Le monde de la food se mobilise pour Beyrouth – Chefs & personnalités s’engagent pour lever des fonds – #AskChefsAnythingBeirut

10 septembre 2020  0  MADE BY F&S
 

signature-food-and-sens Akrame Benallal, Christophe Michalak, Daniel Patterson, Domonique Crenn, Enrique Olvera, Gaggan Anand, Stéphane Jégo, Jean-François Piège, Simone Tondo, Tom Colicchio, Wyllie Dufresne, David Kinch, Alice Waters, font partie des chefs qui s’engagent pour récupérer des fonds pour soutenir les victimes de la catastrophe qui s’est déroulée le 4 août dernier à Beyrouth.

ASK CHEFS ANYTHING

Il y a aussi pas mal de journalistes qui apportent aussi leurs contributions comme : François Régis-Gaudry, François Simon, Raphaele Marchal, Rita Jammet, Elvira Masson, Andrew Zimmern, … et de nombreuses personnalités tous passionnés de « Food ».

Pour retrouver l’ensemble des participants cliquez ICI

Du 10 au 13 septembre, près de 100 chefs & personnalités amateurs de bonnes choses uniront leurs forces pour #AskChefsAnythingBeirut, une vente aux enchères en ligne visant à récolter des fonds pour aider les centaines de milliers de victimes impactées par l’explosion tragique du 4 août à Beyrouth. Chaque participant mettra aux enchères 30 minutes de leur temps pour partager par vidéo-chat leurs recettes et astuces culinaires préférées. L’opération est née au Liban sur le modèle de celle menée en avril 2020 pour aider les immigrants de la restauration affectés par le coronavirus à New York.

Des enchères pas comme les autres, ce ne sont pas des objets, des repas ni du mobilier qui vont animer les enchères, non simplement  des « conversations intimes » des confessions, des confidences entre passionnés de la cuisine. Les chefs invités partageront leurs secrets, leurs recettes, leurs conseils avec ceux qui seront les heureux élus et échangeront des mots en pensant à la reconstruction de la capitale du pays du cèdre, où tout reste à faire. « Contrairement à nos éditions américaines où l’objectif de la levée de fonds était exclusivement d’assurer de la nourriture aux immigrés de la restauration, nous avons décidé pour Beyrouth, avec la collaboration de Johaina Ahdab Zouki et son époux Kimmy en chefs de projet, de ne pas concentrer toute notre action uniquement sur ça, car la ville reçoit déjà beaucoup de donations alimentaires, mais plutôt sur d’autres besoins, et il y en a, poursuit Anna Polonsky, du studio de design et stratégie Polonsky & Friends. Il était donc important de trouver une organisation qui travaille sur différents aspects de la reconstruction. Les fonds récoltés seront ainsi distribués à Beit el-Baraka, et une partie des recettes participera à l’achat de repas auprès de la nouvelle cantine solidaire de Kamal Mouzawak. »

 Pour venir en aide à une ville complètement dévastée, touchée en son coeur et son histoire, pour donner espoir à une population entre angoisse et désespoir, abandonnée, en détresse, totalement démunie, ayant tout perdu dans des explosions, qui reste entre colère et tristesse,  des initiatives se multiplient dans le monde.

Autre appel à l’aide. Celui du chef Kamal Mouzawak pour soutenir, sauver son restaurant solidaire Tawlet et le marché fermier Souk el Tayeb. Le Liban terre d’accueil et de partage, de vie intense, d’appétit d’être et de vivre, terre de cuisine et jardin de produits divins, est aussi terre de chefs, de grands chefs soucieux de transmettre et et faitre tomber les frontières et oublier les guerres. Kamal Mouzawak est de cette race de seigneurs qui cultive le manger-ensemble pour établir le vivre-ensemble.

Un « food activiste » -comme le surnomme le New York Times – prêt à tout pour faire régner la paix avec la nourriture. Il proclame son mantra « Make food, no war » – nom de l’ONG qu’il a créée – et confie avec un sourire pacifique que la nourriture est l’une « des expressions les plus sincères et les plus authentiques de nos racines, de nos traditions et de notre histoire ».  Depuis le 4 août il est avec les membres de « sa famille » du restaurant et de la ferme sous le choc des explosions qui ne font qu’alourdir les problèmes dus à « une situation économique catastrophique, à une pandémie sans précédent et à une corruption gouvernementale implacable. « Nous appelons le monde, nos amis et la diaspora libanaise à faire un don à ce fonds de secours afin d’aider les membres de la famille Tawlet et Souk El Tayeb et les producteurs dont la vie a été affectée par l’explosion. Les membres de notre communauté risquent de perdre leurs bouées de sauvetage et leurs moyens de subsistance. L’argent sera dépensé pour réparer et rénover le magasin, les cuisines et les bureaux, ainsi que pour couvrir les opérations de Tawlet et Souk El Tayeb (ingrédients, produits, salaires et transport) pour les mois à venir. Aidez-nous à garantir des emplois à des centaines de femmes, d’agriculteurs, de producteurs, d’employés et de leurs familles. Cette levée de fonds est organisée avec Kamal Mouzawak et les équipes de Tawlet & Souk El Tayeb. Cyril Haddad est en charge de la campagne au nom de Tawlet et Souk el Tayeb. Les fonds seront retirés et transférés électroniquement à Kamal Mouzawak et aux équipes de Tawlet & Souk El Tayeb sur une base hebdomadaire / bi-hebdomadaire. Nous comprenons que les banques libanaises n’autorisent pas les paiements internationaux pour le moment. Pour les dons nationaux, veuillez contacter Tawlet directement. Si vous avez des questions sur cette campagne, n’hésitez pas à contacter Tawlet. »

Vous pouvez participer à ces élans de solidarité en achetant des livres, des livres de cuisine. Notamment ceux de Noha Baz ( ci-dessus ), femme de paix et de soleil, femme dont les seules armes sont les mots du coeur qu’elles alignent dans ses livres. Pour ne jamais perdre son sourire et sa belle humeur indispensables pour soigner les enfants qu’elle reçoit au sein de l’association LesPetits Soleils. La médecine comme la cuisine la sauvent, illuminent sa vie , surtout quand elles s’occupent d’enfants malades et défavorisés au Liban. Elle s’éloigne parfois quelque peu de la pédiatrie pour se ressourcer dans les arts comme la mode, la littérature et la musique, dans l’amitié et la cuisine!  Elle s’adonne à la gastronomie avec jubilation, pour « expier, dit-elle, sa gourmandise ».Les bénéfices de  ventes de ces livres seront reversées à l’association qu’elle a créée Les petits soleils, qui prend en charge au quotidien les soins d’enfants démunis au Liban, réfugiés syriens et iraquiens compris. Noha Baz en est la présidente-fondatrice. Une association non lucrative, apolitique et non confessionnelle, qui poursuit sa vocation avec l’appui des cotisations spontanées des membres, des dons et des parrainages. Les livres de Noha : Zaatar – Grenade parus aux Editions de l’Epure, collection 10 facons de préparer – La-nuit-de-la-pistache. Il n y-a pas de honte à préférer le bonheur –  La recette d’où je viens-

 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *