Massimo Bottura à Paris pour l’ouverture d’un nouveau Refettorio et la sortie d’un nouveau livre

16 mars 2018  0  MADE BY F&S Une poule sur un mur
 

  signature-food-and-sens Actualité brûlante et brillante pour le chef Massimo Bottura. Il est à Paris pour l’ouverture d’un nouveau Refettorio et la sortie d’un livre « Le pain est d’or » (La Poule sur un mur » vous le présente très vite).

Massimo Bottura ouvrait, ce jeudi 15 mars, un Refettorio à Paris. Après Modène, Milan, Bologne, Rio et Londres. avant Naples et les Etats-Unis. Qui est cet homme qui nous apparait aujourd’hui au-delà de son statut de grand chef trois étoiles. Il est né à Modène, en 1962. La tradition familiale lui traçait un avenir dans les produits pétroliers, il a choisi les produits culinaires. De trattoria en grandes maisons il a fait son chemin, appris  à Monaco, New York avant de revenir sur sa terre natale et ouvrir en 1995 l‘Oseria Francescana qui depuis 2011 affiche trois étoiles au Guide Michelin. Il cherche et recherche, experimente toutes les nouvelles formes de cuisine émergentes, alliant les tendances et les traditions qu’il revisite allègrement. Entre deux voyages, deux essais dans les cuisines de son restaurant, il écrit des livres de cuisine et se donne corps et âme à sa fondation « Food for Soul » (Nourriture pour l’âme) qui lutte contre le gaspillage alimentaire et l’exclusion sociale, avec ce grand plus, servir des repas »gastronomiques » dans un Refettorio, un bel endroit en non un vieux hangar sans fenêtre ni lumière. 

Aujourd’hui il partage son expérience, ses expériences avec les plus grands chefs dont il est le plus grand selon le classement World’s 50 Best 2016,  engagé il a construit adresse après adresse un veritable empire du luxe et un empire de l’humanitaire. Avec sa fondation « Food for Soul » , il innove et entraine dans son entreprise avec determination et humanité d’autres chefs. Comme un magicien, comme un homme humain tout simplement, il offre à ces invisibles un repas et un rêve, celui d’exister, d’être à table, dans restaurants de partage et de fraternité. Il leur redonne la dignité, le respect. Massimo Bottura est un chef humaniste pour nous apprend le vivre ensemble, manger ensemble, la lutte contre l’exclusion. Pour lui « aujourd’hui les chefs ne peuvent plus se contenter de faire de la cuisine »… « ils ont une responsabilité sociale ».

10h 45 – Place de la Madeleine – Fauchon, Mariage Frères, Maison du Caviar, café Pouchkine… Église de La Madeleine, côté marché aux fleurs, entrée discrète, petite porte secrète qui voit s’engouffrer des dizaines de personnes, pressées de rencontrer le bon samaritain et ses équipes, de découvrir ce lieu secret où il est possible de  déjeuner pour presque rien dans un bel endroit et dès ce soir dîner. Dans la rue chantent des mots en italien entre le grand chef et des journalistes venus de la botte. L’ambiance est joyeuse. Massimo Bottera se plie à toutes les demandes de photos, d’interviews avec une élégance toute italienne.

 Rendez-vous dans la crypte de la Madeleine qui abrite le foyer qui désormais sera le soir le Refettorio. Longue et grande salle voutée sous la dalle de l’église, au-dessus lumière et prières, ici  un restaurant associatif secret pour la plupart, une véritable institution pour certains, une adresse connue depuis plus de cinquante ans, une table qui vit, vibre sous terre où déjeunent à leur faim pour trois francs six sous, les habitués, les nécessiteux, ceux qu’un président a osé appeler les sans-dents, mais aussi des touristes bien guidés, des curieux bien informés qui apprécient la cuisine et l’accueil convivial. Belle vaisselle et bel accueil, digne de l’Hôtel de Crillon et de Fauchon, deux partenaires du restaurant. L’église de la Madeleine depuis toujours fait preuve de générosité et de partage. Elle accueille depuis le Second Empire, indigents, grisettes, petites mains, ouvriers, midinettes venus là réchauffer leur repas déjeuner dans le calme pour une somme modique. Le Foyer est un signe dans le quartier ; lieu qui accueille celui qui cherche autre chose que la nourriture ou qui ne peut s’offrir un vrai repas. C’est un lieu de convivialité et de solidarité.Le Foyer est un signe dans le quartier ; lieu qui accueille celui qui cherche autre chose que la nourriture ou qui ne peut s’offrir un vrai repas. C’est un lieu de convivialité et de solidarité.

Les allées éclairées tendrement par une douce lumière sont pleines pour écouter ceux qui prennent la parole pour dire que cet endroit voit les « miettes » des riches intelligemment récoltées pour nourrir les pauvres. Dès aujourd’hui deux restaurants solidaires vont vivre dans le même endroit. le Foyer à midi, le Refettorio, le soir. Le mi-temps se transforme en temps plein. Tous ceux qui sont autour de Massimo Bottura  – et de sa femme Lara – partagent ses valeurs, les architectes – Nicola Delon et Ramy Fischler, les artistes – JR et Prune Nourry, le Président de l’association Refettorio Paris – Jean-François Rial – les chefs, les partenaires et les bénévoles.

©shehanhanwellage

Tous parlent de beauté, beauté des idées, des énergies, de l’éthique et de l’esthétisme. Massimo Bottura entraine les équipes pour combattre contre l’exclusion. Les armes, la beauté et l’imagination des chefs et des artistes qui en un temps très court, trois mois, ont mis en beauté un projet social collectif. Tous vivent ensemble une aventure humaine. Les partenaires, Salesforce, Carrefour, Voyageurs du Monde, Accor, Kering, Grundig, Bernardaud, Flos, Le Collège de France..., sont là nombreux et généreux, tous partagent les mêmes valeurs, comme les convives partagent les tables. « Discuter, écouter, partager… cela fait partie de la richesse de l’endroit », répète Carole Doménech, directrice de l’établissement.

Tous vont partager un sublime bol de pâtes avant de laisser la place aux équipes de cuisine qui vont préparer le premier service de ce nouveau Refettorio.

Le soir l’émotion est grande de voir la centaine d’invisibles, adressés par des OGN, qui peuvent s’attabler dignement avec un sourire contagieux. Tous sont là ensemble les uns avec les autres, les uns contre les autres vivant jusqu’à la plus petite miette ce moment de vie.

Aux fourneaux des grands des très grands chefs, une brigade que tous les grands événements gastronomiques rêvent de réunir dans leurs cuisines, aux cotés de Massimo Bottura, Alain Ducasse (fidèle sur toutes les ouvertures des Reffetori, Yannick Alleno. Au menu, sauté d’agneau de Yannick Alléno, velouté de céleri et un dessert aux clémentines par les équipes d’Alain Ducasse. D’autres chefs sont annoncés, ils vont venir étoiler les repas, Alain Passard, Olivier Gagnère, Guy Savoy, Michel Troisgros, Jean Roca, Daniel Humm. Tous se demandent sûrement le matin en se rasant pourquoi eux aussi n’ont pas eu cette merveilleuse idée qu’auraient pu leur souffler Mère Teresa ou l’abbé Pierre, de partager « le pain », de donner en un endroit de beauté et de culture, de rendre dignité aux plus pauvres d’entre nous. Massimo l’a fait. Bravo. Tous approuvent Alain Ducasse qui confie « La générosité et le partage sont l’essence du cuisinier« . Et ce sont des cuisiniers qui se donnent la main et grossissent les équipes de bénévoles rassemblées pour nourrir en beauté. Avec conviction tous embarqués dans ce projet caritatif, culturel et durable, ils défendent la solidarité luttent contre le gaspillage.

 

©shehanhanwellage

 

Réfectorio la Madeleine Paris, merci les chefs pour ces beaux moments #amitié #partager #solidarité #heart #humanpower #révolution #repost #instafoodI

Une publication partagée par Christian julliard (@christian.julliard) le

https://refettorioparis.com/fr/index.html

https://www.foodforsoul.it

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (100%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *