Top Chef épisode 7 : triomphe de Camille, départ de Vincent

16 mars 2018  0  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens  Top Chef épisode 7 : triomphe de Camille, départ de Vincent – Top Chef 2018, c’est un cru particulièrement relevé, qui voit des candidats tous plus aboutis les uns que les autres s’affronter pour la victoire. Entre compétition et larmes, épreuves et dégustations, le rythme ne décélère pas. L’épisode 7 de l’émission n’a pas échappé à la règle, célébrant avec panache la centième émission du programme. Pour ceux qui n’auraient pas pu la voir, et pour tous les autres, Food&Sens vous raconte ce qui s’y est passé, et vous dresse le bilan de cet épisode-anniversaire. 300 épreuves et 135 candidats plus tard, une chose est sûre : l’émission n’a rien perdu de sa saveur.

Des célébrités pour commis lors de la première épreuve

Pour fêter comme il faut son centième épisode, Top Chef avait mis les petits plats dans les grands. Pour l’occasion, la première épreuve dotait les candidats de commis inattendus, incarnés par des célébrités du petit écran. David Ginola, Marianne James, Ophélie Meunier, le magicien et comique Éric Antoine (qui a mis un joyeux bazar dans les cuisines), l’animateur Mac Leggsy de E=M6, l’animatrice du Meilleur Pâtissier Julia Vignali, et Stéphane Rotenberg himself, l’animateur historique de Top Chef, ont tous participé avec plus ou moins de succès à l’épreuve « Retour de pêche ». Si l’on a pu découvrir que le champion de foot et animateur David Ginola est un vrai pro des fourneaux, ainsi que la charismatique Marianne James, il n’en va pas de même de Julia Vignali, qui a avoué ne rien y connaître en cuisine, tandis que Stéphane Rotenberg se débattait péniblement au cours de l’épreuve. Qu’importe : Camille, le candidat dont Stéphane Rotenberg était le commis, s’est montré plus que ravi d’avoir « le patron » avec lui, le surnommant avec humour « le tôlier de Top Chef ». Contre toute attente, c’est finalement Victor qui a gagné, lui qui avait pourtant en binôme une parfaite néophite culinaire (Julia). Le candidat ayant su faire preuve d’une pédagogie saluée, il est parvenu à mettre Julia aux cuisines, et à signer une assiette qui a bluffé le jury. Quant au moment comique de l’épreuve, c’est bien entendu celui qui a vu le candidat Camille se faire vertement reprendre par son chef, Philippe Etchebest, sous les yeux embarrassés du commis Stéphane. L’animateur n’en menait pas large : « ça fait drôle, le regard de Philippe quand il n’est pas content ; il te fusille. On se sent comme un môme. » Comme quoi, animateur ou pas, nul n’est à l’abri de Philippe le Terrible !

100 MOF réunis pour la seconde épreuve

La seconde épreuve prenait cette fois place dans les majestueuses écuries du domaine de Chantilly. Pour juger les candidats, l’épisode réunissait 100 Meilleurs Ouvriers de France, venus en masse des quatre coins de la France. Parmi eux, figuraient notamment Gérard Rapp, président national de la société des MOF ; mais aussi Michel Roth, MOF 1998, chef 1 étoile et co-président d’Euro Toques. Etaient présents également Philippe Uracca, président des MOF en pâtisserie ; Stacy Cez, MOF traiteur-charcutier 2015 ; ainsi que Pierre Mirgalet, président de la confédération nationale des pâtissiers de France ; et enfin, Gilles Goujon, MOF 1997 et chef 3 étoiles. C’est lui qui a donné aux candidats leur premier défi technique : désosser un pigeon par le dos.

Le faux-pas de Geoffrey déchaîne les passions

Forcément, face à un jury d’une telle envergure, les candidats ont atteint un degré de stress inégalé, conduisant certains à perdre leurs moyens. C’est sans doute ce qui a poussé le très jeune Geoffrey (22 ans seulement) à commettre un faux-pas qui l’a pénalisé. Ignorant totalement comment désosser le pigeon, ce chef autodidacte (mais doté d’un vrai talent, doublé d’une création sans limites) a préféré déclarer forfait plutôt que « d’abîmer le produit », déclenchant l’ire de Gilles Goujon, puis celle de sa chef Hélène Darroze. Après l’épreuve, celle-ci l’a d’ailleurs repris avec force : « on n’abandonne pas comme ça une épreuve, surtout devant 100 MOF. Pour moi, c’est assez inacceptable que tu n’aies pas essayé. » Le candidat, au plus mal d’avoir contrarié Gilles Goujon et la chef Darroze, a retenu la leçon : ne jamais renoncer, pas même devant l’inconnu.

Le triomphe de Camille, candidat timide mais brillant

Le défi imposé à chaque candidat par les MOF était double : réaliser 50 bouchées salées et 50 bouchées sucrées. Et c’est Camille, candidat candide et passionné, qui a remporté les deux challenges. Cet attachant fils d’artisan boucher est, de son propre aveu, un fan absolument des MOF (dont il espère un jour faire partie). Avec son poignet ceint d’un ruban tricolore en hommage aux MOF, le candidat débordait d’émotion lorsque ces derniers l’ont déclaré vainqueur de cette double épreuve. Une émotion communicative, qui s’est aussitôt transmise à son chef de brigade Philippe Etchebest, qui avait lui aussi les larmes aux yeux (si si !). Quant à Camille, c’est d’une voix tremblante qu’il a déclaré sa flamme aux MOF : « pour moi, être MOF, c’est la distinction suprême d’un artisan. » La séquence émotion s’est conclue par un « je suis fier de toi » prononcé par Etchebest à son candidat. Un beau moment. 

Le départ de Vincent suite à la dernière chance

Si la dernière chance est synonyme de mélancolie, puisqu’elle voit partir un nouveau candidat, elle a aussi été, une fois n’est pas coutume, synonyme d’embellie culinaire pour la chef Darroze. En goûtant à l’aveugle le plat de son candidat Clément, la chef a éprouvé « un vrai coup de cœur au niveau du goût », affirmant qu’il s’agissait là « du plat qui m’a le plus régalée depuis le début du concours ». Très émue, elle a félicité le jeune homme, qui reprend la compétition. De son côté, Vincent n’a pas fait mouche avec sa version de la tomate farcie (plat imposé pour l’épreuve). Éliminé, le candidat s’est avoué déçu d’avoir déçu son chef, Michel Sarran. « Je m’en veux terriblement (NDLR : de l’avoir envoyé en dernière chance), car je pensais sincèrement que tu faisais partie des vainqueurs potentiels de cette saison de Top Chef », a d’ailleurs déclaré le chef à son endroit. Chaviré, Michel Sarran a ajouté : « je crois qu’en 4 saisons de Top Chef, je n’ai jamais autant souffert. » « Je ne voulais pas vous décevoir », a alors répondu Vincent, tout en émotions contenues. Pensif et impacté, il a ensuite regretté de ne pas avoir créé suffisamment d’émotion dans ses plats.

C’est donc un épisode des plus intenses qui aura marqué ce centième passage de Top Chef sur les petits écrans. Il aura eu le mérite de braquer les projecteurs sur le concours d’excellence des Meilleurs Ouvriers de France, qui prônent un savoir-faire, une rigueur, une précision et une régularité extrêmes, couplés à une quête du goût constante. Un épisode plein de rebondissements, qui s’est achevé sur la promesse du retour dans l’émission d’un candidat éliminé auparavant. A suivre… Rendez-vous la semaine prochaine !

Par Anastasia Chelini
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Amusant décalé (50%)
  • Je suis fan (17%)
  • Mmmm interessant (17%)
  • Inquiétant (17%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *