Stéphane Bonnat, artisan chocolatier « en détresse », partage une lettre – #crisecovid19

25 mars 2020  3  MADE BY F&S
 

signature-food-and-sens Nous avons reçu cette lettre de Stéphane Bonnat. Artisan chocolatier à la tête de l’entreprise familiale près de  Grenoble. Comme les chefs, restaurateurs et d’autres artisans, les chocolatiers-pâtissiers-confiseurs sont frappés de plein fouet par la crise. Stéphane Bonnat a pris sa plume pour s’exprimer sur le maintien de l’ouverture des chocolatiers-confiseurs-pâtissiers,  tout au moins de ceux qui le veulent, ils ont la liberté d’ouvrir de fermer, en fonction de la situation de leur enseigne. Les fêtes de Pâques approchent, elles n’auront aucune saveur cette année et pourraient se fêter à la mi-carême mais les maîtres du chocolat  ont travaillé depuis des mois sur la production d’oeufs, lapins, poulettes, de tout le bestiaire qui fait la joie des grands et des petits le temps d’un week-end.

 

Bonjour à tous.
C’est avec une totale surprise que nous ouvrons à nouveau ce mercredi. Surprise car il nous avait été expressément demandé de fermer il y a une semaine. Surprise de découvrir que l’activité de confiserie et chocolat est considérée comme nécessaire à la survie de la Nation et que non, nous ne devons pas rester fermés.
Il est formidable que nous puissions à nouveau être au contact de nos clients, sauf que….
– Comment pouvons assurer la sécurité de notre personnel sensé se trouver en confinement pour stopper l’expansion du COVID-19 ? La chocolaterie Bonnat procède régulièrement à des analyses et des contrôles sanitaires, nos lieux de stockages sont stérilisés à la fois avec des agents aqueux (certifiés biologiques) et des lampes à U.V mais est-ce suffisant ?
– Comment justifier un déplacement nécessaire pour venir acheter du chocolat ?
– Comment continuer à produire alors que nos stocks de cacaos ont été bloqués à plus de 1000 kilomètres de la chocolaterie ?
Vous êtes nombreux à avoir commandé via internet ou par téléphone et nous vous en remercions. Le plus proche centre d’expéditions professionnelles de la Poste est désormais à 50 kilomètres de Voiron. Génial, il n’y a plus de collecte. Ça va être rigolo de papoter avec les forces de l’ordre qui ne vont pas manquer de m’arrêter tous les 5 kilomètres afin que j’explique les raisons qui motivent ce déplacement. Ils vont sûrement apprécier de devoir contrôler un usager de plus, peut être porteur du virus alors qu’ils sont à visage découvert ainsi qu’il leur est imposé (oui parce qu’il a été décidé en haut lieu que le port de l’uniforme générait un champ de force bactériologique impénétrable. La prochaine épidémie verra des Gendarmes ou Policiers en slip munis d’un badge magique. On a vraiment hâte).
Alors oui, nous avons fait fabriquer des masques trois plis identiques à ceux utilisés en salles d’opérations, stérilisés quotidiennement. Oui nous utilisons des gants jetables régulièrement changés. Oui toutes les surfaces de contacts sont stérilisées toutes les heures, poignées de portes et interrupteurs inclus. Oui, nous allons remettre en fonction les pédiluves achetés à prix d’or lors du SRAS (que l’on a un peu oublié) et oui, si il le faut pour assurer notre sécurité à tous, nous traverserons un rideau de flammes allumé par des zombies chevauchants des tyrannosaures armés de mitraillettes mais honnêtement, on a un peu l’impression qu’on se moque de nous.
En l’état actuel des informations qui nous sont communiquées, nous devons nous conformer à une obligation d’activité partielle afin de pouvoir, éventuellement, bénéficier des dispositifs mis en place par le gouvernement. Je me pose cependant la question suivante : Quelles sont les motivations qui poussent les autorités à nous inclure dans les activités « primordiales » et quel exemple donnons-nous, nous chocolatiers/confiseurs de France en ouvrant nos magasins alors que la raison et les scientifiques de tous poils nous recommande le contraire ?
Soyez sympas, signez les pétitions qui nous permettraient de pouvoir rester fermés et pris en charge par les dispositifs gouvernementaux mis en place pour nous aider, nous chocolatiers/confiseurs de France à passer cette période horrible. Pâques représente pour certains d’entre nous jusqu’à 30% de notre activité annuelle et il sera impossible de préserver nos entreprises artisanales et de protéger nos personnels sans ces dispositifs.
Bon, allez. Je pars apprendre à marcher sur la tête.

 

 
.
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (77%)
  • Je suis fan (15%)
  • Mmmm interessant (6%)
  • Amusant décalé (2%)

3 réflexions au sujet de « Stéphane Bonnat, artisan chocolatier « en détresse », partage une lettre – #crisecovid19 »

  1. Hubert Honoré

    Bonjour Mr Bonnat
    Étant un aficionado de votre chocolat (que je commande par lot de 170 plaques trois fois par an) et dont je ne peux me passer, je vous félicite pour votre prise de position et vous encourage à obtenir gain de cause, je signe donc bien évidemment votre pétition ! Merci pour votre chocolat !
    Hubert Honoré

    Répondre
  2. Patisserie chocolaterie Grana 38200 Vienne

    Félicitations Mr Bonnat . Entièrement d’accord avec vous. Ou peut on signer la pétition ? Merci . Cordialement
    .

    Répondre
  3. JJp pages

    Un chocolat de chez Bonnat se mérite ! Il faut savoir attendre la fin du confinement pour retrouver le chemin de votre magasin de Voiron . Merci pour votre lettre pleine de réalisme. Jp en Carladez

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *