Fabrice Vulin se retire du Caprice à Hong Kong

18 janvier 2017  0  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens La rumeur courait depuis quelques jours avant les fêtes de fin d’année, c’est donc confirmé par le magazine Le Point sous la plume de Thibaut Danancher, le chef Fabrice Vulin quitte le restaurant Caprice de l’hôtel Four Seasons à Hong Kong.

Dommage collatéraux de la course aux étoiles

Dans une ville en continuelle effervescence, capitale économique d’une partie de l’Asie, les restaurateurs de Hong Kong font face à une concurrence très importante, l’offre est très développée, les chefs de haut niveaux très nombreux. La course aux étoiles est lancée depuis la première parution du guide Hong-Kong/Macau. Même si Michelin ne pousse pas à la surenchère aux étoiles, ce sont les grands hôtels et les médias qui font monter les enchères aux étoiles.

L’objectif du chef français Fabrice Vulin était tout de même l’obtention de la troisième étoile Michelin, qui n’est pas arrivée cette année. Donc même si les raisons de ce départ peuvent être autres, on ne peut s’empêcher de penser que l’effet Michelin ai pesé dans la balance. Plusieurs noms sont déjà évoqués pour remplacer le chef, dont un chef qui a déjà deux étoiles au guide Michelin.

Retrouvez ci-dessous l’article du magazine LE POINT

Le chef deux étoiles a mis fin, trois ans après son arrivée, à son contrat au restaurant français de l’hôtel Four Seasons à Hong Kong.

C’est la fin d’une aventure démarrée le 15 décembre 2013. Un peu plus de trois ans après avoir pris la tête du Caprice à Hong Kong, Fabrice Vulin a décidé de quitter le restaurant gastronomique français de l’hôtel Four Seasons. Le chef auréolé de deux étoiles Michelin et de cinq étoiles Forbes a effectué son dernier service le 12 janvier. Il a mis fin à son contrat d’un commun accord avec la direction de l’établissement, les deux parties se séparant en très bons termes. Au Caprice, Fabrice Vulin n’aura cessé de mettre sur le devant de l’assiette les trésors bleu blanc rouge au fil d’une carte jalonnée d’épatants morceaux de bravoure résonnant comme autant de plats-signatures. Une cuisine d’auteur de l’instant et de l’instinct, faisant la part belle aux grands vins de l’Hexagone, avec en tête les bourgognes et les bordeaux, qui aurait assurément mérité d’être couronnée d’une troisième étoile Michelin.

Le temps de la réflexion

L’ancien maestro des fourneaux de la Chèvre d’or à Èze Village, perché entre Nice et Monaco dans les Alpes-Maritimes, quittera Hong Kong à la fin du mois. La toque millésime 1966 originaire de Briançon va commencer par rentrer sur ses terres. Un retour aux sources dans les Hautes-Alpes pour le président délégué des Maîtres cuisiniers de France en Asie-Pacifique. Une bouffée d’oxygène dans ses montagnes pour réfléchir à la suite à donner à sa carrière. Nul doute que plusieurs propositions devraient se présenter à lui maintenant qu’il est libre. Reste désormais à savoir où Fabrice Vulin rebondira. Le plus tôt sera le mieux !

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Mmmm interessant (100%)
  • Inquiétant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Je suis fan (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *