Brèves de Chefs – Anne-Sophie Pic piratée, Bruno Verjus : « Nous voulons travailler », Jérôme Anthony cuisine en direct sur M6, Éric Guérin prêt à ouvrir, 500 000 pour Philipe Conticini,….

07 avril 2020  0  Chefs & Actualités F&S LIVE
 

signature-food-and-sens Quelques nouvelles des fourneaux, certaines de ces brèves vous surprendront… D’autres vont déclencher des articles !

1 – La chef trois étoiles de Valence – Anne-Sophie Pic – somme tous les internautes qui la suivent sur les réseaux sociaux à se méfier car un faux compte Facebook à son nom circule en ce moment. Il propose même aux internautes de participer à un faux jeu concours Termomix. Voyez ci-dessous la dernière publication de la chef ci-dessous sur son vrai compte Facebook :

 

2CYRIL LIGNAC – Le chef fait un beau succès avec son programme quotidien de cuisine en direct sur M6 tous les soirs de la semaine, 52 mn pour faire 2 recettes en direct, une émission créée en 2 jours seulement ! – Jérôme Anthony son coéquipier sur l’émission a répondu aux questions du Figaro (cliquez ICI), il explique : Comment expliquez-vous le succès de l’émission? Jeudi dernier, ils étaient 2,4 millions de téléspectateurs, un record sur cette case. « J’ai l’impression que la majeure partie du grand public a envie de voir et entendre autre chose que les informations relatives à la crise sanitaire. L’esthétique de l’émission qui rappelle Instagram participe à créer un lien avec le téléspectateur. Et puis, la cuisine rassemble. L’idée de partager un même repas avec 2 millions de Français en ces temps de confinement est fédératrice. C’est loin d’être une stratégie de la part de M6. La preuve, cette émission s’est montée en seulement deux jours ! »

 

3 – Le chef Guillaume Sanchez du restaurant NESO à Paris lance ses bons cadeaux, une solution avancée par le chef pour l’aider à maintenir son activité. Il explique  » Le restaurant NE/SO lance ses bons cadeaux . En achetant un bon prépayé, vous contribuez à nous aider à maintenir notre activité malgré notre fermeture. Vous pourrez utiliser ce bon prépayé pour venir prendre un repas dans notre établissement lors de la réouverture , vous aurez bien entendu la priorité dès l’ouverture des réservations, … ainsi que la chance de rentrer dans notre Club Client Neso , vous donnant droit a être prioritaire sur la totalité de nos événements et actualités. » – Pour soutenir le chef rendez-vous ICI 

 

4 – Elle est chef et en confinement, et elle est aussi solidaire avec ses producteurs. La chef Aurélia Grall de L’Auberge de la Hühnelmühle ( à Scherwiller dans le 67 ) a franchi la porte d’un de ses fournisseurs pour l’aider directement sur son lieu de culture. La chef a expliqué :  » Travail au sein du maraîcher Kobloth à Sélestat, notre fournisseur en fruits et légumes. J’invite toutes les personnes pour qui c’est possible à faire de même. Les agriculteurs manquent cruellement de bras, rendez vous utiles et aidez la collectivité! « 

 

5Philippe Bernachon chocolatier à Lyon explique comment il a fermé ses affaires : « Dès l’annonce du confinement, nous avons fermé les deux magasins, à Lyon et à Paris, et le restaurant. Nous avons fait cuire les différentes préparations en attente que le personnel a emporté avec les quenelles, le pâté croûte, les palets d’or, les petits fours et les œufs que nous avons toujours en grande quantité. Notre équipe composée de plus de 60 personnes s’est donc retrouvée au chômage à l’exception de la comptable ».

Pour Pâques, le chef va distribuer des œufs en chocolat garnis de pralinés au personnel soignant de différents hôpitaux lyonnais, mais aussi à Paris. Ses équipes ont indiqué  » Nous sommes heureux de pouvoir apporter un peu de réconfort et de douceur avec nos palets or à l’équipe de réanimation @reani_mation de l’hôpital Necker Paris @hopital.necker, juste à côté de notre boutique Parisienne. 🙏Merci à tout le personnel soignant, nos héros de tous les jours , pour votre implication dans cette crise sanitaire et merci de votre bonne humeur . Nous espérons vous régaler .« 

 

6 – Après plusieurs mois de travaux, le chef Éric Guérin est pratiquement prêt à réouvrir son restaurant La Mare aux Oiseaux, les derniers essais techniques de cuisine sont en route. Il ne manque plus que la date de fin de confinement pour remettre la machine en route. : «  Cette semaine place aux essais techniques. Au compte goutte tout en respectant les consignes de sécurité en vigueur nous faisons avancer les travaux à la @mareauxoiseaux avec l’aide des entreprises qui ne nous abandonnent pas et au travail de persévérance de @romualdpoirat. Merci à tous pour votre soutien. « 

 

7 – Le chef Philippe Conticini fait carton plein sur Instagram, il dépasse les 500 000 abonnés, il est avec Christophe Michalak et Cédric Grolet un des champions des réseaux sociaux français, le chef a indiqué :  « Depuis quelques jours, vous êtes plus de 500 000 à me suivre ici, sur Instagram. Je ne suis pas attaché aux chiffres vous le savez, mais cela m’a touché, forcément. Je suis d’autant plus ravi de voir que les lives avec mon équipe vous plaisent et que vous êtes nombreux à vous éclater à la maison en réalisant nos recettes.
Aujourd’hui, j’ai voulu d’une part vous remercier, mais aussi profiter de ces 500 000 voix pour remercier le personnel soignant et toutes les personnes qui travaillent encore aujourd’hui, qui assurent notre sécurité et nous permettent de continuer à vivre face au virus. C’est pourquoi, j’ai décidé de vous lancer un petit défi. Le jeu est assez simple : Postez une photo ou une vidéo en m’identifiant et en utilisant le hashtag #500millemercis pour montrer votre soutien et envoyer votre force au personnel soignant mais aussi aux caissier(e)s, livreur(se)s, gardien(ne) de la paix, pompiers… Ainsi que ceux qui font face à la maladie. Je vous impose une seule règle : Soyez original, soyez vous-même ! Dites-le en musique, en peinture, en dansant, en cuisinant, en pâtissant… Seul(e), en famille, en couple, avec les enfants ou avec vos amis derrière la caméra… Remercions tous ces héros à notre manière ! 😊😊 Je reposterai au maximum vos messages sur mon compte et ce dimanche, je sélectionnerai les participations les plus créatives et les plus touchantes. Les gagnants derrière ces messages recevront chacun une box gourmande remplie de petites gourmandises que je vous aurai moi-même sélectionnées ! Bonne chance à tous et PRENONS SOINS DE NOUS. 🙏 « 

 

8 – Le chef étoilé parisien Bruno Verjus (ex journaliste) et propriétaire du restaurant TABLE, a mis en ligne une lettre ouverte au Ministre de l’Économie, il en appelle au bon sens,  » le confinement pour lui est une mort programmée pour les entrepreneurs ». Retrouvez sa lettre ci-dessous et cliquez ICI pour soutenir sa démarche. 

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de l’Économie
Vers un COVID économique
On nous annonce une récession plus forte qu’en 1945, après nous avoir parlé d’état de guerre.
Le COVID-19, aux origines discutées, affole la boussole politique et clive profondément la médecine, opposant de véritables clans. S’il s’attaque à des corps, ce virus infecte tous les esprits.
Il n’est pas difficile, ces derniers temps, de lire à livre ouvert dans les communications médicales. Une intelligentzia au service des grands laboratoires y prône le management de la peur et la doctrine des grands essais. Les traitements suivront, et une politique de santé adaptée au cas par cas.
Face à elle, pour filer la métaphore de la guerre, des francs-tireurs : des résistants qui, eux, fidèles en mots et en actes au serment d’Hippocrate, soignent avec l’urgence de la situation. À ceux qui ont le loisir de le faire, ils laissent l’art du commentaire.
L’économie connaît la même scission. La crise est inévitable. Le remède, lui, s’apparente aux masques à livrer, dans un futur sans cesse repoussé, pour lutter contre le corona. Remède qui, soyons honnêtes, revient à offrir des préservatifs le jour de l’accouchement. Si ce remède se moque de l’efficacité, il est, en revanche, redoutable pour diffracter la peur et contrôler la masse. La voici malléable, prête à épouser la versatilité des théories, puisque sous cloche, confinée.
Observons les « solutions » brandies : recours aux différés de règlements — taxes, charges, loyers, gaz, électricité, impôts ­— et, cerise sur la gâteau, prêts à taux zéro avec la garantie de l’état (BPI) pour un an.
Ce tour de magie pourrait faire recette : demain on rase gratis, et c’est tous les jours demain.
À l’heure où l’opinion ne cesse de changer, il est aujourd’hui une certitude, indiscutable : le haut péril qui s’abat sur les petites et moyennes entreprises. Celles qui emploient et créent une économie réelle par les liquidités qu’elles produisent, et les charges et les impôts dont elles s’acquittent.
Avec vos experts, avez-vous discuté de nos conditions de confinement ? Voilà vingt jours que nous sommes seuls ou en famille — et en bonne santé. Mais également, très reposés.
Puisque les tests ont toute votre confiance, pourquoi, une fois testés, ne pas reprendre notre activité avec celles et ceux qui le veulent ardemment ? Et qui peuvent, dès demain, relancer l’économie de notre pays ? Pour, une fois au moins, traiter les causes avant de s’acharner sur les conséquences.
Ce sont ceux qui reprendront la barre, de façon motivée et médicalement sûre, qui relèveront à coup sûr l’économie et qui permettront ainsi à notre pays de retrouver sa place dans le monde.
Oui, nous voulons travailler, nous ne voulons pas faire partie des morts blanches de notre société, de toutes ces faillites et de ces dépressions qui n’attendent plus que quelques jours pour se dresser comme une armée — une armée des ombres. La France, bientôt, si nous ne refusons pas cette mort programmée.
Plutôt que périr sans combattre, nous voulons aussi devenir vos « héros », puisqu’ils vous en faut.
Le drame de la pandémie nous coûtera quatre mois. Celui de l’économie, si aucune mesure n’est prise, nous coûtera quatre ans. Nous n’en avons pas les moyens.
Noam Chomsky a longuement théorisé la peur. Si elle discipline le peuple, elle indiscipline l’économie. Des principes suicidaires sont impensables pour une nation. Nous ne voulons pas d’un présent en ruines ni d’un futur en flammes.
Nous voulons travailler. Pour nos familles, pour l’amour de notre métier, et pour la France. – 
Bruno Verjus

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (63%)
  • Mmmm interessant (13%)
  • Amusant décalé (13%)
  • Inquiétant (13%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *