Le Fooding – Mook et Palmarès 2017 – 800 restaurants de genre

08 novembre 2016  1  Non classé
 

signature-food-and-sens Lundi – grand-messe du FOODING pour célébrer le « Je mange donc je suis ». La nouvelle édition du mook drôle et libre qui dénonce et annonce, fait chanter ou déchanter, présente son palmarès 2017.

fooding2017

LE FOODING est un guide libéré, délivré, dépoussiéré, décalé qui entre dans les restaurants et … sort des restaurants pour visiter les food-trucks et goûter la cuisine de rue.

Depuis 2000, Alexandre Cammas, fondateur du Fooding  – mouvement né il y a 17 ans de la contraction de «food» et «feeling»- et son gang de déniaiseurs de la gastronomie dénichent les nouveaux talents, découvrent les nouvelles tables d’intérêt, choisissent l’audace, l’envie et la passion, rassemblent dans un même guide rock and roll les grandes tables et les petits bistrots 

Alexandre Cammas, fondateur du Fooding.

Alexandre Cammas, fondateur du Fooding. crédit Julie Balagué

Depuis 2000, Alexandre Cammas et ses foodisteurs traquent les mauvais cuisiniers, les tentations obscures, les dérives, les réussites, les bistrotiers doués. Les saucisses-purées câlins, les chefs d’amour, les plats qui donnent envie et faim. En toute liberté.

Tels les mousquetaires, ils visitent, goûtent, critiquent, égratignent, caressent, éliminent, adorent, vouent aux oubliettes ou à la célébrité les centaines d’adresses qu’ils testent. Ils en sélectionnent quelques-unes en province,  à Paris aussi.

Un guide sans pub  de restaurateurs, les marques sont tolérées, il faut bien vivre.

Des chroniqueurs qui paient leurs additions et le prouvent sur lefooding.com.

Des contributeurs toujours en verve et en appétit pour définir la cuisine d’aujourd’hui.

De l’appétit, de la sincérité dans les coups de gueule et coups de cœur, des portraits au vitriol ou à la fleur de coton, des itw à chaud. De la sincérité et du cœur avec des mots doux et des mots bleus. C’est tout cela LE FOODING !

En 2017 avec son langage fleuri, LE FOODING clame « faites l’amour à la bouche ». Du plaisir, encore du plaisir, toujours de plaisir pour Alexandre Cammas et sa tribu. Ils défendent « la cuisine avec amour, la cuisine par amour mais aussi, l’amour après la cuisine ». Qu’on nous donne l’envie, l’envie d’avoir envie. Comment ? En supprimant des assiettes les Z de couleurs qui ne signent rien, les mots collés les uns aux autres dans les menus pour ne rien dire, du bling-bling et de l’inutile.

Retrouvons l’Amour  partout, entre les chefs et les produits, laissons le déborder des casseroles et des assiettes avec des plats qui craquent et qui croquent, qui nourrissent, comblent et enchantent.

Dans la version 2017 du mook tout chaud, vous découvrirez un dossier l’amour à la bouche insolite, un dossier sexonomie.

Au fil des pages, des rencontres avec les élus du fooding. Qi font une cuisine de plaisir et de réconfort. « La cuisine c’est beaucoup plus que des recettes », c’est de l’amour partagé sur terre, en mer, au lit, avec les disciples de Raquel Carena qui baratine et emballe dans les cuisines du Baratin, adresse secrète fréquentée par des anonymes depuis trente ans et des connus ,des reconnus vivant d’amour et de cuisine. Comme Yves Camdeborde ou Inaki Aizpitarte, qui viennent boire des coups et se régaler d’une cuisine simple, réconfortante, rassurante.

Rencontre d’amour et de doux câlins avec une blogueuse, mère de famille belle, canonissime, une lady de la comfort food faite de souvenirs d’enfance, Mimi Thorisson. La cuisinière fatale. Rencontre sex&food avec la hot critique d’un restaurant de club échangiste…

Tous les mots parlent d’amour, de délice, de plaisir, d’envie pour se faire du bien seul, à deux, à trois ou à plusieurs ou plus si affinités

 Alexandre Cammas et sa tribu ont visité 800 adresses 800 tables.

De chefs d’ici et d’ailleurs. Pas mal de chefs étrangers installés dans des cuisines françaises. « C’est la confirmation que la France se nourrit des influences étrangères et reste un pays ultra attractif dans le domaine de la cuisine avec des chefs venant d partout » commente Alexandre Cammas.

Le palmarès, le voici. 

le-chef-cuisinier-giovanni-passerini-le-4-novembre-2016-a-paris_5738749

– Meilleur chef : l’Italien Giovanni Passerini (restaurant Passerini Paris 12ème) Giovanni le trublion est devenu grand.. « Giovanni Passerini sait cuisiner l’Italie comme peu de gens » dit Alexandre Cammas.

– Fooding d’honneur : Katsuaki Okiyama,  pour ses deux restaurantsAbri (Paris 10e) et Abri Soba (Paris 9e)

– Fooding d’amour : Mokonuts (Paris 11e), de Moko Hirayama et Omar Koreitem 

– Fooding d’amour : L’idéal (Marseille), la casse-croûterie de Julia Sammut

– Meilleur coming out : Christophe Saintagne, Papillon (Paris 17e) il a osé quitter les dorures du Meurice pour ouvrir sa propre adresse. Le plaisir brut après l’or.

– Meilleure ferme-auberge : Haraneko Borda (Itxassou), Christian Aguerre et Antoine Chépy

– Meilleure saucisse-purée : Les Arlots (Paris 10e), Thomas Brachet et Tristan Renoux

– Meilleur bistrot de village : L’Epicerie de Dienne (Dienne), Chris Wright

– Meilleur bistrot du port : La Nautique (Narbonne), Pascal Serres et Carole Peyrichou

– Meilleur sophistroquet : Les Apothicaires (Lyon), Tabata et Ludovic Mey

– Meilleur décor : Daroco (Paris 2e), Alexandre Giesbert, Julien Ross, Olivier Delannoy et Francesca Errico . Quel décor décoiffant, quel lieu !

– Meilleur bar d’auteur : Symbiose (Bordeaux), Simon Chollet, Lucas Maraton et Thomas Nero

– Meilleure chambre de style : La Ferme du Vent (Cancale), Olivier, Diane et Hugo Roellinger

LE FOODING 2017 livre aussi un guide anti bar, des feuilles sur les chambres de style, un guide antifooding, une carte de la gastronomie californienne pour votre prochain tripfood sous le soleil.

LE FOODING – Alexandre Cammas et ses auteurs  – Aïtor Alfonso, Gilles Dupuy, Julie Gerbet, Maïa Mazaurette, François Simon, Tania Bruna Rosso, Matthieu Jauniau-Dallier

Ses illustrateurs – Marion Fayolle, Antoine Corbineau, Damien Cuypers, Adam Avery, l’atelier AAAAA.

Sortie nationale le 10 novembre – Réseau presse (version classique 9,90 €) et librairies & concept stores (version premium 12,90 €)

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (100%)
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)

Une réflexion au sujet de « Le Fooding – Mook et Palmarès 2017 – 800 restaurants de genre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *