Prix littéraire – Mange, Livre – Mange Lille –

06 septembre 2017  0  MADE BY F&S Une poule sur un mur
 

signature-food-and-sensUn prix littéraire culinaire… le poulailler piaille et les ailes de La Poule sur un mur bruissent… une envolée et la voilà à Lille, Lille avec un l comme livre ou lecture pour l’attribution du Prix « Mange, Livre« . Première édition d’un nouveau prix à découvrir et célébrer.

Le Prix Mange, Livre a été créé par la pétillante journaliste culinaire Marie-Laure Fréchet (Omnivore, Saveurs entre autres titres) . Elle a rêvé, imaginé, monté ce prix avec audace et enthousiasme qu’elle a intégré dans l’aventure du festival  Mange, Lille. Elle a su convaincre des acteurs du monde de la gastronomie, de l’édition, rassembler des institutionnels, des journalistes, un libraire – la librairie Furet du Nord – pour mettre en place le prix récompensant un ouvrage mettant en avant une alimentation issue de pratiques respectueuses de la nature, de la vie et de la biodiversité et incitant à manger mieux, que ce soit dans une dimension quotidienne, gastronomique, nutritionnelle ou patrimoniale ».

Une fois le prix défini Marie-Laure Fréchet a constitué un jury. Indispensable pour sélectionner, lire, éliminer, remarquer les ouvrages susceptibles de remporter le prix. 

le jury

LE JURY –

ALEXANDRE GAUTHIER La Grenouillère à La Madelaine-sous-Montreuil –  En choisissant de reprendre l’auberge de son père Roland, Alexandre Gauthier ne s’est pas seulement inscrit dans la transmission, mais aussi dans un territoire – la Côte d’Opale – qu’il exprime dans une cuisine d’auteur, à la Grenouillère, sublimement remodelée par l’architecte Patrick Bouchain. En 2015, il a ouvert L’Anecdote à Montreuil-sur-Mer, hommage à la cuisine de son père. Il a également fait partie des quatre chefs français qui ont cuisiné pour les chefs d’Etat lors de la COP21. Il est l’emblème des chefs de la jeune cuisine. 

WILLIAM LEDEUIL – Ze Kitchen Galerie, Kitchen Galerie Bis, Kitchen Ter(re) à Paris – Passionné par l’Asie qu’il interprète dans ses bouillons et condiments, respectueux de la cuisine française, William Ledeuil s’inspire aussi beaucoup du travail de producteurs engagés comme Michel Bachès (agrumes). Il vient d’ouvrir Kitchen Ter(re), un restaurant de pâtes, réalisées avec les farines du boulanger Roland Feuillas.

MAXIME SCHELSTRAETE Restaurant Méert à Lille – Arrageois d’origine, il a traversé la Grande-Bretagne, l’Australie et l’Asie, avant d’arriver chez Méert à Lille, où il a pris la tête du restaurant. Depuis, il fait voyager les produits locaux, en maniant avec élégance les épices. Il fait partie des tout premiers à avoir remis sur la table la rouge flamande ou le pigeon des Flandres. Chef engagé, il s’investit dans un atelier de cuisine solidaire et travaille sur la cuisine sans allergènes.

BRUNO VERJUS Table à Paris – Après avoir exercé quantité de métiers, il est devenu un touche-à-tout de la culture culinaire : créateur du blog Food Intelligence, chroniqueur pour Omnivore et France Culture, auteur de livres… En 2013, il a ouvert son restaurant modestement baptisé Table, où il déploie son immense connaissance des terroirs et de leurs produc- teurs dans une cuisine franche, mélange de saisonnalité soucieuse et de produits sourcés.

CLAIRE DAMON – Des Gâteaux et du Pain à Paris – Inspirée par des histoires, des rencontres, des émotions, la pâtisserie de Claire Damon est sans cesse repensée, redessinée pour aller toujours plus vers l’essentiel : le goût. Son travail est principalement basé sur les fruits, qu’elle choisit avec soin chez les meilleurs producteurs et qu’elle exprime dans des pâtisseries monochromes, travaillées au cordeau.

PATRICK ROGER – Patrick Roger à Paris – MOF chocolatier à la tête de neuf boutiques dont une à Bruxelles, Patrick Roger est un chocolatier d’exception. Intransigeant sur la provenance de ses matières premières, il possède ses amandiers, son potager, des oliviers, de la vigne. C’est aussi un artiste confirmé dont les sculptures monumentales traduisent un regard acéré sur le monde. 

FRANÇOIS-RÉGIS GAUDRY – Journaliste – François-Régis Gaudry pose son œil bienveillant sur la cuisine dans l’Express (dont il dirige les pages gastronomie), à France Inter dans son émission hebdomadaire On va déguster et sur Paris Première dans Très très bon. Il y partage avec un enthousiasme communicatif sa passion pour les produits sourcés, les bonnes adresses et les belles rencontres culinaires.

UNE SÉLECTION  – sévère, elle a retenu cinq ouvrages:

L’empire de l’or rouge – Jean-Baptiste Malet (Fayard) – La Vache qui pleure – Véronique Richez-Lerouge (Nouveau Monde) – Permaculture, Guérir la terre, nourrir les hommes – Perrine et Charles Hervé-Gruyer (Actes Sud) • Steak in France – Franck Ribière & Vérane Frediani (La Martinière) –  Fourche et Fourchette – Camille Labro (Tana Editions).

 Lecture et relecture, concertations, discussions, votes. Lille. Fin août. Le jury  a attribué le prix et le gagnant est …  L‘Empire de l’or rouge signé Jean-Baptiste Malet, aux éditions Fayard.
 
 

L’empire de l’or rouge ou Enquête mondiale sur la tomate d’industrie.

Un livre qui se lit comme un polar, une enquête explosive dans le monde de la tomate, de la Chine à l’Italie, de la Californie au Ghana. Le concentré de tomate n’est pas ce que vous croyez. les tomates chinoises sont partout, elles ont envahi toutes les sauces, tous les ketchups, toutes les pâtes et pizzas. Du pied de tomate à la boîte de concentré, les mafias se battent, des ghettos s’élèvent, des migrants sont exploités et des additifs suspects se mêlent sans problème à des sauces non moins suspectes. les tomates d’industrie chinoises règnent. Transformées en usine, conditionnées en barils de concentré, elles circulent d’un continent à l’autre. Toute l’humanité en consomme, pourtant personne n’en a vu. Où, comment et par qui ces tomates sont-elles cultivées et récoltées  ? Durant deux ans, Jean-Baptiste Malet a mené une enquête inédite et originale. Il a rencontré traders, cueilleurs, entrepreneurs, paysans, généticiens, fabricants de machine, et même un «  général  »  chinois.

L’Empire de l’or rouge raconte le capitalisme mondialisé. Il est le roman d’une marchandise universelle. Jean-Baptiste Malet est journaliste.  

Qui dit prix dit remise des prix, discours, conférence et chèque. Le prix sera remis lors du festival Mange, Lille !, le samedi 23 septembre. 

Contact : Marie-Laure Fréchet – 06 74 94 38 99 – mlfrechet@orange.fr

 photos ©Renaud Wailliez
 
 
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Je suis fan (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *