Lisez « Le Journal d’un amoureux des soupes » et cuisinez des soupes, des potages, des consommés…

31 décembre 2020  0  MADE BY F&S Une poule sur un mur
 

 signature-food-and-sensA chaque jour sa soupe, à chaque situation sa soupe. Non il n’y a pas qu’une seule soupe qui peut vous réchauffer, vous soigner, vous donner force et énergie, vous consoler. La soupe n’est pas qu’une, elle est multiple, elle n’est pas que quelques légumes jetés précipitamment dans une eau bouillante prête à les avaler tout crus,  avant d’être moulinés, mixés et sauter dans des bols. 

 » Cher journal, Lundi, j’ai grelotté sous une averse ; mercredi, mon fils a mangé les pions du jeu de dames ; jeudi, ô joyeux lendemain de fête ; puis ménage de printemps, journée sans ménagement, dimanche en famille… Enfin seul. Pour enchanter les jours d’humeur noire ou accueillir les premiers flocons, il y a toujours un potage. En bon amoureux des soupes, j’en mitonne toute l’année. Du bouillon vaporeux pour avoir les idées claires au velouté pour faire revenir l’être aimé, il est aussi une soupe pour épater sa grand-tante ou célébrer la foire aux vins, un gaspacho à boire par une chaude nuit d’été, et le mouliné du soir de la déclaration d’impôts. Ainsi, en passant les moments de vie à la mandoline, les jours s’écoulent agréablement. « 

L’AUTEUR – JULIEN PONCEBLANC – Petit-fils de boulanger et de viticulteur, fondateur de GreenShoot, marque de soupes fraiches distribuées dans les rayons des bonnes adresses, une gamme fabriquée dans les règles de l’art culinaire qui fait défiler deux collections de soupes par an. Amoureux fou des soupes, il leur consacre un livre plus exactement un journal intime, au fil des jours des saisons et des soupes, il se confie, sur ces petits riens et ces grands événements qui ont incité à cuisiner cette soupe là ce jour là. Rien n’est hasard, tout est histoire de rencontres et chaque jour l’auteur a rendez-vous avec de l’eau, des légumes, des épices, des goûts et l’imagination.

 

LE LIVRE – 160 pages et 662 grammes de veloutés, bouillons, potages, soupes, qui défilent par trimestre et content les aventures, les états d’âme, le quotidien d’un amoureux des soupes. Au premier trimestre c’est la pleine saison des soupes, avant il y avait le blanc, aujourd’hui la soupe renouvelle les offres et les recettes.  En avril, mai et juin quand vient l’été il faut perdre les kilos pour rentrer dans le maillot, se mettre à la soupe minceur et à la diète. En été, vive les soupes froides. Quand vient la fin de l’été, quand les jours raccourcissent, que le froid déboule rien de mieux qu’une soupe pour réchauffer le corps, le coeur et l’esprit chamboulés par les déclarations d’impôts et  le Père Noël. Crises de foie et cuites annoncées. Heureusement la soupe existe.

 

LE SUJET – Le journal intime d’un amoureux des soupes – Les amours sincères et intimes d’un épicurien et la soupe, les soupes. Il raconte ses amours avec sincérité, humour, grand lyrisme et cynisme amusant, poésie et tendresse.

 

LES RECETTES – 60 billets d’humeur, 60 recettes généreuses, simples, sincères, follement inspirées.

Janvier-février-mars –« Soupe ras-le-bol », « Soupe des premiers flocons »

 

« Soupe humeur noire d’une journée où rien ne va« , « Soupe de fin de mois difficile », « Soupe des lendemains de fête ».

 

Avril-mai-juin – adieu légumes d’hiver, bonjour le vert dans tous ses états – « Soupe ménage de printemps », « Soupe du premier pique-nique de printemps », « Soupe des voisins qui font la fête »,

 

 

Juillet-août-septembre :  gaspachos et soupes fraîches –  « Soupe du parent idéal », »Soupe de la balade en forêt »,

« Soupe Je ne rentre plus dans mon pantalon », la soupe minceur pour gommer les excès des grandes tablées de l’été, des apéritifs sous la tonnelle, des glaces à tous les parfums

Octobre-novembre-décembre : « Soupe du Black Friday », « Soupe telle qu’elle devrait être servie dans les hôpitaux » à la place de ce brouet insipide, « Soupe de la liste au Père Noël »,

« Potage vaporeux pour avoir les idées claires » et joyeuse « Soupe des bonnes résolutions ».

 

LES PHOTOS – pleines d’humour la soupe de réveil pose sur un oreiller, naturellement. Dignées Caroline Faccioli.

 

L’AVIS DE LA POULE SUR UN MUR – indispensable pour varier les soupes, pour rire en lisant les petites histoires de ces soupes tendres qui savent s’adapte aux émotions. Et vous adopterez soupes, consommés, gaspachos, potages. Vous verrez vous allez adorer la soupe ! 

JOURNAL D’UN AMOUREUX DES SOUPES – JULIEN PONCEBLANC – ÉDITIONS DE LA MARTINIÈRE   – 19,90 € – parution janvier 2021

 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (100%)
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *