Les restaurants fermeront-ils à Londres ? On fait le point sur la situation 

19 mars 2020  0  Dossiers F&S MADE BY F&S
 

signature-food-and-sens Jeudi 19 mars, Londres. Dehors, il fait laid. Pour une période de pré-confinement potentiel, c’est une météo idoine. Pour l’heure, l’Angleterre continue de vivre à peu près normalement (et bien imprudemment) ; comme si la menace coronavirusienne (le mot n’existe pas) n’était pas si nette, pas si tangible que ça. Ailleurs, de l’autre côté de la Manche par exemple, la France est confinée ; les restaurants ont fermé, le reste aussi. Ici à Londres, le monde est ralenti, mais tourne. L’étrangeté de cette situation à double vitesse a quelque chose d’inédit ; la liberté de mouvement factice des uns (en Angleterre), contre le confinement obligatoire des autres (en France, en Italie, en Espagne, etc). L’exception européenne, contre le mouvement général. Dans les rues londoniennes, les gens continuent de marcher ; ils sont moins nombreux, moins denses ; mais ils marchent tout de même. De petits groupes sporadiques continuent d’égrener les rues. Au cœur, la sensation d’avoir négocié avec le virus une embellie coupable. 

L’annonce de la fermeture du Sketch (par Pierre Gagnaire), survenue mercredi.

D’autres éléments marquent toutefois un ralentissement, une baisse d’activité ; une sourde anormalité. Les supermarchés (toujours très fréquentés) exhibent des rayons à moitié vides, du moins dans ceux consacrés aux papiers toilettes, mouchoirs, et autres denrées subitement devenues si recherchées. La livraison en ligne devient très compliquée ; des chaînes de supermarché indiquent carrément qu’elles cessent la prise de toute commande en ligne jusqu’à nouvel ordre (comprendre : jusqu’à réapprovisionnement). C’est le cas de Planet Organic, ou d’Ocado.com. Certains restaurants ferment spontanément. Lundi après-midi, c’était le Alain Ducasse at The Dorchester qui fermait ses portes. Mardi, Yotam Ottolenghi (voir ICI) ; hier, c’était au tour de Sketch d’annoncer sa fermeture. L’étoilé Brat aussi, ainsi que Smoking Goat (tous deux à Shoreditch, dans le même immeuble), et Clove Club. Pendant ce temps, Uber Eats et Deliveroo se portent comme des charmes. 

Beaucoup de restaurants restent toutefois ouverts. En l’absence de consignes officielles, chacun fait un peu comme il pense, comme il peut. Ce qui donne lieu à des scènes désolées ; dans des pubs vides, des chefs mélancoliques scrutent indéfiniment les entrées désertées de leur établissement. Casseroles creuses, ustensiles intacts, ils attendent le cœur battant la venue hypothétique de clients raréfiés. À force, ils fermeront ; plutôt faute de clients, plus que par prévention. D’autant qu’en parallèle, d’autres secteurs se ferment. Les entreprises enjoignent à télé-travailler. Aujourd’hui, la mode s’en est mêlée ; par exemple, les boutiques Karl Lagerfeld ont annoncé leur fermeture temporaire au Royaume-Uni. Demain vendredi, les écoles fermeront. La suite s’enclenchera certainement. On verra bien. Le fait d’être raisonnable est une vertu qui se travaille. 

Par Anastasia Chelini 
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (67%)
  • Mmmm interessant (33%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *