Rennes – Le chef Julien Lemarié ouvre  » Ima Yoko » en plein confinement

01 décembre 2020  0  Chefs & Actualités DÉNICHÉ SUR LE WEB
 

signature-food-and-sens En pleine période de confinement, le chef étoilé Julien Lemarié ouvre une nouvelle table à Rennes. Retrouvez ci-dessous l’article que lui consacre le quotidien régional Ouest France.

Ima Yoko – 20, boulevard de la Tour d’Auvergne –  imayoko.restaurant

EXTRAITS – 

Ouest-France par Agnès LE MORVAN.

« C’était prévu. Je devais ouvrir avant le confinement, ça a pris du retard. Le lieu est prêt. Allons-y ! La seule chose qui change, c’est qu’on commence avec de la vente à emporter. On n’a pas le choix ! Ça va permettre de se roder. » Julien Lemarié a ouvert, vendredi 20 novembre, son nouveau restaurant Ima Yoko, mitoyen de son restaurant étoilé Ima, boulevard de la Tour d’Auvergne.

Attirer une nouvelle clientèle – L’Ima Yoko est une déclinaison de l’Ima pour attirer une nouvelle clientèle, « on va proposer des bols qui s’inspirent des donburis japonais, un bol de riz avec une garniture », explique le chef. Donburi de légumes avec brocolis, salsifis, poireaux au barbecue, huile pimentée et sauce à base de soja, donburi à la saint-Jacques avec shitaké, céleri et noix de saint-Jacques légèrement fumées sur un lit de riz, un plat de viande avec du canard qui a maturé six semaines, légèrement fumé et au barbecue, avec piment, gingembre et chou fermenté… « On garde les codes de l’Ima, les mêmes fournisseurs, mais on est davantage sur de la street food (repas de rue). » La formule est à 22 €, avec une soupe miso en entrée et un dessert.

Quand le restaurant rouvrira totalement, il proposera, le soir, un bar à vin et à saké, « avec, au menu, des plus petits bols avec des entrées et desserts à partager et des produits originaux comme la saucisse au mètre ou la saint-Jacques fumée. » Il pourra accueillir jusqu’à trente couverts. À terme, l’Ima Yoko, qui reprend les mêmes codes couleurs, que l’Ima, le noir, les matériaux bruts comme la pierre apparente, pourrait devenir « une sorte de laboratoire de recherche de plats qu’on pourrait mettre en œuvre à côté, à l’Ima. » Mais tout ça, ce sera après la crise sanitaire, « pour l’instant on monte l’affaire ! ».

« Avoir une date d’ouverture, un objectif, c’est mieux » – En attendant la fin du confinement, Julien Lemarié fait le dos rond. « On n’a pas le choix. J’espère que le 20 janvier, tout le monde pourra travailler. Avoir une date, un objectif, même si c’est loin, c’est mieux. » Le temps du confinement, le chef a troqué son tablier pour un bleu de travail et un marteau-piqueur : « Je fais, avec des amis, des travaux de rénovation à l’Ima. J’avais prévu de les étaler. J’aménage des locaux réfrigérés pour travailler des pièces entières de bœuf ou de cochon. »

Pour l’instant Ima Yoko propose des plats à emporter 

Pour lire la suite cliquez ICI

Photos Instagram
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Mmmm interessant (100%)
  • Je suis fan (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *