Méduses – nos côtes en rejettent des tonnes chaque année et si nous les consommions ? – ce n’est pas si simple, Attention Danger !

29 septembre 2019  0  Non classé
 

signature-food-and-sens Article fort intéressant repéré par un de nos fidèles internautes, la méduse serait-elle une alternative à la consommation de viande ? sera t’elle dans l’avenir une met prisé ? Dans l’avenir sera t’elle dans nos assiettes ? … Pas si sûr, puisque celles que l’on retrouve sur les côtes françaises ne sont pas comestibles indique une enquête réalisée sur les côtes nord de notre pays !

Les méduses qui se mangent ont plutôt cet aspect

Pour en savoir plus lisez ci-dessous l’article du quotidien La Voix du Nord.

Peut-on manger les méduses de la Manche et de la Mer du Nord ?

Au pays des mangeurs de grenouilles et d’escargots, à une époque où les insectes remplacent les chips à l’apéritif, il ne faut pas s’interdire une nouvelle expérience culinaire. Des milliers de méduses, de la famille des « Rhizostoma pulmo », arrivent sur nos plages. Et si ces animaux translucides à l’aspect gélatineux étaient comestibles ?

Commençons par un bond de 9 535 kilomètres, la distance entre Calais et Tokyo, pour nous intéresser aux habitudes culinaires de nos amis nippons. Au Japon, consommer de la méduse est un rituel : 13 tonnes de méduses y sont consommées en moyenne chaque année. La méduse asiatique, dont l’espèce la plus connue est la Rhopilema esculentum, de petite taille et de couleur orangée, est appréciée pour son apport en protéines et sa faible teneur en calories. Composée à 95 % d’eau, la méduse est caoutchouteuse mais plutôt croquante, paraît-il. 

À Paris, un restaurant la concocte en salade.

Retour sur notre littoral. Direction Boulogne-sur-Mer, au centre national de la mer Nausicaá. Dominique Mallevoy, adjoint du responsable aquariologie, ancien chef du pole méduses, a déjà tenté l’expérience. « Je n’ai pas beaucoup apprécié, explique-t-il. Même si j’ai une passion pour les méduses et que nous faisons beaucoup d’efforts pour les élever, je ne vois aucun inconvénient à les manger. S’il y a bien une espèce qui est en expansion, c’est la méduse. Un rapport de l’ONU préconise même d’utiliser la méduse dans notre consommation pour essayer d’enrayer son développement. La méduse est un aliment diététique. » Le rapport onusien date de 2013 et repose sur le travail en Méditerranée et en mer Noire de Ferdinando Boero, chercheur et professeur de zoologie, pour le compte de la Food And Agriculture Organization (FAO). Il est conforté par un nouveau rapport, publié mercredi par des experts du climat de l’ONU.

Méduse repérée sur une plage de la mer du nord

« La chaleur de la cuisson neutralise le venin des méduses. Le venin est thermolabile. C’est aussi pour cela qu’il est conseillé de rincer à l’eau très chaude la piqûre de méduse pour soulager la douleur », ajoute l’aquariologiste boulonnais qui, cependant, ne sait pas si la Rhizostoma pulmo, cette espèce translucide aux reflets bleus présente sur notre littoral, est comestible pour l’homme.

Au port de Calais, la carte du restaurant Oh Mouettes regorge de produits de la mer, mais pas l’ombre d’une méduse. « Je n’ai jamais entendu parler de méduse cuisinée, répond, médusé, Garry Ducrocq, propriétaire du restaurant. Il faut imaginer la matière en bouche, cela doit ressembler à la gelée que l’on trouve sur la raie. Mettre de la méduse sur la carte d’un restaurant de produits traditionnels de la mer, à Calais, je ne suis pas sûr que cela marche. »

Finalement, le site Planetoscope apporte une réponse sans appel. « Aucune espèce des côtes françaises n’est comestible. » Confirmation par le restaurant parisien le Magokoro (lire ci-dessous) : « La méduse locale n’est pas mangeable. » Il faudra donc manger asiatique pour tenter l’expérience d’une méduse dans l’assiette, ce qui, écologiquement parlant, n’est pas très efficace vu la distance que parcourent les bêbêtes avant d’échouer dans nos assiettes

Les pêcheurs les remontent pourtant dans leurs filets

Chez les pêcheurs calaisiens du Momone II, la méduse est un sujet qui irrite  : « On en pêche une cinquantaine par jour, elles éclatent quand on remonte les filets, et les projections nous piquent. Mais je ne pense pas qu’elles soient comestibles dans le coin. » C’est confirmé, la méduse de la Manche et de la Mer du Nord ne se mange pas. Dommage pour les pêcheurs, tant l’animal est présent dans nos mers.

À Paris, une salade de méduse pour 8,50 euros

Le Magokoro, restaurant japonais dans le neuvième arrondissement de Paris, propose en hors-d’œuvre une salade de méduse à 8,50 euros. « Nous en servons très régulièrement, pour des clients qui veulent essayer la méduse en entrée ou en plat principal », confirme une salariée du Magokoro. Des restaurants chinois ont aussi de la méduse à la carte, et c’est dans les épiceries chinoises que l’on peut acheter, pour emporter, des sachets de méduse séchée.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *