AirBnb, profite comme l’hôtellerie de tous les évènements qui se déroulent dans les capitales

21 septembre 2019  0  Non classé
 

signature-food-and-sens Alors que Airbnb annonce son intention d’entrer en Bourse en 2020, la plateforme de location d’appartement cartonne sur Paris, inquiétant même le milieu de l’hôtellerie traditionnelle.

Airbnb a fait part, jeudi 19 septembre, de son intention de procéder à son introduction en Bourse en 2020, sans donner davantage de détails. Fondée en 2008, la plate-forme américaine de location touristique entre particuliers revendique un réseau de six millions de logements dans 100 000 villes et 191 pays. Elle fait partie des licornes, ces start-up technologiques valant plus d’1 milliard de dollars avant même leur introduction en Bourse. Des investisseurs valorisaient l’entreprise à environ 31 milliards de dollars en début d’année.

Son arrivée prochaine sur les marchés se fera dans un contexte difficile où les nouvelles technologies bouleversent les secteurs économiques. Cette forme d’introduction en Bourse assez inhabituelle ne prévoit pas d’émission de nouvelles actions : elle permet uniquement aux actionnaires actuels de revendre leurs titres. Cette procédure est imprévisible, car le prix des titres n’est pas fixé d’avance. Cette forme d’introduction atypique a été utilisée avec succès l’année dernière par la plateforme de streaming Spotify, puis par la messagerie d’entreprise Slack en juin.

Jusqu’ici très discret quant à ses performances financières, la startup a annoncé mercredi avoir dégagé un chiffre d’affaires de plus d’un milliard de dollars au deuxième trimestre 2019 pour la deuxième fois depuis sa création. Début janvier, il avait déclaré être bénéficiaire, sur une base ajustée, pour la deuxième année consécutive.

Depuis 2016, le site opère une montée en gamme avec des logements vérifiés par la startup et « d’exception ». Le groupe a également entamé une diversification de son activité avec les réservations « d’expériences« , où professionnels et particuliers peuvent proposer des activités payantes en tout genre.

La Fashion Week de Paris, qui se tient du 23 septembre au 1er octobre est  une aubaine pour les palaces, hôtels et autres lieux branchés de la capitale, mais aussi pour les loueurs, car c’est une opportunité pour maximiser ses revenus locatifs.  Sur la base d’une étude qui permet de suivre l’offre et la demande par quartier sur la plateforme Airbnb, GuestReady a pu constater que le revenu moyen à Paris d’une location Airbnb peut doubler à 200 euros en moyenne pour une nuit contre 100 euros par nuit habituellement. Et dans certains quartiers, comme le huitième arrondissement, le prix peut grimper jusqu’à 230 euros la nuit.

Au total, pendant la Fashion Week (soit 9 nuits), le revenu global généré par la plateforme Airbnb atteint 45 millions d’euros sur Paris contre 35 millions d’euros en temps normal, soit une prime de 10 millions d’euros. La Fashion Week a ses codes et ses lieux privilégiés. Et le premier critère de choix d’un logement Airbnb reste sa proximité avec les endroits les plus courus pendant cette folle semaine, c’est-à-dire les espaces de prestige pour les défilés, comme le Grand Palais, et les hôtels et restaurants prestigieux ou les clubs privés.

Dans des endroits prisés comme les Champs-Elysées, les propriétaires peuvent profiter d’une hausse de 30 % des prix des locations sur Airbnb pendant la semaine de la mode. Selon GuestReady, les arrondissements dont les revenus sont les plus élevés sont logiquement les plus prisés de la capitale et ceux qui regroupent les lieux les plus fréquentés par les « modeux ». En tête se trouve donc le huitième arrondissement (1.650 euros de revenu moyen), suivis du septième (1.500 euros), du premier (1.450 euros) et du sixième (1.400 euros).

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *