En Belgique ” les boîtes noires ” pour lutter contre la fraude fiscale ont entraîné 11% de faillites en plus

18 juillet 2017  1  F&S LIVE
 

signature-food-and-sens La restauration en Belgique est empêtrée dans une crise économique et de confiance qui va laisser sur le tapis de nombreux commerçants sur le tapis. Changement de législation, fiscalité assommante, attentats de Bruxelles, politique anti-commerciale, le secteur des métiers de bouche souffre…

En France, les mouchards sur les caisses enregistreuses existent déjà, mais au contraire de l’Espagne et de l’Italie où la fraude fiscale est largement pratiquée, connue et presque normale, la France est depuis fort longtemps contrôlée.

Lisez ci-dessous l’article de RTL.BE

La caisse intelligente est obligatoire depuis le 1er janvier 2016 pour les établissements dont le chiffre d’affaires dépasse 25.000 euros par an afin d’éviter fraude fiscale et sociale.

Les conséquences des caisses intelligentes commencent à se faire sentir. Ces caisses ont entraîné une hausse de 11% des faillites selon le SNI, le syndicat neutre pour indépendants Les restaurateurs ont dû changer leurs habitudes et leurs pratiques. Vincent Chevalier a rencontré certains d’entre-eux à Bruxelles.

 
“Ce noir permettait de payer des salaires convenables”

Les restaurateurs l’appellent “la boîte noire”. Elle leur pose un gros problème, notamment en ce qui concerne les contrats de travail. “Un certain nombre de restaurateurs produisait de l’argent en noir. Ce noir permettait de payer des salaires convenables aux personnel”, explique Eric, patron d’un restaurant Place Sainte Catherine.

Tous le confirment, le travail au noir est un secret de polichinelle dans le secteur de la restauration. “En Belgique, aucun restaurant ne déclarait quelque chose complètement” confirme Saad, serveur dans le quartier des galeries royales. “Mais maintenant, ils sont obligés, ça fait un sale coup.”

 
“Du coup, le service peut être moins bien”

Arnaud travaille au Roi des Belges. Pour lui, les bars qui font de la petite restauration s’en sortent encore grâce à la boisson. “J’ai des amis qui sont restaurateurs, ils étaient une équipe de huit personnes, mais maintenant ils sont trois à travailler”, raconte-t-il. “Du coup, le service peut être moins bien, il y a plein de petits détails”.

Cette petite restauration, certains bars l’ont désormais abandonnée, comme l’explique ce serveur de Saint-Géry. “Avec la boîte noire, on est plus taxé sur tout ce qui est restauration”, commente-t-il. “Du coup, on a dû réduire la carte de la nourriture pour ne plus être dans le cadre d’un restaurant et n’être qu’un bar. Le midi, on n’a plus personne, vu qu’on n’a plus rien à manger.”

Pour enrayer ces pertes, le SNI demande d’urgence une réduction de la TVA à 6%, aussi bien pour la nourriture que pour les boissons

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (94%)
  • Je suis fan (6%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)

Une réflexion au sujet de « En Belgique ” les boîtes noires ” pour lutter contre la fraude fiscale ont entraîné 11% de faillites en plus »

  1. Antoine (Belgique)

    Mon éternelle question : pourquoi est-ce que les restaurateurs français arrivent à ne pas faire de noir alors qu’en Belgique c’est mission impossible ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *