Grégory Marchand

Prix Collet du livre de chef : tonight’s the night !

21 décembre 2018  0  À la petite cuillère
 

signature-food-and-sensQuand on arrive à une soirée, que la première chose sur laquelle on tombe est un kilo de truffes sur le comptoir de la cuisine, et qu’il y a Grégory Marchand, le chef de Frenchie, juste derrière le kilo de truffes, on peut prévoir que la soirée va être chaude.

Prix Collet

Pour vous plonger le mieux possible dans le souvenir de ce moment torride, vous êtes prié de lire cet article au son de Strobe Light des B-52s. D’abord parce qu’on y entend le plus beau dialogue érotico-téléphonique de l’histoire du rock. Écoutez vous-même :

Baby when I kiss your hair
I feel electricity in the air.
I’m gonna kiss your eyes.
— Ughh !
— I’m gonna kiss your neck.
— Unhh…
— Let me kiss your tummy.
— Ooh !
— LET ME KISS YOUR PINEAPPLE !
— OOO WAAAAH !
— TONIGHT’S THE NIGHT ! FOR LOVE UNDER THE LIGHT ! UNDERNEATH THE STROBE LIGHT !
(etc.)

Prix Collet

Et parce que cette chanson aurait pu être le générique de la soirée du 12 décembre, celle de la remise du prix Collet du livre de chef 2018 : tonight’s the night, c’est la soirée des soirées, celle où, non pas sous la lumière stroboscopique mais sous les puissants LED de l’espace Gaggenau, est révélée l’identité du lauréat. Tout, du discours d’Olivier Charriaud aux mets délicieux qui nous furent servis, était accompagné par la cuvée Esprit Couture des champagnes Collet. Un champagne très sexy, ça tombe bien.

Prix Collet

Un peu de suspense et l’on sait que le gagnant est Mauro Colagreco pour son livre paru aux éditions Alain Ducasse.

Prix Collet

Prix Collet

Jean-Rony Leriche, auteur de Ma cuisine antillaise (éditions Brigitte Eveno), et Michel Roth.

Prix Collet

Vous allez tout de suite comprendre pourquoi cette soirée est sexy : les truffes, déjà, et Grégory Marchand. Il cuisine comme un dieu, on est d’accord. Beaucoup de chefs cuisinent comme des dieux, mais cuisiner sexy, c’est autre chose. C’est un talent que possèdent, en fait, peu de chefs : par exemple Daniel Rose, Inaki Aizpitarte, Eleonora Zuliani, Carlo Mirarchi, Stéphane Jégo, Simone Zanoni, et oui, Grégory Marchand

Cuisiner sexy, ce n’est pas une affaire de cul, ni de provoc, encore moins de porno ou d’épate-bourgeois. C’est une façon de procurer du plaisir par la gourmandise, le croustillant, l’onctueux, le joyeux, et un certain abandon, quelque chose de simple, pas intello, instinctif, un peu enfantin dans le désir de satisfaire le convive. C’est inspirer une sorte d’ivresse des sens par des moyens directs et honnêtes. L’amour courtois transposé en cuisine.

Prix Collet

Je ne vous raconte pas de blagues, la preuve en est de ce portrait de deux éminents gentlemen du Champagne Collet saisis par la gourmandise. L’objectif n’a-t-il pas capté le plaisir de manger à l’état pur ? Et d’ailleurs, que mangeaient-ils ?

Prix Collet

Ceci ! Une phrase du grand gastronome américain James Beard (celui qui disait qu’un mangeur qui compte les calories est comme une pute qui regarde sa montre) me vient en tête à l’apparition de cette planche merveilleuse : petits sandwichs toastés tout croustimoelleux, saturés de beurre, fourrés d’une purée de truffes, d’un délicat jambon blanc « Le Bon Paris » et emmitoufflés, comme une demi-mondaine dans ses fourrures, de truffe râpée, de truffe râpée et encore de truffe râpée.

Prix Collet

Vous ne pouvez pas imaginer combien c’était bon. Quelle était, déjà, cette phrase de James Beard ? Ah oui : « Il n’y a rien de plus sous-estimé qu’un bon sandwich. »

Prix Collet

Mais bon, on ne va pas parler éternellement du sandwich. Avant lui, il y avait des scones au bacon et au sirop d’érable. Grégory, tu n’as pas honte ? Ces morceaux célestes se sont volatilisés avant que j’aie eu le temps de les photographier. « Il en reste ? — Non. — C’était pour faire une photo ! » (Regards amusés.) Il ne restait plus de scones, alors je vous remets une image des sandwichs.

Prix Collet

Prix ColletPrix ColletCroustillants choux de Bruxelles en tempura, bouchée de poireau confit, sublime Scotch egg mollet. Pourquoi Grégory Marchand ? Parce que c’est le lauréat de l’année dernière et, en tant que tel, il est chargé de faire la cuisine lors de la fête de remise du prix. Ce qui veut dire, logiquement, que l’année prochaine, ce sera Mauro Colagreco qui nous régalera. La vie est belle et le prix Collet, en quelques années, est devenu une des plus intéressantes manifestations du monde des chefs et de l’édition culinaire.

À la petite cuillère
Textes et photos : Sophie Brissaud

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (50%)
  • Amusant décalé (50%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *