lait vachement normand

Ces initiatives qui rapprochent producteurs et consommateurs

09 juillet 2018  0  DÉNICHÉ SUR LE WEB F&S LIVE
 

signature-food-and-sens Ces initiatives permettant aux paysans et agriculteurs de mieux vivre de leurs productions grâce à une vente de proximité dans les régions de production, évitant ainsi les intermédiaires se multiplient. Et tout le monde y trouve son compte, autant le consommateur qui profite de prix raisonnables et de produits de qualité et de proximité, que les producteurs qui font de meilleures marges.

lait francais producteur

Le lait  » Vachement Normand  » en est un exemple supplémentaire

Collecté localement et conditionné dans l’Orne par la fromagerie Gillot, le lait « Vachement normand » a été imaginé pour assurer un revenu décent aux éleveurs. Un concept qui séduit les consommateurs.

 » Il N’existait pas encore de lait UHT 100 % collecté et conditionné en Normandie… Un comble pour la région ! « , s’étonne encore Émilie Fléchard, directrice adjointe de la fromagerie Gillot. Alors qu’elle étudiait les solutions pour valoriser ses surplus de lait, la PME familiale (300 salariés) a été approchée par la SCA normande. La centrale régionale d’approvisionnement des centres E.Leclerc de Normandie cherchait, elle, une entreprise capable de l’accompagner dans la collecte et le conditionnement d’un lait UHT 100 % normand pour répondre à la demande de la clientèle. Producteurs, transformateur et grande distribution ont donc décidé de se lancer ensemble. La fromagerie Gillot a investi pour cela près d’1 million d’euros dans une nouvelle ligne de conditionnement dans sa laiterie (Fléchard) des Rives d’Andaine.

En février dernier, la brique Vachement normand faisait donc son apparition dans les rayons des trente-sept centres E.Leclerc de la région. Ce lait, qui respecte un cahier des charges strict normalement prévu pour la fabrication de camembert AOP, est collecté auprès d’éleveurs 100 % normands dont le troupeau ne dépasse pas les soixante vaches (avec au moins 50 % de race normande), qui passent au moins six moins de l’année en pâturage et dont l’alimentation est garantie sans OGM.

Avec une brique vendue 0,81 euro, soit un peu au-dessus de la moyenne pour assurer un revenu décent aux éleveurs, les partenaires du projet espéraient mettre un million de litres sur le marché la première année. L’objectif a été atteint en moins de six mois. « C’est la preuve que les consommateurs sont aujourd’hui à la recherche de produits locaux, de qualité, qui permettent aux producteurs de vivre de leur travail et ancrent l’économie localement », est convaincue Émilie Fléchard.

Face à ce succès, la SCA normande et la fromagerie Gillot viennent de lancer un pot de crème fraîche et un camembert au lait cru AOP, eux aussi « Vachement normand », et fabriqués selon le même cahier des charges. En septembre, c’est le pont-l’évêque qui devrait faire son apparition dans les rayons des hypermarchés concernés.

Source
FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *