Omnivore, le Festival Food qui bouscule encore et toujours le monde de la gastronomie, entre masterclass, conférences, food trucks et rencontres

15 septembre 2020  0  Chefs & Actualités MADE BY F&S
 

signature-food-and-sens F&S était tout ce lundi sur Omnivore – Allez hop tout le monde à la campagne ou le plaisir de la campagne à quelques pas de la ville. Aurons-nous le temps de visiter le parc, de humer les parfums des fleurs, pas sûr. L’aventure omnivoresque est trop riche, trop joyeuse, pour passer à côté …

Un programme de festivalier attentif et engagé nous attend ce ne sont pas moins de quelques dizaines de chefs qui vont se produire sur la grande scène, des dizaines de producteurs des food trucks, des artisans. Mais revenons sur ces jours qui ont vu défiler sous le soleil bienveillant tous ceux qui ont quelque chose à dire, à partager, à proposer dans ce monde de l’après.

Samedi, sur la scène Oudoor, animée par Raphaële Marchal, Guillaume Sanchez a annoncé qu’il déménageait. Il traverse la rue, se pose en face de son premier Neso avec la farouche volonté de développer la pâtisserie et qu’un retour à ltapâtisserie était probable « dans pas longtemps ».

Yves Camdeborde, Hôtel relais St Germain, Paris, –  Tabata et Ludovic Mey, Les Apothicaires, Lyon.

Le festival à la programmation 100%française  présentent des têtes d’affiche historiques et des révélations, des chefs intimidés qui font leur premier pas sur la Grande Scène. Depuis qu’ils rêvaient d’être là… Les jeunes loups de la cuisine Stéphane Jégo, L’Ami Jean, Paris, l’ambassadeur émérite de la cuisine basque monte pour la première fois sur la scène d’omnivore. Lui le chef engagé et solidaire qui a agité le confinement, arrive débordant de gouille et de générosité et de choses à dire et à montrer.

Alexia Duchêne – elle avec plus vote que son ombre Alexia, elle affiche un cv impressionnant est passée par toutes les grandes maisons avant de s’installer chez elle, travaille sur son premier livre et sur la suite qui ne pourra être qu’éclatante lumineuse et sincère.

César Troisgros petit-fils de Piere, fils de Michel qui perpétue et écrit sa cuisine dans la maison familiale. Il a su se faire un prénom grâce à une solide formation et à ce petit plus qui s’appelle le talent, et autres.

Les Sammut sont venues de Lourmarin et de Marseille avec accent et casquette pour Reine, détermination et volonté de chambouler la cuisine pour Nadia, d’écrire une nouvelle cuisine à L’auberge familiale  La Fenièrebonheur de sourire les meilleurs produits dans son Epicerie L ‘Idéal, caverne d’Ali baba pour Julia.

Lundi, les premiers à animer la scène sont Roxane & Jean Sévègnes, Le Café des Ministères, Paris. Un bistrot français raisonné bio la assiettes suivent les saisons, font voyager en France profonde. les artichauts poussent en Bretagne, le saumon nage dans les eaux de Cherbourg,, les st jacques sont pêchés localement.

Maxime Laurenson (jeune talent France du G&M 2018, une étoile Michelinau Loiseau Rive Gauche), aujourd’hui chef de son restaurant Rustique à Lyon, monte lui aussi pour la première fois sur la Grande Scène d’Omnivore. De sa jeunesse en Auvergne, il a gardé des souvenirs champêtres et rustiques qui imprègnent sa cuisine attachée à la terre et au terroir, respectueuse de la tradition. « J’ai toujours cuisiné en mon âme et conscience, en fonction des choses qui me touchent, et je continuerai ainsi. »confie  Maxime Laurenson. Au Rustique,  la parole est donnée à la nature sauvage et aux paysans qui la domptent, elle est comme la vie paysanne, brute et généreuse marquée par la puissance du feu de bois et la fraîcheur végétale. Cuisine terroir moderne.

Tout au long de la journée, rencontres et débats sur la scène Grand Angle

Toute la journée pour un tour de France en saveurs et en goût, vont défiler des femmes et des idées, Camille Labro, journaliste de M le monde, anime le débat de la scène Grande Angle. Sur la grande scène, Claire Darmon parle  Gâteaux et Pain,  celle qui fut longtemps l’adjointe de Christophe Michalak a pris son envol sucré  – Elle nous raconte son histoire, l’histoire de ses viennoiseries comme Le Chausson aux Pommes, viennoiserie de saison qui ne peut se déguster que pendant la saison des pommes, qui demande sept jours de préparation, qui exige de prendre le temps, d’avoir de la patience. L’unique chausson aux pommes de Claire Darmon se fait en trois temps : Il faut faire une compote, faire rôtir des pommes, les caraméliser, et ajouter de la pomme crue. Il ne faudra que quelques minutes pour le dévorer ! 

 

Nous avons découvert une femme virtuose du cocktails Margot Le Carpentier.  Laëtitia Visse qui cuisine à Marseille dans son restaurent La Femme du Boucher, abats et charcuterie. Très inspirée ar les morceaux choisi des bouchers, elle vient de publier aux Éditions de L’Epure, Dix façons de préparer les couilles. Des hommes qui ont la cuisine chevillée au corps et au coeur. Atsumi Sota, de Maison Sota, Paris  –  

Eric Guérin de La Mare aux Oiseaux à Saint-Joachimchef radieux, réjoui, comblé par ses émotions, ses voyages, ses découvertes et ses rencontres, Discret  poète-voyageur qui a refusé de faire voyager sa cuisine jusqu’à la capitale préférant rester sur ses terres, les marais de la Brière, au plus près de La Mare aux Oiseaux où il côtoie chaque jour bêtes à poils et bêtes à plumes. Cuisine d’un chef sous influence de ses émotions, de ses rencontres   et de ses voyages. De ses rêves, de ses peurs, de ses désirs… 

Bruno Verjus de Table à Paris, initiateur de la Scène Artisan en 2013. Il débarque avec son élégance et sa culture gastronomique, sa simplicité et son savoir-faire reconnu, sa volonté de défendre et honorer une cuisine précise, goûteuse – Hugo RoellingerLe Coquillage à Saint-Méloir-des-Ondes. Fils de … Olivier comme César troisgros, il s’est fait un prénom. Cuisine océans, maritime, identitaire, au plus près des produits.

Voilà … le chef Alain Ducasse alors d’un passage éclair sur le site Omnivore, ici en compagnie du fondateur de l’évènement Luc Dubanchet

Demain mardi plateau d’excellence encore, sur la scène vont mettre leur grain de sel,  Amandine Chaignot, Pouliche, Paris, elle a failli être pharmacienne mais aujourd’hui elle ne vend pas du paracétamol mais donne du bonheur et du plaisir dans on premier restaurant –

Romain Meder, Alain Ducasse au Plaza Athénée, Paris, un grand très grand pâtissier, discret et talentueux –

Jean Sulpice, L’Auberge du Père Bise, Talloires, a laissé les bords du lac d’Annecy, la nature qui l’inspire qu’il magnifie dans sa cuisine identitaire à retrouver dans son dernier livre  – Céline Pham, cheffe nomade, elle saute de cantine en boulangerie, de restaurant ami en pop-up, en perpétuelle (r)évolution Alexandre Couillon, La Marine, Noirmoutier, chef libre, respectueux et fidèle à son terroir – ne lâche jamais ses projets et ses rêves.  et pour clôturer le show le jeune agitateur des années 2000,  Pascal Barbot devenu pétillant quinquagénaire qui ne cesse d’inventer et réinventer la cuisine animer cette rentrée différente avec son complice de toujours Christophe Rohat. Les acteurs du fameux Astrance  sont toujours furieusement animés portés par une cuite vive élégante recherchée inspirée, une nouvelle cuisine , celle de l’après. La haute gastronomie celle qui pétille qui donne des émotions et des étoiles dans les yeux, qui colle à l’humer du chef magicien qui joue l’audace. il ose, il s’amuse et régale furieusement

jessica Préalpato la reine de la desseralité, élue Meilleure chef Pâtissier du Monde en 2019, auréolée de trois étoiles, lutte contre le sucre, revendique une pâtisserie de saison, balançant entre amer et acide qu’elle maîtrise parfaitement, pâtisserie audacieuse, étonnante.

Le chef Ducasse et le Top Chef Adrien Cachot

Nous marchons beaucoup, sous le soleil infatigable, nous découvrons pas moins de 80 partenaires, exposants, artisans, vignerons, fournisseurs divers et variés. Nous retrouvons la grande famille de la restauration, le grand public, les chef(fe)s, des dégustations, des artisans, des producteurs et fournisseurs. Omnivore a pris un sacré coup de jeune, nous pourrions presque nous croire sur un campus, le campus d’une université décontracté.

Nous dégustons, des captons des recettes , nous shoppons allègrement des légumes et des quilles.  Nous nous posons devant des scènes ici et là 5 pas moins montées pour recevoir plus de 150 invités, chefs , pâtissiers, chefs confirmés, chefs avant-gardistes invités, Guillaume Sanchez, Giovanni Passerini, Cédric Grolet. Nous posons devant des food trucks de tout premier choix, 6 pour tous les goûts, toutes les envies, toutes les curiosités, dim sum et glaces artisanales, viande fumée et surprise, non vous ne rêvez pas, venu de Marseille, Alexandre Mazzia au volant et au fourneau de sa cuisine qui roule et qui fume. 

Les chefs Yves Camdeborde, Adrien Cachot, Christian Le Squer

Omivore est  l’occasion de faire un point sur l’actualité de la Food et des tendances à travers des rencontres et de nombreux débats évoquant les grands enjeux environnementaux et sociétaux de poser et se poser le questions pour redéfinir le monde de la food. « C’est l’occasion de rencontrer des chefs ou des grands noms de la gastronomie en direct, dans des espaces beaucoup plus informels », explique Romain Raimbault, le nouveau directeur du festival.

 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Mmmm interessant (50%)
  • Inquiétant (50%)
  • Je suis fan (0%)
  • Amusant décalé (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *