Patrick Roger – être chocolatier :  » c’est un passeport pour le monde « 

29 avril 2017  0  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens Partrick Roger s’est exprimé sur EUROPE 1 et Le FIGARO – Le pâtissier répond à un interview sur son incroyable parcours.. un artiste du chocolat qui s’est fait tout seul !

Le figaro

EXTRAITS 

INTERVIEW – L’artisan (ou artiste !) chocolatier a trouvé dès l’âge de 18 ans «sa» matière, et a ainsi pu se sortir d’un échec scolaire cuisant. Quentin Périnel, journaliste et chroniqueur au Figaro, recueille «le plus bel échec» d’une personnalité.

Jean-Paul Hévin, Pierre Marcolini, Pierre Hermé… et Patrick Roger. L’artisan chocolatier dont l’atelier se situe à Sceaux, à quelques rues du parc éponyme n’est peut-être pas le plus connu de ses pairs. Mais il a une «saveur» particulière. Il le dit lui-même au Figaro: «Le chocolat, c’est ce qui m’a révélé». Car cet artisan originaire du Perche ne se contente pas de fabriquer du chocolat aux formes ou aux couleurs classiques, et de le vendre dans ses neufs boutiques (dont sept en région parisienne). Patrick Roger bâtit également des sculptures – parfois imposantes – pour lesquelles il utilise du métal. Des créations qui font énormément parler d’elles – et de lui – puisqu’il a dernièrement exposé au centre d’Art Elephant Paname, dans le IIe arrondissement de Paris.

Il l’a dit dans une passionnante interview sur Europe 1: chocolatier, c’est un «passeport pour le monde.» Son passeport. Humble, Patrick Roger ne considère pas qu’il a réussi, et ne se sentira probablement jamais un notable. «La réussite, c’est quoi?», me demande-t-il, attendant que je réponde à sa place. L’artiste chocolatier n’a pas réussi: il s’en «est sorti». C’est ce qu’il m’a expliqué pour «le plus bel échec», en débutant par des anecdotes datant de la cour d’école…

…/…

C’est en échouant à l’école que vous avez commencé à «réussir» votre vie? – J’ignore ce qu’est la réussite! Je dirais plutôt que je m’en suis sorti, et c’est déjà quelque chose d’exceptionnel. Tout le monde n’a pas cette chance, surtout dans ce type de parcours. Quand on est mauvais et que l’on nous donne l’impression d’être mauvais, cela mine le moral. Certains ont du mal à aller au-delà de ça…

Quel est votre secret alors? Comment vous en êtes-vous  » sorti  » ? – Mes seize années d’échec scolaire ont également été ponctuées par le jeu. Quand je n’échouais pas, je jouais. Tout était prétexte à jouer. Mais les seize années suivantes, c’était autre chose… Je suis rentré dans le dur! Le prof Michel Girard nous en faisait voir de toutes les couleurs. Et je n’avais pas le droit de me plaindre: mon père avant moi avait fait un apprentissage, et il en avait encore plus bavé, il était encore moins bien payé que je ne l’étais. Vous savez, je ne viens pas d’un milieu où l’on vit dans l’opulence. C’est ma force de caractère et de travail qui m’a permis de m’en sortir. À partir de ce moment là, j’ai travaillé dur, sans cesse.

Quand a eu lieu le déclic? – En 1986, lorsque j’ai fini deuxième sur cent de mon concours d’apprentissage. J’avais 18 ans, et j’ai été embauché à Paris. Après un mois un peu chaotique en pâtisserie, j’ai été envoyé en chocolaterie. C’était une découverte de A à Z. Je ne connaissais pas le chocolat, je n’avais jamais mangé de bon chocolat. C’est à cette période que j’ai compris que le chocolat était mon eldorado. Ma matière, celle qui allait me révéler, celle qui allait me donner envie de jouer, de m’exprimer.

Vous avez donc «digéré» l’échec scolaire des seize premières années?  – Absolument. Par ailleurs, je n’ai aucune haine pour les études ou les personnes qui en font, et je n’ai pas honte de ne pas en avoir fait. Il n’y a pas que des cerveaux dans notre pays, il faut en être conscient! Je l’assume complètement: je n’étais pas fait pour les études. Grâce à mon travail, j’ai une telle liberté aujourd’hui… Une liberté d’expression, une liberté de création… Grâce à mon activité, je dois avoir visité soixante pays aujourd’hui. Même si j’ai parfois du mal à communiquer, cela aussi, c’est une liberté incroyable!

Vous êtes devenu un notable! – Jamais je n’arriverai à me considérer comme tel! Vous savez, il existe certaines choses qui ne s’effacent pas avec le temps. Aujourd’hui, je n’ose pas rentrer chez le boucher-charcutier par exemple, parce que c’est ce que font «les gens biens.» En revanche, je peux aller chez Dior ou déjeuner chez Alain Passard. J’ai mes paradoxes. Comme je n’avais rien à une époque, aujourd’hui, je garde tout! Mes sept motos que je ne vendrai jamais parce qu’elles font partie de mon patrimoine, tous mes dessins, mes sculptures…

Europe 1


Patrick Roger : « Chocolatier, c’est avant tout… par Europe1fr

Un peu génie, un peu fou, le chocolatier-sculpteur dévoile ses atouts et touche à tout, avec talent depuis 20 ans.

INTERVIEW

Patrick Roger est chocolatier et sculpteur, allie les deux en utilisant du chocolat, mais aussi du métal. Il expose d’ailleurs ses créations jusqu’à mardi au centre d’art Elephant Paname et fêtera bientôt les 20 ans de son enseigne. Le chocolatier tout terrain et meilleur ouvrier de France était l’invité de C’est arrivé demain lors de ce dimanche de Pâques. Et nous fait plonger dans ses multiples activités.

Chocolatier. Chocolatier est avant tout « un passeport pour le monde », résume d’entrée Patrick Roger, qui confirme en une phrase son appétit curieux. L’artisan est revenu vers son enfance « locavore » et présente cette année un couple de hérissons dévorant un œuf sur le plat.

Sculpteur. … Le chocolatier n’est jamais loin du sculpteur. « La sculpture donne du goût. La forme a une incidence qui est fondamentale. » La sculpture est son mode d’écriture. Le chocolatier crée beaucoup d’animaux à très grande échelle : des orang-outan, des oreilles d’éléphants. « C’est le départ. Si on ne protège pas le minéral, le végétal ne peut plus vivre. Si on protège le végétal, on protège un peu l’animal et sûrement qu’on va protéger l’homme. C’est la galerie de l’évolution. »

 

Producteur d’amandes. Multi-facettes, Patrick Roger vient aussi du sport mécanique, un milieu qui lui a montré l’importance du travail d’équipe et du public, mais aussi le goût d’aller vite, en étant un peu fou mais avec les pieds sur terre. En témoigne son investissent dans la terre : le chocolatier a acheté et planté 40 hectares d’amandiers en pays catalan. Des amendes qui sont partout dans ses produits. « Je voulais m’engager mais comme pour une oeuvre d’art, en mécène. On recrée tout un bio-top. »

 
 
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Mmmm interessant (67%)
  • Je suis fan (33%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *