Les chefs et restaurateurs Suisses sidérés par le peu d’engouement du Conseil Fédéral à aider le secteur – 50% d’entres eux pourraient faire faillite

12 janvier 2021  0  Chefs & Actualités Dossiers F&S F&S LIVE
 

signature-food-and-sens Les chefs et restaurateurs suisses sont au bout du rouleau, les autorités du pays imposent à nouveau aux restaurants de prolonger la fermeture de leurs portes, mais ce n’est pas pour autant que le secteur est aidé financièrement.

Le secteur du tourisme touché de plein fouet par la crise sanitaire mondiale, même si les stations de ski restent ouvertes

Normalement prévue pour le 22 février prochain, la réouverture est reportée tout au mieux à la fin du mois de février, plusieurs chefs commencent à réclamer des aides, alors que l’ensemble des pays limitrophes sont déjà engagés dans un plan de soutien.

Le chef Denis Martin installé à Vevey en Suisse

Le chef étoilé Denis Martin a indiqué : « La Suisse tarde : qui paie mal, paie deux fois !!!
Nous voulons du concret ce Mercredi. Les demi-annonces de notre Conseil Fédéral sont un fardeau, une fatigue. Le pire c’est l’attente, l’attente est plus dure à supporter que la pire des douleurs.
Qui commande paie !!!
Le Conseil fédéral qui a ordonné l’interdiction d’exercer notre activité doit assumer ses responsabilités et verser des compensations financières sans complication administrative qui aille au-delà des indemnités pour cas de rigueur pour les dommages considérables occasionnés à la branche durant la fermeture de nos restaurants ( loyers, charges sociales, charges énergétiques, assurances, etc.)
Les pays voisins de la Suisse contribuent largement à verser toutes les charges des restaurateurs en plus des RHT. Le proverbe tondre un œuf à toute sa place »

Voyez ci-dessous ce que résument le Figaro via l’AFP :

Près de la moitié des entreprises suisses du secteur de la restauration et de l’hôtellerie risquent de faire faillite d’ici fin mars sans aide de l’État pour affronter les conséquences des restrictions imposées par la lutte contre le Covid-19, a averti dimanche la fédération représentative du secteur.

Le gouvernement suisse va probablement prolonger cette semaine la fermeture des bars, des restaurants et des lieux de loisirs du pays jusqu’à la fin du mois de février, avec l’espoir de faire reculer le nombre toujours élevé de cas de Covid-19 et de décès. Ces restrictions devaient initialement être levées le 22 janvier.

Mais «d’ici la fin mars, la moitié de tous les établissements de l’hôtellerie-restauration feront faillite s’ils ne reçoivent pas dès maintenant une indemnisation financière», avertit dans un communiqué GastroSuisse, la fédération de l’hôtellerie et de la restauration.

Un besoin urgent de soutien financier – L’organisation, qui a interrogé environ 4.000 propriétaires de restaurants et d’hôtels, affirme que 98% d’entre eux ont déjà un besoin urgent de soutien financier. «L’existence de nombre d’entre eux s’en trouve même menacée s’ils ne reçoivent pas de l’argent maintenant», s’alarme le président de GastroSuisse, Casimir Platzer, cité dans le communiqué. «Avant la crise, plus de 80% des établissements avaient de bonnes, voire très bonnes liquidités. En l’espace d’un mois, 80% des établissements se sont retrouvés dans une très mauvaise situation», déplore GastroSuisse. 

En octobre, alors qu’une deuxième vague de contaminations prenait de l’ampleur, l’organisation avait «alerté sur les 100.000 emplois en péril», rappelle-t-elle. Au cours des deux derniers mois de 2020, près de 60% des établissements du secteur ont été contraints de réduire leurs effectifs, après une première série de licenciements au printemps, affirme-t-elle. 

Sans intervention du gouvernement, une troisième vague de licenciements se profile, met en garde M. Platzer. «GastroSuisse exige donc que le Conseil fédéral se montre courageux et indemnise financièrement l’hôtellerie-restauration immédiatement et sans complications», écrit la fédération.

L’USAM (Union suisse des arts et métiers), un syndicat représentant les petites et moyennes entreprises en Suisse, a pour sa part appelé dimanche le gouvernement à ne pas prolonger ou resserrer les mesures, avertissant qu’il s’agissait d’une «question existentielle» pour nombre de ses membres.

La Suisse qui compte 8,6 millions d’habitants enregistre actuellement environ 4 000 cas de Covid-19 par jour. Vendredi, elle recensait près de 476.000 cas et 7.545 décès depuis le début de la pandémie.

 
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (100%)
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *