportées par air d’ici au mois d’août. Le troupeau, conduit dans une ferme à 80 km au nord de Doha, est au centre d’un intérêt spécial de la presse et génère un sentiment de fierté au Qatar, qui voit dans l’opération un autre signe de défi du pays à ses voisins.

« Nous avons 165 Holstein, toutes hautement sélectionnées pour produire du lait, il y 35 vaches qui produisent déjà du lait et il y en a 130 qui vont mettre bas dans deux à trois semaines », explique le responsable Qatari.

Le 5 juin, l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Emirats arabes unis et l’Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar et lui ont imposé des sanctions économiques, en l’accusant de soutenir le « terrorisme ». Le Qatar nie ces accusations.

L’Arabie saoudite a fermé le seul poste frontalier terrestre de l’émirat qui dépendait lourdement de cette voie pour ses importations alimentaires, notamment de lait saoudien.

La production locale ne couvre actuellement que 10 à 15% des besoins, auparavant, la plus grosse partie du lait provenait d’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis. Pour le moment, les besoins sont couverts par la Turquie. Le lait turc est apprécié même si la qualité n’est pas égale à celle de la production locale indiquent les responsables du projet, une fois les 4.000 vaches importées, elle assureraient 30% des besoins du pays en lait frais.

Source – Courrier International
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Je suis fan (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *