Inaki Aizpitarte – Une étoile à qui l’eût cru ?

11 février 2018  0  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens Retrouvez l’article de TELERAMA sur le chef Inaki Aizpitarte qui contre toute attente a décroché une étoile au guide Michelin- Certains y ont vu l’influence du guide du Fooding entré dernièrement dans le groupe Michelin, mais finalement ne faut-il pas voir simplement le talent du chef ? … PORTRAIT

 

Iñaki Aizpitarte dans son restaurant Le Chateaubriand par Yann Rabanier. Ce lundi 5 février, le guide Michelin dévoilait son palmarès 2018, l’annonce de la première étoile d’Inaki Aizpitarte en est une des surprises. Pourquoi reconnaître seulement maintenant le talent d’un chef qui a inspiré avec tant de panache la nouvelle vague bistronomique (néologisme né de l’association des mots bistrot et gastronomique) au milieu des années 2000 ? Depuis la reprise du Chateaubriand (Paris 11e) en 2006, le longiligne cuisinier d’origine basque n’a fait aucun effort pour séduire les inspecteurs du guide rouge. D’abord en s’installant dans un arrondissement pas encore entièrement gentrifié, avenue Parmentier, dans un lieu vieillot et jusqu’à alors cerné par les fast-foods. Puis en endossant malgré lui le costume de père spirituel d’une nouvelle génération de chefs, qui vont méticuleusement déconstruire un à un les codes du Michelin : Sven Chartier, Bertrand Grébaut, Franck Baranger, Tatiana Levha, Romain Tischenko, Grégory Marchand…La méthode Aizpitarte est aussi limpide que le refrain d’un morceau de Retox, un groupe de punk hardcore américain qu’il affectionne. Menu unique (en route pour l’aventure), carte de vins à tendance nature, cadre brut de décoffrage, service en salle ultra relax voire nonchalant, musique (forte, de préférence) en cuisine, prix abordables… « Mon but était d’ouvrir un restaurant, d’y cuisiner dedans et d’essayer de m’exprimer, de créer des choses, de faire en sorte que ça marche », précise-t-il, modestement. Retrouvez sur telerama.fr le portrait du cuisinier par François Chevalier. À découvrir: Le Chateaubriand, 129 Avenue Parmentier, 75011 Paris. Menu unique à 75 euros, servi le soir. Fermé dimanche et lundi. Réservation obligatoire. ©Yann Rabanier pour Télérama @yannrabanier #InakiAizpitarte #IñakiAizpitarte @francoischevalier @teleramasortir @michelinguide #lechateaubriand #bistronomie #guidemichelin

Une publication partagée par Télérama (@telerama) le

EXTRAITS –

Contre toute attente, le cuisinier iconique du restaurant parisien le Chateaubriand a reçu, le lundi 5 février, une étoile au guide rouge. Une récompense bien trop tardive pour le chef de file de la bistronomie française. Décryptage.

Ce lundi 5 février, le guide Michelin dévoilait son palmarès 2018 lors d’une soirée organisée à La Seine musicale, à Boulogne-Billancourt (92). Si la cérémonie de remise des prix — aussi trépidante qu’une soirée d’Eurovision commentée par Laurent Ruquier — a déjà fait couler beaucoup d’encre, l’annonce de la première étoile d’Inaki Aizpitarte reste néanmoins une surprise. Pourquoi reconnaître seulement maintenant le talent d’un chef qui a inspiré avec tant de panache la nouvelle vague bistronomique (néologisme né de l’association des mots bistrot et gastronomique) au milieu des années 2000 ? 

Une légende de la bistronomie

Depuis la reprise du Chateaubriand (Paris 11e) en 2006, le longiligne cuisinier d’origine basque — cheveux hirsutes, barbe de trois jours et jean coupe droite — n’a fait aucun effort pour séduire les inspecteurs du guide rouge. D’abord en s’installant dans un arrondissement pas encore entièrement gentrifié, avenue Parmentier, dans un lieu vieillot et jusqu’à alors cerné par les fast-foods. Puis en endossant malgré lui le costume de père spirituel d’une nouvelle génération de chefs, qui vont méticuleusement déconstruire un à un les codes du Michelin : Sven Chartier, Bertrand Grébaut, Franck Baranger, Tatiana Levha, Romain Tischenko, Grégory Marchand… 

…/… À lire sur TELERAMA en cliquant ICI

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (100%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *