affiche kouss kouss festival 2019

Kouss-Kouss Festival à Marseille avec le chef libanais Kamal Mouzawak les 30 & 31 août – Cuisine pour la paix

30 août 2019  0  Chefs & Actualités MADE BY F&S
 

signature-food-and-sensPendant deux jours Marseille est couscous, Kouss-Kouss plus exactement. Sous la protection bienveillante de Notre-Dame- de-la-Garde qui est habituée à veiller sur des Marseillais venus d’ailleurs, Marseillais d’un jour ou de toujours, avec dans leurs bagages et dans leurs souvenirs, les recettes de l’ailleurs dont ils viennent. En cette brûlante fin d’été, le kouss-kouss s’empare de Marseille. Deuxième édition d’un festival festif riche en rencontres, en échanges, en partage. Deuxième rendez-vous international pour célébrer le plat populaire qui symbolise la convivialité, le partage, le voyage, et est un des plats préférés des Français.

  Cette année un chef est venu de Beyrouth la belle avec son équipe du Souk el Tayeb. Le Liban terre d’accueil et de partage, de vie intense, d’appétit d’être et de vivre, terre de cuisine et jardin de produits divins, est aussi terre de chefs, de grands chefs soucieux de transmettre et et faitre tomber les frontières et oublier les guerres. Kamal Mouzawak est de cette race de seigneurs qui cultive le manger-ensemble pour établir le vivre-ensemble. Un « food activiste » -comme le surnomme le New York Times – prêt à tout pour faire régner la paix avec la nourriture. Il proclame son mantra « Make food, no war » – nom de l’ONG qu’il a créée – et confie avec un sourire pacifique que la nourriture est l’une « des expressions les plus sincères et les plus authentiques de nos racines, de nos traditions et de notre histoire ». 

Vendredi 30 et samedi 31, il offrira une cuisine sans frontière. Il est l’invité résident. Pour les “Couscous du Toit”, à la Friche Belle de Mai, il a réuni une brigade exceptionnelle. C’est ainsi que vont « couscousser »  avec lui, Merijn Tol, la brigade des Grandes Tables,  la Brigade 14-15, plusieurs cuisinières libanaises du Souk-El-Tayeb. Un « marché bon et éthique ». Il a créé ce marché bio des merveilles et des miracles en 2004, au coeur de Beyrouth. Des producteurs de toutes confessions viennent vendre leurs produits dans un esprit de paix et de fraternité.  « L’idée est de soutenir les petits producteurs de toutes les régions libanaises…  des gens de différentes religions, où l’on ne regarde pas l’appartenance politique, la couleur… autour d’un projet commun : c’est le produit de la terre qui rassemble et la cuisine qu’on en fait ». Un marché totalement organique. Du marché au restaurant il n’y a que quelques idées, quelques soutiens  et une marée de bonne volonté pour ouvrir un restaurant « Tawlet » (table en arabe), dans le quartier branché de Mar Mikhael. Concept unique qui célèbre la tradition et la cuisine maison. Une table qui permet les rencontres et les échanges. Une table ouverte, où chaque jour une femme vient d’un village différent pour raconter son histoire et sa tradition à travers sa cuisine. En cuisine, se retrouvent coude à coude des refugiées syriennes ou venues des camps palestiniens. La nourriture est un langage international, « La nourriture est un moyen très simple pour s’ouvrir à l’autre. Il est très facile de partager un repas. Ça ouvre le cœur et l’esprit ».

Depuis les talwet se multiplient comme les petits pains. Ils sont 6 au Liban… 

A la Friche La Belle de Mai (3è),  Kamal Mouzawak n’est pas seul. En authentique cuisinier du monde, chef d’orchestre de cuisine,  il s’entoure d’une brigade qui partage ses valeurs, il a convié des habitantes du 14e et 15e arrondissements de Marseille, des cuisinières de choc décidées à monter un autre aspect des quartiers nord. Ainsi 19 femmes vont nouer leur tablier pour réaliser le « Couscous du quartier »,  neuf couscous différents qui racontent l’histoire et le savoir-faire de ces cuisinières, leur enfance et leur parcours de vie et qui seront servis le 31 août,  dans le quartier Noailles (1er), à l’heure du déjeuner: le Moghrabieh, à base de boulettes de blé au poulet; le Freekeh à base de blé vert et de légumes; le végétarien; le couscous au poisson; l’agneau et raisins secs; le fameux couscous merguez ; et celui aux boulettes ; ou encore le Belboula, à base de semoule d’orge, amandes fumées, curcuma, oignon, raisins et artichauts.

Invitée par Kamal, la chef hollandaise Marijn Tol, qui baigne dans l’univers de la cuisine depuis toujours, est passionnée de cuisine et de la dimension orientale de la cuisine. Qu’elle cuisine avec Kamal sur le Kouss-Kouss Festival est une évidence. Elle réalise le Belboula, délicieux couscous aux saveurs orientales et le couscous au chou-fleur.  

 
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *