Le chef Éric Guérin signera l’offre culinaire du Musée d’Arts de Nantes

28 mai 2017  0  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens 6 ans de travaux auront été nécessaires pour que le Musée d’Arts de Nantes ré-ouvre, ce sera le 23 juin prochain. C’est le chef Éric Guérin déjà propriétaire du restaurant – La Mare Aux Oiseaux – qui signera l’offre culinaire.

Outre son restaurant en Loire-Atlantique, le chef possède également le Jardin des Plumes dans l’Eure, les deux établissements sont étoilés au Guide Michelin. Avec le Musée des Arts de Nantes, le chef rajoute une nouvelle aventure à son parcours culinaire déjà bien intense.

Il fera partie des chefs comme Michel et Sébastien Bras au Musée Soulage à Rodez, Gérald Passédat au MUCEM à Marseille ou Éric Fréchon à proximité du Grand Palais à Paris …

Voilà ce qu’il dit au Parisien ( 20 Minutes ) :

Comment vous sentez-vous à un mois de l’ouverture ?

Avant tout, je suis excité. Après, c’est beaucoup de boulot. Les rendez-vous s’enchaînent les uns après les autres. En plus, il a fallu revoir la disposition des lieux. L’endroit avait été pensé pour faire juste une pause entre les expositions et là, on installe un bistrot. Autant dire que les cuisines sont un peu petites.

On peut en savoir un peu plus sur la carte ?

Je vais proposer des plats typiquement d’ici, le soir. On mangera nantais ! D’ailleurs, mon équipe est composée uniquement de cuisiniers originaires de la ville. Ce sont des personnes avec qui j’ai déjà travaillé par le passé donc il ne devrait pas y avoir de mauvaises surprises.

Pourquoi s’être lancé dans une telle aventure ?

J’ai un lien très particulier avec l’Art. Quand j’étais enfant, je voulais faire une carrière artistique. A l’époque, ma mère avait ouvert sa propre galerie d’art à Limetz Villez, près de Giverny. C’était vraiment un très bel endroit où les gens venaient admirer les œuvres mais aussi manger pendant les vernissages. D’ailleurs, je compte travailler en lien avec les tableaux du musée des arts.

Quel regard portez-vous sur la reconnaissance de votre travail ?

Je suis assez fier. En même temps, cette reconnaissance, heureusement qu’elle est là après 25 ans de boulot. Mais attention, la cuisine reste quelque chose de très difficile malgré la notoriété. Imaginez, aujourd’hui, j’ai encore des difficultés à embaucher car je ne trouve personne. Les stagiaires viennent mais ne reste pas la plupart du temps.

Votre notoriété ne vous aide pas ?

Si, dans certains cas. Par exemple, lorsque des équipes de télévision viennent ici dans le parc national de la Brière. Cela permet aux gens de découvrir des endroits magnifiques et de venir nous voir ensuite. Mais derrière, ce n’est vraiment pas évident. Ici, on a un hôtel 4 étoiles et des spas donc on s’en tire mais sinon il faudrait fermer six mois de l’année.

copyright – P Gérard
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *