Le mobilier de l’ancien Ritz Paris aux enchères

07 mars 2018  0  Eat Nomad F&S LIVE
 

signature-food-and-sensLe Ritz Paris aux enchères – Richement rouvert en 2016 suite à quatre années de travaux, le Ritz Paris, palace parmi les palaces, organise une vente aux enchères titanesque autour de son mobilier passé. Assurée par la maison Artcurial, la vente aux enchères sera précédée d’une grande exposition publique gratuite, où seront recréés dans les salons d’Artcurial les intérieurs du mythique hôtel. Focus sur une vente aux enchères en passe de créer l’événement, et sur un hôtel qui scintille place Vendôme depuis des lustres.

Il est des ventes aux enchères plus marquantes que d’autres ; ce fut le cas, en 2009, de celle dispersant la collection Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, qui avait soulevé un intérêt populaire sans précédent, voyant se rassembler autour du Grand Palais une foule compacte de curieux. La vente aux enchères du Ritz Paris sera sans doute de celles-là ; de ces ventes mémorables qui suscitent l’intérêt du grand public, par-delà le monde clos des collectionneurs, parce qu’elles dévoilent au grand jour un pan de patrimoine iconique.

Rendez-vous donc du 17 au 21 avril, pour cinq jours de vente aux enchères qui verront le mobilier d’un lieu glamour entre tous vendu sous le marteau de la maison Artcurial. Au programme de « Il était une fois, le Ritz Paris » (nom de code de la vente), 3.500 lots chercheront acquéreurs, du mobilier à la vaisselle fine ; tous témoins privilégiés de l’atmosphère opulente de ce grand palace parisien, qui a vu passer plus que sa part de beau monde depuis son ouverture en 1898.

Pour acquérir quelques bribes de ce temple du luxe made in France, où se pressèrent Truman Capote, Lauren Bacall, Maria Callas, mais aussi Audrey Hepburn et Gary Cooper (qui y tournèrent le film « Ariane » de Billy Wilder), la princesse Diana bien sûr, Coco Chanel (qui y vécut plus de 30 ans), ou encore Hemingway et Francis Scott Fitzgerald (des habitués du Bar), le choix est large. Les amateurs de belles tables et de souvenirs du Ritz Bar ou du restaurant L’Espadon seront servis, qui pourront se rappeler ad vitam eternam ces lieux-là, grâce aux objets les ayant peuplés. Cendriers, service à thé complet, verres siglés, bonbonnières, coffrets, fauteuils, tabourets de bar, vases, flûtes à champagne, canapés et présentoirs, la liste est longue des belles choses issues de cet univers, désormais disponible à la vente.

Ci-dessous, Frank Meier, premier barman du Ritz

Ci-dessous, Gary Cooper et Audrey Hepburn en plein tournage du film « Ariane » de Billy Wilder, en 1957

Mardi 17 avril à 14h30, ce sera la vaisselle et le mobilier du Bar Vendôme qui chercheront acquéreurs. Le 18 avril à 14h30, ce seront cette fois la verrerie et la vaisselle du Ritz Club qui passeront sous le feu des enchères. Le 19 avril à 14h30, viendra le tour du mobilier du fameux restaurant L’Espadon. Le vendredi 20 avril à 10h, la verrerie et vaisselle fine du Ritz Bar feront de l’œil aux acheteurs. À 14h30 du même jour, la vaisselle et verrerie du Jardin sera mise elle aussi en vente. Le lendemain à 14h30, ce seront la verrerie et vaisselle du Bar qui clôtureront ce bal des souvenirs culinaires tangibles. Avis aux foodistes et restaurateurs de tout poil !

Pour ceux désireux de se plonger à nouveau (ou de se plonger tout court) dans les intérieurs miroitants du Ritz avant rénovation, prévoyez de vous rendre sans faute à l’exposition publique gratuite qui prendra place du 12 au 16 avril dans les salons d’Artcurial. Logés dans un hôtel particulier signé Marcel Dassault, les bureaux de la maison de vente aux enchères accueilleront près de 3.000 m2 de parcours mettant en scène le « style Ritz », via les anciennes décorations de l’hôtel. Les visiteurs pourront ainsi découvrir en vrai la Suite Coco Chanel, la Suite Windsor, la Suite Impériale, le Salon Chinois et la Galerie des Vitrines, avant de passer par les jardins de l’hôtel, le Bar du Ritz, et j’en passe. Pas moins de dix-neuf atmosphères différentes se répartiront sur trois étages, pour une plongée inédite et exceptionnelle dans l’hôtel que César Ritz avait voulu rendre le plus beau au monde, souhaitant y « offrir tous les raffinements qu’un prince pourrait souhaiter dans sa propre demeure ». Pari gagné.

Ci-dessus, Truman Capote dans sa chambre au Ritz en 1966.  

Par Anastasia Chelini

Dans les coulisses de la vente aux enchères Ritz Paris :

https://www.youtube.com/watch?v=euvdSDLqHNc&feature=youtu.be

Informations sur la vente :

https://www.artcurial.com/fr/calendrier-ventes-aux-encheres

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Mmmm interessant (75%)
  • Je suis fan (25%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *