Ce n’est pas au guide Michelin d’appliquer une parité dans son palmarès, mais aux systèmes d’éducation et de recrutement de pousser plus de femmes vers la profession de chef de cuisine

03 novembre 2017  0  Dossiers F&S
 

signature-food-and-sens Lors de la présentation du guide Michelin New York 2018 le directeur des éditions des guides dans le monde Michael Ellis s’est exprimé sur les palmarès du guide qui d’après certains ne mettent pas assez en avant les femmes chefs.

Michael Ellis a bien évidemment exprimé son regret, mais a expliqué ” que Michelin ne peut rien faire “, ce n’est pas le guide qui met les chefs en place dans les restaurants, et Michelin juge l’assiette, la créativité du chef, la qualité du service et la tenue du restaurant et pas si le chef est de sexe féminin ou de sexe masculin.

Alors même si seulement 8% des chefs du Michelin NYC sont des femmes, cela n’a pas empêché le directeur du guide d’honorer Melissa Rodriguez, chef exécutif du restaurant Del Posto et nouvelle étoilée 2018, en disant qu’il était “réconfortant” qu’elle soit femme chef de cuisine dans un restaurant étoilé Michelin.

Quand à la chef M. Rodriguez elle a exprimé que peu importait le sexe du chef, que seule et uniquement la qualité du travail produit comptait, elle même gère 175 employés de toutes catégories au restaurant Del Posto sans faire de différence. Elle a aussi indiqué trouver très ennuyant le fait que de poser constamment la question de la responsabilité de la profession pour accroitre la diversité dans le secteur avec plus de femmes.

Du côté de San Francisco et Chicago, les femmes chefs plus présentent sur les guide Michelin environ 20% du panel des chefs référencés, donc la seule règle reste le talent.

Une porte-parole du guide Michelin a indiqué que les étoiles sont attribuées aux restaurants selon des critères tels que la qualité des produits, la maîtrise culinaire, le rapport qualité-prix, la cohérence et la «personnalité» du chef dans sa cuisine et non en fonction d’être un homme ou une femme. 

Michelin a aussi ajouté, que c’est positif que de plus en plus de femmes s’engagent dans la profession de partout dans le monde, mais qu’il revient aux systèmes d’éducation et d’orientation, et même au réseaux de recrutement de pousser vers plus de diversité et de parité dans le domaine culinaire.

Source et Photo Twitter Eater
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Je suis fan (0%)

Une réflexion au sujet de « Ce n’est pas au guide Michelin d’appliquer une parité dans son palmarès, mais aux systèmes d’éducation et de recrutement de pousser plus de femmes vers la profession de chef de cuisine »

  1. Ping : Vins bleu, recordman, les 10 actualités de la semaine du 1er novembre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *