F&S a interviewé Camille Delcroix, sympathique candidat de la saison 9 de Top Chef – « Philippe Etchebest est ma plus belle rencontre de l’émission »

04 avril 2018  1  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens Candidat aussi attachant qu’appliqué, Camille Delcroix est en passe de gagner le cœur du public, qui le suit d’épisode en épisode dans cette neuvième saison de Top Chef. Food&Sens l’a interviewé, tandis que la compétition à l’écran bat son plein. Mise au point avec un garçon motivé, poli et talentueux, dont les plats sont plébiscités par le jury, et dont la motivation reste intacte.

F&S : L’émission Top Chef sur M6 est actuellement en cours de diffusion, mais le tournage est terminé. Qu’est-ce que l’expérience Top Chef vous a apporté ? 

C’est une expérience exceptionnelle, qui m’a donné l’opportunité de faire goûter ma cuisine à un grand chef différent chaque jour. Dans la vie quotidienne, ça n’arrive pas ! Et puis, Top Chef m’a permis de rencontrer énormément de gens. Ça m’a aussi donné l’occasion d’exprimer ce que j’ai envie de faire en terme de cuisine ; s’il est encore trop tôt pour dire que j’ai déjà ma cuisine, j’ai pu acquérir en tout cas de la maturité dans ma façon de cuisiner. Après Top Chef, nos réflexes changent : on va chercher plus loin dans ses recettes ; à force d’avoir dû relever de nouveaux challenges tous les jours, on développe son imagination et sa réflexion culinaires.  

F&S : Le chef Etchebest semble beaucoup vous apprécier à l’écran ; êtes-vous toujours en contact depuis la fin de l’émission ?

Absolument. Il ne se passe pas quinze jours sans qu’on s’appelle. Vous savez, Philippe Etchebest est quelqu’un d’authentique ; il ne joue aucun rôle. Il a le cœur sur la main, c’est une personne très sensible. Indubitablement, il est ma plus belle rencontre de l’émission. Il nous a soutenus inlassablement pendant les épreuves. En fait, c’est un meneur d’homme ; il pousse les autres à se dépasser.

F&S : Concernant l’ambiance entre candidats pendant le tournage : étiez-vous amis, ou plutôt rivaux ?

Cette année, il y a eu une vraie cohésion de groupe, que même les équipes de tournage ont ressentie. Depuis la fin des enregistrements, nous échangeons tous les jours sur le groupe Whatsapp regroupant tous les candidats. On s’apprécie tous. Pendant les épreuves, nous étions toujours dans l’entraide, on se passait les ingrédients entre nous, on se serrait les coudes. Jusqu’au bout. Personne ne s’est mis de bâtons dans les roues. Pour preuve de cette belle entente, j’ai déjà revu Adrien et Victor, ainsi que Vincent et Mathew.

Philippe Etchebest et Camille

F&S : Vous êtes l’un des chouchous du public ; comment le vivez-vous ?  

Ça fait bizarre d’aller acheter une baguette de pain ou de sortir avec mes collègues, car maintenant les gens me reconnaissent ! Mais je suis content d’avoir pu montrer le Nord sous un autre jour ; chez nous, il n’y a pas que des supporters de foot ou des gens qui boivent de la bière ! (Rires.) D’ailleurs, notre région est un peu dénigrée à l’échelle du pays, alors qu’on est super gentils, on a le soleil dans les cœurs, et un terroir très riche (et méconnu). Dans Top Chef justement, je voulais montrer la vraie image du Nord-Pas-de-Calais, loin des clichés habituels autour de l’accent ou du fromage maroilles. Le Nord, ce n’est pas que ça ! Vous savez, on a tellement de régions différentes, et tellement de gens passionnants ici…

F&S : Vos plats ont fréquemment été salués (voire encensés) par de grands chefs (Marc Veyrat, Jean-François Piège, les MOF lors de l’épreuve jugée par cent MOF). Qu’est-ce que ça vous a fait ? 

Ça rassure sur notre façon de travailler. Toucher Jean-François Piège, c’était top. Plaire à Marc Veyrat aussi, d’autant que sa cuisine est aux antipodes de ce que j’ai l’habitude de faire. Et puis, faire mouche avec les MOF, ça ne m’arrivera qu’une fois dans ma vie. Quand j’ai remporté l’épreuve des MOF, j’étais si heureux que pour moi, c’est comme si j’avais gagné Top Chef.

(NDLR : retrouvez notre article sur cet épisode ici : http://foodandsens.com/made-by-f-and-s/chefs-on-parle-de-vous/top-chef-episode-7-triomphe-de-camille-depart-de-vincent/)

F&S : Revenons justement sur votre passion pour les MOF, vous qui rêvez d’en devenir un. Avez-vous pu échanger avec ceux qui étaient présents lors du tournage du centième épisode ?

Bien sûr ! Tout le monde me disait : quand est-ce que tu t’inscris au concours ? Je pense que ça leur a fait plaisir de voir qu’un petit gars du Nord vénère leur concours. D’autant qu’avant Top Chef, j’ai eu l’occasion de suivre des formations dispensées par des MOF (comme celles avec Philippe Geniteau, par exemple) ; elles m’ont appris la rigueur, et surtout l’organisation. Ça m’a beaucoup servi pendant l’émission.

Jean-François Piège et Camille

F&S : L’épreuve des restaurateurs vous a beaucoup plu ; est-ce qu’elle vous a donné envie d’avoir un jour votre propre restaurant ?

Bien sûr, c’est le rêve de tout cuisiner d’avoir un jour son établissement. Mais je ne suis pas pressé, ce n’est pas encore l’heure ; avant de me lancer, je dois d’abord apprendre auprès de grands chefs. En tout cas, j’ai retenu de cette épreuve qu’il faut avoir une équipe soudée pour bien tenir un restaurant. D’ailleurs, même si Mathew, Justine et moi n’avons pas gagné le tournoi des restaurateurs, les quatre chefs (Hélène Darroze, Philippe Etchebest, Michel Sarran et Jean-François Piège) sont ressortis de notre restaurant avec le sourire, et pour moi c’est le principal. De plus, on s’est vraiment amusés pendant cette épreuve. Ce qui m’a permis de réaliser que la cuisine, c’est du plaisir. Du coup, après l’épreuve des 100 MOF, je me suis autorisé à profiter enfin de Top Chef, et non plus à subir le stress de la compétition.

F&S : Un conseil à donner aux jeunes chefs qui vous regardent ?

Notre métier est en perpétuelle évolution, et on ne sait jamais tout ; il faut se remettre en question tout le temps. Ce n’est pas parce que la veille on a réussi son essai d’assiette, que le lendemain le plat sera réussi. Rien n’est acquis. C’est pareil dans Top Chef, d’ailleurs !

Propos recueillis par Anastasia Chelini

 

Camille dans le feu de l’action

NDLR : Depuis la fin du tournage, Camille a retrouvé son travail d’avant l’émission : il est second au Château de Beaulieu, qui appartient au chef doublement étoilé Marc Meurin. Quant à la vache Marguerite, elle a retrouvé le chemin de la grande surface de décoration, où Camille l’avait empruntée pour le tournoi des restaurateurs. Retrouvez notre article sur cet épisode mouvementé ici : http://foodandsens.com/made-by-f-and-s/chefs-on-parle-de-vous/top-chef-2018-episode-9-les-vikings-remportent-la-guerre-des-restaurants-le-chef-etoile-mathew-part/

Crédit photos : Jean-Philippe ROBIN / M6

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (94%)
  • Mmmm interessant (6%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Une réflexion au sujet de « F&S a interviewé Camille Delcroix, sympathique candidat de la saison 9 de Top Chef – « Philippe Etchebest est ma plus belle rencontre de l’émission » »

  1. VITRY-MOYNET Nathalie

    bonjour,

    j’adore ce jeune tres ambitieux, toujours le sourire et tres « nature », c’est un homme vrai…..
    il est sincère dans tout ce qu’il dit et surtout dans ce qu’il fait,
    je lui souhaite de gagner cette année le Topchef, il le mérite. je ne suis pas une cuisinière à la maison mais j’apprends beaucoup avec Camille, il est super.

    bien cordialement,
    Nathalie

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *