Elena Arzak –  » Travailler et être une mère en même temps, ce n’est pas facile « 

12 décembre 2018  0  Non classé
 

signature-food-and-sens Elena Arzak –  » Travailler et être une mère en même temps, ce n’est pas facile « 

Je suis une Arzak, la gastronomie coule dans mes veines. Elena aime à souligner que dans son restaurant « 75% du personnel sont des femmes« .

Quand avez-vous décidé que vous vouliez devenir chef de cuisine ?

Depuis mon enfance, à la maison j’ai été touché par la passion de la cuisine et j’ai rapidement commencé à expérimenter cet univers. Je pense que les enfants de chef cuisinier ont plus de chances de développer cette passion que d’autres enfants.

Cela vous a-t-il conditionnée à être la fille de… ?

C’est vrai que cela m’a ouvert beaucoup de portes. Ce fut très gratifiant que ma famille ait toujours cru en moi, mais j’ai été toujours très exigeante avec moi même. Les gens ont tendance à nous comparer avec mon père, mais je le porte naturellement notre différence et sans frustration. Pendant les sept années où j’ai travaillé à l’étranger, j’ai pu montrer ce dont j’étais capable. J’ai décidé de rester dans la maison familiale avec toutes ses conséquences que cela implique.

Comment le restaurant a-t-il évolué depuis sa création en 1995 ?

Maison Arzak s’est toujours caractérisé par son adaptation à son époque et je pense y avoir contribué, en menant le restaurant à la simplification des plats et à la modernisation des plats, par exemple. J’ai toujours été encouragé à apporter de nouvelles idées et j’ai toujours apprécié cela.

Comment travaillez-vous en famille ?

La famille est très importante pour moi. Etre chez Arzak, c’est comme être chez soi et c’est un plaisir. Dans les entreprises familiales, on se fait confiance et on se donne la liberté de prendre des décisions, mais du côté des parents ils ne cessent tout de même pas de vous considérer comme « leur » enfant. J’adore ça.

Malgré l’image selon laquelle la cuisine est l’affaire des femmes, les chefs les plus célèbres sont les hommes…. N’est-ce pas contradictoire ?

Je ne vois pas de différence professionnelle entre les hommes et les femmes, et c’est ainsi que cela c’est construit. Le rôle des femmes va devenir de plus en plus égal avec celui des hommes avec le temps en fait, nous voyons déjà de plus en plus de femmes s’imposer au plus haut niveau.

Sur les 31 nouvelles Etoiles Michelin distribuées en Espagne pour le guide 2019, quatre seulement sont des femmes, quelle conclusion en tirez-vous ?

Il y a une inégalité qui a besoin de temps pour s’adapter et s’estomper, de plus en plus de femmes sortent du lot. Il est très positif que la société ait pris conscience de la nécessité d’opérer un changement et qu’en peu de temps, beaucoup de choses aient été réalisées.

En 2012, vous étiez considérée comme la meilleure cuisinière du monde, que pensez-vous de cette reconnaissance ?

Je ne m’attendais pas à ça. Le prix a eu beaucoup de répercussions dans le monde entier et soudain, j’ai commencé à être considéré. La chose la plus gratifiante a été la grande quantité d’amour et d’affection que j’ai reçue.

La gastronomie vous oblige à travailler à un rythme effréné, votre environnement familial a-t-il été affecté ?

Chez Arzak, il y a toujours eu beaucoup de femmes et nous représentons actuellement 75% de notre personnel. L’environnement, toujours naturel fut propice à la maternité, il m’a permis d’apprendre des générations précédentes à m’organiser. En tant que mère, j’ai travaillé comme beaucoup de femmes, mais dans un environnement positif et favorable. Je sais que toutes les femmes n’ont pas pu avoir les mêmes conditions. Travailler et être en même temps une mère n’est pas facile du tout.

La vocation transmise de génération en génération dans votre famille, aimeriez-vous voir la même chez vos enfants ?

J’aimerais qu’un de mes enfants se consacre à la gastronomie, mais je veux qu’ils choisissent volontairement cette voie, comme je l’ai fait. Ce ne serait pas juste de les forcer à le faire, et en plus ça ne marcherait pas. Depuis mon enfance, je leur ai appris à cuisiner, mais s’ils s’y consacrent, je veux que ce soit par leur propre conviction.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (25%)
  • Mmmm interessant (25%)
  • Amusant décalé (25%)
  • Inquiétant (25%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *