Épicuriales de Liège 2018

Épicuriales de Liège 2018 : rencontres de chefs

25 mai 2018  0  À la petite cuillère
 

signature-food-and-sensIl a lieu chaque printemps, pendant le week-end de la Pentecôte, à Liège, au parc de la Boverie. C’est un rendez-vous que je ne manque jamais. De même, Stéphane Jégo, chef de Chez l’Ami Jean (Paris), n’en rate aucune édition depuis plusieurs années. Pour être exacte, il a tout de même séché l’année dernière, retenu par quelque événement en Bretagne, mais c’était à son corps défendant. À 3 heures du matin, le staff des Épicuriales avait reçu de lui ce SMS : « Vous me manquez, j’arrive. » Ils me l’avaient montré, tout joyeux : « Stéphane vient ! », mais c’était un faux espoir. Stéphane ne parvint pas à se libérer. Heureusement, il s’est bien rattrapé à ces Épicuriales de Liège 2018, illuminant l’événement de sa présence flamboyante sous le regard attentif de deux futurs chefs.

épicuriales 2018

Conquis par Liège, son punch, sa passion, sa convivialité, son ambiance unique, son ardente gourmandise aussi, Stéphane au fil des années a attiré d’autres chefs dans son sillage : Flora Mikula, Alexandre Morin, et, depuis deux ans, Jean-Marc Notelet, chef de Caïus (Paris), et cette année Alessandra Montagne (Le Tempero, Paris), talentueuse Carioca qui s’est mesurée avec lui en une battle de chefs mémorable.

épicuriales 2018

Chaque participant à la battle avait son bras droit, sélectionné parmi les espoirs de la cuisine liégeoise. Je n’ai pas retenu le nom de la jeune assistante, mais Stéphane a bénéficié du concours d’Andrea. Chez lui, c’est de famille, apparemment, car il n’est autre que le neveu de Lorenzo Barracato, très jeune chef (à peine la vingtaine) du Grand Café de la Gare de Liège.

épicuriales 2018

épicuriales 2018

épicuriales 2018

épicuriales 2018

Lorenzo Barracato.

épicuriales 2018

Jean-Philippe Watteyne a toujours la banane, même armé jusqu’aux dents. Il est chef du restaurant iCook, à Mons, et brandit ici un superbe couteau forgé par Cédric Henry de Frahan, créateur de la Forge Ferdinand. Sa tente aux Épicuriales s’appelle Rebelge ; je sais, moi aussi j’aurais aimé y penser, mais c’est lui qui l’a fait. Quand il ne grille pas des contre-filets entiers sur un barbecue Ofyr, Jean-Phi bataille aussi avec Stéphane.

épicuriales 2018

À gauche, Michel Cloes, consul de France à Liège, président de CCN World (Chef Culinary Network), consultant pour les Épicuriales et responsable de la Villa consulaire, un superbe espace années 30 au bord de la Meuse, à deux pas du festival. Cet ancien club nautique abritera bientôt, sous la direction de Michel, une brasserie et un restaurant gastronomique. À droite, Pierre Luthers, organisateur des Épicuriales.

épicuriales 2018

Quelques vues de la Villa consulaire, aménagée par Michel Cloes aux couleurs de la France en attendant les travaux.

épicuriales 2018

Épicuriales de Liège 2018

Robert Arpee Olbrechts, organisateur des Épicuriales avec Pierre Luthers.

Épicuriales de Liège 2018

Antoine Olbrechts, responsable de la communication numérique, des œufs brouillés au brunch du week-end, etc., et Jean-Marc Notelet.

Épicuriales de Liège 2018

Mireille Labylle installe le micro à Alessandra Montagne avant une démo.

épicuriales 2018

Lors d’un atelier culinaire autour du bœuf belge, Philippe Debruge (Mon Boucher, à Ans) nous fait la démonstration d’un plat-filet (paleron) de race bleue des prés (dérivée de la blanc-bleu belge) dénervé et paré en steak, à griller entier sur la plancha. Stéphane se prête à l’expérience en flambant au chalumeau la pièce couverte d’origan.

épicuriales 2018

Après, on se régale.

épicuriales 2018

Avec les parures du plat-filet, Stéphane prépare un jus. Et à côté, comme à son habitude, il flambe

épicuriales 2018

Les dîners à six mains concluent chaque journée des Épicuriales. Les six mains sont celles de chefs locaux ou invités. Le deuxième soir, l’asperge d’Arnaud Delvenne (Moment, à Liège) a été fort remarquée.

épicuriales 2018

Pierre Luthers et Arnaud Delvenne.

épicuriales 2018

Le dîner du samedi soir réunit Lorenzo Barracato, Alessandra Montagne et Stéphane Jégo. L’entrée de Lorenzo, un saumon cuit à très basse température (en fait, presque cru), accompagné de purée de betterave et d’œufs de capelan, suscite l’admiration générale, y compris celle des chefs présents.

épicuriales 2018

Stéphane a préparé un paleron dont les fibres se détachent avec élégance. Son fameux citron confit (« humeur noire », comme il l’appelle) relève légèrement le plat.

épicuriales 2018

Alessandra a composé un plat riche et généreux : poitrine de porc, boudin, oignons au vinaigre…

épicuriales 2018

Gérard Miller (ex-Labo 4, actuellement über-pizzaiolo au Paparazzi, à Nandrin) et Lucky Debruyn, brasseur de la bière Legia.

Le dîner du dimanche soir est complet : ni Raphaëlle, la compagne de Jean-Marc, ni moi ne pouvons y assister. Et pourtant, nous tenons à goûter le plat de Jean-Marc : une kefta de veau au ras el-hanout maison, servie avec une sauce style beurre blanc à la cardamome, sur un chou pointu étuvé, tendre et savoureux. Nous attendons patiemment, à côté du passe.

épicuriales 2018

épicuriales 2018

Pendant notre attente, verre de saint-péray à la main, Raphaëlle me fait remarquer : « Tu as vu cette équipe qui travaille, c’est beau ! » Elle a raison. Nous sommes en train de contempler la beauté du travail de cuisine. Il y a là les chefs de trois restaurants : Mathieu Lesenne (L’Aubergine à Tilff), Thomas Troupin (La Menuiserie à Waimes, un macaron Michelin) et Jean-Marc Notelet (Caïus). Quelques heures avant, ces hommes ne se connaissaient pas. Les trois équipes ont fusionné avec un naturel parfait. C’est comme voir un puzzle se mettre en place tout seul. La connivence, l’énergie de travail, l’harmonie est visible. Les gestes se combinent sans se heurter. C’est plus que beau, c’est un miracle.

épicuriales 2018

La kefta de Jean-Marc valait largement l’attente. Nous avons conseillé au chef de la mettre à sa carte ; avis aux amateurs…

épicuriales 2018

Cette dernière image résume l’atmosphère unique de cet événement : Jean-Marc Notelet, Stéphane Jégo, Alessandra Montagne.
Merci à tout le staff des Épicuriales, qui chaque année fait exister ce grand moment de joie et d’amitié.

À la petite cuillère
Textes et photos : Sophie Brissaud

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (67%)
  • Mmmm interessant (17%)
  • Amusant décalé (17%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *