Tendance hôtellerie : quand les bâtiments historiques deviennent des palaces

13 janvier 2020  1  F&S LIVE MADE BY F&S
 

signature-food-and-sens La tendance n’est pas nouvelle, mais semble s’accélérer. Ces dernières années, on voit de plus en plus les grands groupes hôteliers racheter des bâtiments historiques citadins, et/ou ayant appartenus à la ville ou à des entreprises privées (anciennes mairies, banques, etc), pour les convertir en palaces grand luxe. Ce concept en vogue a ses avantages : nul besoin de construire un nouvel édifice, l’hôtel à ouvrir s’offrant au contraire un écrin de premier choix, doté d’une façade remarquable (au sens premier du terme), souvent classée, et située en plein cœur du centre-ville. Rien de tel pour garantir cachet et authenticité au nouvel hôtel urbain, tout en lui conférant le côté « boutique » (comprendre unique, pas déjà-vu ailleurs) si cher aux voyageurs friands de l’hyper luxe. Dernier du genre, le futur hôtel Cheval Blanc à Paris, qui s’enracine dans l’ancien grand-magasin La Samaritaine. Le bâtiment, dont l’usage à trouver est longtemps demeuré incertain suite à sa désaffection, ouvrira ce printemps sous les traits d’un hôtel de luxe, jouissant d’un emplacement on ne peut plus opportun. Outre cet exemple, nombreux sont les bâtiments administratifs et/ou historiques transformés en palaces, qui ont ainsi trouvé un second souffle, tout en préservant leur beauté architecturale initiale (moyennant bien sûr de gros aménagements et restructurations à l’intérieur, pour aménager le confort dernier cri.) On vous propose un petit inventaire (non-exhaustif) des hôtels de luxe en Europe ayant épousé cette tendance.

Londres

L’Oscar à Londres

Plusieurs grands hôtels de la capitale anglaise ont élu domicile au sein d’anciens bâtiments, certains historiques, d’autres chargés d’histoire. Dans les exemples récents, figure le flamboyant Four Seasons Ten Trinity Square, ouvert en janvier 2017 près de Tower Bridge ; installé dans l’ancien siège de la Port of London Authority, cet hôtel a fier allure, avec ses colonnes corinthiennes à la manière d’un temple grec, et son entrée à l’interminable largeur. Le fameux The Ned, nouvelle coqueluche des Millenials (et des autres), prend quant à lui ses quartiers dans une ancienne banque, la Midland Bank, forcément située dans le quartier de Bank. C’est le fondateur du groupe Soho House, Nick Jones, qui a repéré le bâtiment en 2012, alors à l’abandon depuis presque 8 ans ; lui et ses associés en ont fait hôtel de luxe que l’on sait, ouvert en avril 2017, et riche d’une offre pléthorique de restaurants. En 2019, The Standard London s’est lové pour sa part dans l’ancienne annexe d’une mairie de Londres, dans le quartier de St Pancras. L’hôtel a conservé la façade brutaliste d’époque, pour un côté rétro plein de charme. Citons aussi L’Oscar London, ouvert en juin 2018 par Jacques Garcia et Ducan Shakeshaft, qui s’élève dans une ancienne chapelle baptiste, faisant elle-même partie de l’ancien quartier général de l’Église Baptiste. À noter, le bâtiment date du début du vingtième siècle.

The Corinthia London

À Londres toujours, dans les exemples moins récents, citons le Rosewood London, installé dans l’ancien quartier général de la Pearl Assurance Company. Les 4 bâtiments qui le composent datent de 1912 à 1960, et abritent désormais l’un des plus luxueux hôtels de la ville. Le Corinthia Hotel London, situé dans le quartier de Westminster, s’élève pour sa part dans ce qui fut autrefois un bâtiment du gouvernement britannique ; réquisitionné pendant les deux guerres mondiales, il fut ensuite racheté par le Ministère de la Défense, qui en fit des bureaux du gouvernement ; avant de le vendre en 2007. Le bâtiment fut ensuite restauré et transformé en l’hôtel de luxe actuel (où Tom Kerridge tient une table en vogue, NDLR.)

Madrid 

Le Four Seasons Hotel Madrid, qui sera inauguré au printemps 2020

D’autres capitales européennes épousent également cette tendance hôtelière consistant à remodeler les intérieurs d’un écrin architectural préexistant ; c’est le cas de Madrid, où le futur hôtel Four Seasons Hotel Madrid s’installera dans 7 bâtiments historiques, parmi lesquels la Banco Hispano Americano et le Palacio de la Equitativa. Le tout a été transformé en un hôtel-destination de 161 chambres et de 39 suites, situé à côté de la Galeria Canalejas. L’ouverture est prévue ce printemps. À noter, la cuisine du restaurant-rooftop sera signée par le chef Dani García.

Copenhague

La Villa Copenhagen

C’est en avril 2020, le premier avril exactement, qu’ouvrira l’hôtel Villa Copenhagen ; installé dans l’ancienne Central Post & Telegraph Head Office, ce bâtiment datant de 1912 comprendra 390 chambres et suites. L’hôtel disposera également d’un jardin caché.  

Versailles

Les Airelles Versailles

À Versailles, un nouvel hôtel grand luxe va voir le jour au printemps ; il s’agit du Airelles Le Château de Versailles – Le Grand Contrôle. Constitué de 14 suites, cet hôtel se situe dans l’enceinte même du Château de Versailles, et garantira à ses hôtes un accès privilégié au Domaine (avec visite privée du château et du Petit Trianon à la clé, et promenade en barque sur le canal.) Quant au bâtiment lui-même, il date de 1681, et a été construit par Jules Hardouin-Mansart, alors architecte du roi Louis XIV. Il donne sur le parterre de l’Orangerie et sur la pièce d’eau des Suisses. Sa localisation lui permettra également un accès particulier à Ore, le restaurant d’Alain Ducasse au Château de Versailles.

Marseille   

Intercontinental Marseille

La Cité phocéenne compte elle aussi son hôtel de luxe ayant réinvesti un ancien bâtiment de la ville ; il s’agit de l’Intercontinental Marseille-Hôtel Dieu, qui comme son nom l’indique, s’est installé dans l’ancien Hôtel-Dieu de la ville, soit l’hôpital marseillais du quartier du Panier. Le bâtiment a été érigé en 1753 ; et converti en hôtel de luxe en 2013.

Montpellier 

L’Hôtel Richer de Belleval, à Montpellier, est actuellement en rénovation – Photo Julie Limont

C’est l’ancien Hôtel de Ville de Montpellier, un bâtiment du XVIIe siècle, qui abritera l’hôtel-restaurant Hôtel Richer de Belleval. Erigé sur la place de la Canourgue, l’hôtel en question comprendra une vingtaine de chambres et suites, une table gastronomique de 30 couverts (« Le Jardin des Sens » des frères Pourcel), un bistrot, et une fondation d’art contemporain Helenis GGL. D’ores et déjà estampillé Relais & Châteaux, l’hôtel devrait ouvrir en avril, donnant au centre-ville historique de Montpellier un élan renouvelé.

Par Anastasia Chelini 

 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (100%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Une réflexion au sujet de « Tendance hôtellerie : quand les bâtiments historiques deviennent des palaces »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *