12 millimètres – Théâtre de l’Oeuvre – Chef au bord de la crise de nerf? Fiction? Réalité?

04 janvier 2018  0  MADE BY F&S Une poule sur un mur
 

signature-food-and-sensUn chef prêt à craquer, cela existe? Un chef proche du burn out, cela existe? Réalité ou délire d’un metteur en scène à l’imagination frétillante ou au sens de l’observation pointu?  

Rendez-vous au Théâtre de l’Œuvre pour deviner quel ou plutôt quels chefs se cachent, se devinent  derrière la veste impeccable de Julien Boisselier qui campe Jean-Jacques Detoque, chef toqué star des guides et des écrans. Vous allez trouver un peu de X et de l’ombre géante de son père, un peu de Y, star de la télé, quelques facettes de la personnalité de Z, fils de, qui étouffe sur la voie toute tracée par son père chef et qui n’a qu’une envie, quitter l’autoroute pour prendre des chemins de traverse, pour vivre autre chose ou vivre tout simplement, fuir le monde sans pitié de la gastronomie, s’éloigner du théâtre qu’est une cuisine de grand restaurant. Dans les cuisines d’un grand restaurant comme sur la scène d’un théâtre, se jouent plusieurs représentations, deux fois par jour souvent, avec des premiers rôles, des seconds rôles et des figurants, des moments de pression intense, des oublis de textes et des bravos, des saluts et des bis, un public au bord de l’adoration, la pression des critiques tapis dans le silence et l’anonymat, dotés du pouvoir jouissif de couronner ou décapiter celui qui joue son rôle avec sincérité, émotion, envie et talent. 

 

LA PIÈCE – 12 MILLIMETRES – 12 millimètres c’est le diamètre du petit câble technique des plateaux télé, câble qui , dès le début de la pièce, traine…  le chef peut se prendre les pieds et cela l’agace furieusement au point de péter les plombs quinze minutes avant de prendre l’antenne! Vont suivre des moments drôles, des scènes émouvantes, des tirades cocasses et d’autres au bord de la crise de nerf, vécus par un chef célèbrissime qui célèbre son jubilé. 25 ans d’une carrière sous les feux de la rampe, sous l’ombre tutélaire d’un père envahissant même après la mort, d’autant plus que ses cendres reposent dans l’urne posée sur la cheminée du décor de son émission, Jean-Jacques a suivi le chemin qui lui était destiné sans jamais se poser la question d’un autrement, d’un ailleurs, d’une autre chose. On le saisit à un quart d’heure du début de sa grande émission en direct, le jubilé de ses 25 ans de carrière. Mais ce qui devait être une apothéose se transforme en apocalypse.

 

Quand un grain de sable, un petit câble, déréglé une machine, elle devient machine infernale. Un quart d’heure, quinze minutes d’angoisse, de délire, de trac, de nervosité. le chef va t-il craquer? Les regrets le submergent, il se pose enfin les vraies questions… « Sans compter que pour cette émission exceptionnelle, le programme l’est tout autant, puisque Detoque va réaliser l’exploit de préparer six recettes en même temps… Puis enfin le grand direct commence et le théâtre se transforme en plateau tv. Le jingle démarre, les lumières s’allument, le show démarre. Detoque reprend des couleurs et son faux accent du terroir. Mais petit à petit la machine se dérègle, subrepticement, par petites touches jusqu’au bouquet final et destructeur. Comment échapper à sa prison quand elle est invisible ? Comment ressusciter l’enfant qu’on a été sans supprimer l’adulte qu’on est devenu ?

Dans 12 millimètres on meurt, on se suicide, on rit, on torture des assistants, on fait cuire des bécasses, on part en reportage, on se déguise en chef indien, on pleure, on se prend les pieds dans des câbles, on salue Yves Duteil, on disperse des cendres, on hurle des « Bon appétit» à un public vorace et cannibale. Et peut-être, peut-être qu’au bout du compte, quand retombe la poussière après l’explosion, émerge une nouvelle voie. Une voie qui loin d’être tracée, laisse le champ libre à tous les possibles. La vie en somme. Il n’est jamais trop tard pour la commencer. » Vincent Juillet, auteur

LE COMEDIEN SEUL EN SCÈNE – JULIEN BOISSELIER – 

A suivi les enseignements de Jean-Pierre Bouvier et de Denise Chalem au sein de la Rue Blanche. Promu héros romantique du jeune cinéma français, il est en 2004 à l’affiche de trois comédies (« Clara et moi », « J’me sens pas belle » et « Tout le plaisir est pour moi »), dans lesquelles il campe des séducteurs qui ne craignent pas de montrer leur fragilité. En 2006 il signe sa seconde collaboration avec le réalisateur Bernard Jeanjean, en jouant l’amant de la femme de son psy, interprété par Richard Berry, dans « J’veux pas que tu t’en ailles ». Il tourne avec Philippe Liorret, « Je vais bien ne t’en fais pas » au coté de Mélanie Laurent… Il est à l’affiche en 2017 de « Mr et Mme Adelman » (Nicolas Bedos) et de « Sous le même toit » de Dominique Farrugia.

Parallèlement Julien Boisselier continue à faire du théâtre sous la direction de Daniel Delpra dans «L’herbe Amère» (Théatre Hébertot) et ensuite sous la direction de Pierre Laville dans «Vie privée» (Théâtre Antoine)… en 2013 il jouera au coté de Sara Gireaudeau dans «Zelda et Scott» de Renaud Meyer au Théâtre La Bruyère. En 2016 Il a mis en scène et joué dans la pièce «La Médiation» de Chloé Lambert au Théâtre de Poche Montparnasse. Dernièrement, le public a pu voir Julien dans la série QUADRAS diffusée sur M6 avec FX Demaison et Alix Poisson.

12 MILLIMETRES Auteurs : Vincent Juillet et Melissa Drigeard – Interprétation et mise en scène : Julien Boisselier
Avec les participations amicales de Frédérique Thirmont et Sara Giraudeau – Collaboration Artistique : Morgan Perez et Leila Moguez – Lumière : François Leneveu – Musique : Pierre Tirmont – Conception vidéos : Karim Adda – Costumes : Lacoste
Production : François Volard, Acte 2

Du 16 janvier au 24 février – Du mardi au samedi à 19h.

photos © Xavier Cantat

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (100%)
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *