Le livre de cuisine est un livre comme les autres

28 novembre 2020  0  MADE BY F&S Une poule sur un mur
 

signature-food-and-sensOuverture des librairies avec des centaines de romans français et étrangers, des dizaines de livres de cuisine, de recettes, de chefs. L’heure de la sortie… de la sortie de la fermeture !

28 novembre – Jour de la sortie des étagères et de l’obscurité pour les livres, les librairies ouvrent, les livres sont libérés, délivrés et vont pouvoir être dévorés sans modération contrairement aux bûches qui raccourcissent et aux  oies qui maigrissent  en fonction du nombre de convives invités à la table du réveillon, nombre souhaité limité. Nous applaudissons à l’ouverture de ces lieux de vie et ne culture et pleurons la fin de non-recevoir pour les bars et restaurants… eux aussi lieux de vie et de culture qui doivent attendre.

 Les librairies sont ouvertes,  sortez votre wish-list, cette liste que vous avez faite au gré des émissions littéraires à la télé ou à la rradio et allez les dévaliser. Sans modération. Régulièrement La Poule sur un Mur vous raconte des livres, des livres de cuisine. 

Même si certains vont proclamer haut et fort qu’il est plus facile de chercher une recette sur tablette, i phone ordi et autre écran, moi La Poule sur un Mur j’avoue préférer et plébisciter les livres de cuisine d’encre et de papier. Je ne me lasse pas des pages qui se tournent et délivrent l’une après l’autre des mots, des lignes savoureuses, un petit secret, une confidence, une histoire, une photo, un instantané de vie et d’humeur, un arrêt sur image intime. Les mots se suivent et mettent en appétit, les mots jubilent et font rêver, ouvrent les portes des cuisines du monde, des saveurs d’ici et d’ailleurs, de cultures différentes, de destins de femmes et d’hommes qui parlent tous la langue universelle de la cuisine. Et souvent au milieu trônent des photos d’art.

 Car les livres de cuisine sont aujourd’hui des livres d’art, les plus belles plumes et les meilleurs photographes se livrent bataille pour mettre en mots et en images ces fruits et légumes, viandes et poissons que des chefs mettent en scène sur des assiettes comme des oeuvres d’art éphémères qui disparaitraient sitôt englouties, sauf si un artiste de la photo n’était pas passé par là pour les fixer dans la mémoire collective.

Aujourd’hui le livre de cuisine ne se contente plus de dérouler des recettes les unes derrière les autres, sans âme ni esprit. L’émotion et l’intime se glissent sur les pages. Le livre, dit de cuisine ou de recettes, raconte désormais des histoires. La petite histoire d’une femme ou d’un homme, il fourmille  d’anecdotes et de souvenirs qui entourent une culture culinaire. La grande histoire car l’évolution de la cuisine suit le rythme géopolitique de la terre.

 En lisant un livre de cuisine aujourd’hui vous découvrez, voyagez humez l’air du temps. Vous n’êtes pas obligés de cuisiner, soyez fous, vous pouvez lire ces livres comme des livres de voyage, d’aventures, d’histoire et d’art.

Le livre de cuisine est-il un livre comme les autres ? Oui et non ! Un livre pas comme les autres parce qu’il est multiple. parce qu’il peut être roman, il se lit comme un roman, il y a des personnages, des premiers et seconds rôles des héros et des figurants, qui se croisent, se rencontrent dans des scènes d’intérieur ou d’extérieur; il est livre d‘histoire, il raconte une époque, un lieu, une famille, il fait le portrait d’hommes et femmes d’un moment d’un instant qui oeuvrent en cuisine en salle dans les potagers et les étables. Le livre de cuisine fait défiler les saisons et les hommes on y rencontre le peuple, l’aristocratie, la noblesse, toutes les strates de la société qui ont en commun la table et la nourriture, qu’elle soit simple ou haute couture, nourricière ou extravagante.

Un livre de cuisine livre des recettes de cuisine et de vie. Il raconte une société. Une époque, une culture. Il est livre culturel car il parle de l’art culinaire qui se définit soit par des folies de chefs des photos illustrations extravagantes des créations audacieuses qui interpellent plus la vue que le goût mais surtout par le beau culinaire…

 Et ainsi chaque année sortent des milliers de livres de cuisine, le livre de cuisine est devenu un phénomène littéraire. Il y pas si longtemps le livre de cuisine était quelque peu méprisé par les éditeurs… Depuis des maisons d’édition passionnées et gourmandes se consacrent uniquement à ce genre. Il y en a pour tout le monde, les auteurs culinaires se multiplient comme les petits pains, il est à la mode de livrer des recettes comme on livrait ses souvenirs. Les livres de cuisine seraient-ils les nouveaux  livres de vie, biographies, livres intimes où les recettes se livrent et se partagent. Bien écrites et bien illustrées elles racontent comme dans un roman, comme dans un livre d’aventures ou d’histoire, un chef, une cuisine, un lieu.Les livres de cuisine du siècle dernier étaient guère appétissants, ils déroulaient des files insipides de courses, de poids, des grammes et des minutes il était livre utile, livre pratique pour étudier car les ménagères de moins de cinquante ans y apprenaient à cuire aussi bien l’oeuf à la coque que le chou farci, la cuisine du quotidien sans audace. Puis des photos ont illustré les recettes… certaines éditeurs ont même eu l’audace de conter l’histoire des recettes, de truffer les pages d’anecdotes et de secrets, voire de culture et d’histoire. Ainsi certains livres deviennent ambassadeurs de nations et de leur gastronomie, sans visa ni traité. Ils se lisent comme des catalogues de voyage… Nous aurons toujours besoin de livre de cuisine. A partager, à transmettre comme témoin de l’importance de la cuisine.

 

 Un livre de cuisine est un livre, un vrai livre, passeur d’idées et d’émotions, les chefs se livrent comme jamais, ouvrent les portes de leur enfance, de leur apprentissage, se confient, parlent famille, transmission, instant, nature, naturalité, environnement, ils ne se contentent plus de soulever des casseroles. Ils sont comme nous tous curieux et responsables, ils voyagent, prennent le temps de chercher et dénicher l’ingrédient, le producteur qui va leur livrer le meilleur. Certains audacieux et courageux  deviennent eux-mêmes  céréaliers, plantent, récoltent pour garder la main sur ce qui va finir dans nos assiettes. Ils parlent respect et partage, avec sérieux et humour – oui un chef sait rire et sourire -, ils sont photogéniques, soignent leur présentation, se jouent des poils et des poêles pour offrir des portraits plein de malice et d’autodérision, c’est fini les poses figées au garde-à-vous, aujourd’hui les chefs sourient.

Un livre de cuisine est un conte, il était une fois des femmes et des hommes, maillons de la grande chaine, il y a des producteurs, des gens de la terre, des maraichers, des jardiniers, des bouchers, des poissonniers, des boulangers, des éditeurs, des photographes et des plumes et ça La Poule sur un mur adore !

Et puis il faut défendre ces professions du livre  qui prennent des risques pour publier ces histoires délicieuses, sortir le livre qui va vous régaler et rester dans votre bibliothèque et se verra feuilleté de génération en génération, en véritable témoin d’une époque, pour partager des parenthèses gourmandes. Soutenir les maisons d’édition, Phaidon, les Éditions de l’Épure, Actes Sud, Hachette, Solar, les Éditions du Rouergue, Cherche-Midi, La Martinière, Glénat, Alain Ducasse, First, Marabout, Larousse, Albin Michel, Babel, Éditions du Chêne, Fayard, Fleurus, Tana, Menu Fretin...

Le livre reste un espace libre et protégé. La Poule sur un Mur adore quand la boite aux lettres livre des coups de cœur ou pas, des feuilles à chroniquer ou pas, des livres qui nourrissent le corps mais aussi l’âme et l’esprit. Chaque jour est une aventure, quel livre choisir parmi l’amoncellement de piles colorées qui se tiennent comme les colonnes de Buren, droites sur le sol du poulailler. Il faut rester à l’écoule des livres, de leurs auteurs, des mots et des photos qui rythment la cadence des livres. Reste ouverte à tous les genres, tous les styles. Si le temps coulait moins vite  elle chroniquerait deux livres minimum par jour… Difficile de choisir, le choix se fait avec amour et passion, attention. Des coups de cœur et des découvertes, des rencontres avec des femmes et des hommes dont on ne connait le plus souvent que le tablier, la toque ou le nom de plats signatures.

La  Poule adore tous ces livres écrits avec générosité pour partager et transmettre, par des passionnés de cuisine, de nature, d’art culinaire  qui parlent aussi  sauvegarde de la planète, environnement,  bien manger, bien se nourrir , bien vivre et mourir en bonne santé. Finalement chaque chef est singulier et atypique mais tous portent les mêmes valeurs. Dans leurs assiettes comme dans leurs livres, ils les défendent avec sagesse ou en faisant la révolution. Tous voyagent. Tous maitrisent et sont à l’aise avec les medias et les réseaux sociaux. Tous assurent la promotion de leur cuisine et à travers elle de leur région, de leur pays, de leur culture.

 Vive les livres dont les chefs et la cuisine sont les héros ! Dans un nuage d’émotion, de produits du terroir, de magie, de gastronomie et de gourmandise.

 

La photo présente une copie d’Apicius du Xe siècle | © Bonho1962 / WikiCommons 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *