80 chefs italiens étoilés signent un manifeste contre les food trucks et la street food

31 mai 2019  0  Dossiers F&S F&S LIVE
 

signature-food-and-sens  80 chefs étoilés signent un appel contre les food trucks et la street food 

De Carlo Cracco à Moreno Cedroni, de la famille Santini à Claudio Sadler ou des 80 chefs étoilés, ils ont tous signé l’appel du FIPE (Fédération italienne des établissements publics) contre toutes les food-trucks et la street food en général qui font une concurrence déloyale à la restauration traditionnelle.

Ce manifeste demande au gouvernement de régulariser davantage toutes ces formes de restauration hybrides environ 80 chefs étoilés et une bonne centaine de restaurateurs moins renommés ont signé cet appel, qui ne concerne pas uniquement la catégorie Street Food.

Savez-vous qu’en Italie il y a maintenant toutes sortes d’épiceries où les clients peuvent s’asseoir et manger ce que vous commandez sur place, il y les bouchers qui ont ajouté quelques tables pour servir leurs viandes grillées. Il y a aussi ces « fausses fermes «  qui cachent des poissonniers qui fonctionnent comme des restaurants.

En résumé, le problème concerne tous les établissements publics qui offrent un service de restauration sans avoir à respecter ni se plier aux mêmes obligations réglementaires que les vrais restaurants. 

La loi a été interprétée de manière déformée et donc «un commerce dont l’activité principale consiste à vendre des produits alimentaires peut effectivement servir à manger en offrant à ses clients la possibilité de consommer les aliments sur place, sans avoir à respecter toutes les règles imposées aux bars ou aux restaurants « . Du coup ces commerçants balayent, la présence de services d’hygiène adaptés à la fréquentation des locaux ou la présence de locaux appropriés pour le traitement des produits. Sans parler des charges fiscales, telles que les taxes sur les déchets, qui sont différentes selon les catégories et nettement plus onéreuses pour les restaurateurs.

Antonio Santini, patron du restaurant historique Tristellato Dal Cannatore sull’Oglio, indique que « Il est clair que pour rester sur le marché, tous les opérateurs doivent appliquer les mêmes règles. S’il est juste et fondamental qu’un restaurant ait une structure conforme à la loi et soumise à des règles de santé assez drastique, il est essentiel que quiconque met la main sur des produits alimentaires puisse garantir au consommateur final un produit sûr du point de vue de la santé et de l’hygiène. Malheureusement, ce n’est pas toujours vrai « . 

« Tous les opérateurs opérant dans le même secteur du même pays devraient avoir les mêmes règles et réglementations identiques. Sans oublier que les aspects sanitaires et liés à la sécurité doivent être prioritaires « , explique encore Santini. Ce n’est pas une affaire de petits restaurateurs face aux grands chefs étoilés. Tous les restaurants doivent respecter les mêmes règles strictes, qui doivent être valables pour tous les intervenants manipulant des aliments Pour cette raison, le FiPE a donc décidé de mettre le mot « fin » à ce système.

L’appel a donc été transmis au vice-Premier ministre Matteo Salvini, Luigi Di Maio et à Gian Marco Centinaio, ministre des Politiques agricoles et du Tourisme : « Les conditions inégales ne créent pas seulement une concurrence déloyale sur le marché, mais finissent par appauvrir le marché lui-même causant la fermeture de nombreuses activités de restauration, pour œuvrer dans des métiers plus simples, réduisant les coûts de service et de préparation, avec des conséquences négatives sur l’emploie. »

La qualité du produit est en baisse, il y a des risques alimentaires pour les consommateurs, des réductions d’emploi dans le secteur et une baisse d’attractivité de nos villes, explique le collectif de chefs.

Nous ne demandons pas moins de règles: nous demandons que les mêmes règles soient appliquées à la profession, nous désirons protéger et protéger les 10 millions de clients qui viennent chaque jour dans les établissements. Nous ne demandons pas moins de concurrence : nous espérons qu’il y en aura même toujours plus, mais avec objectif d’améliorer le marché et non le rendre plus fragile.

Nous ne demandons ni privilèges ni privilèges: nous demandons aux institutions plus d’attention à nos métiers, que les ministères compétents avec la participation des différents acteurs de la chaîne logistique nous soutiennent et que soit établit une vision stratégique globale et consciente du secteur. « 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (100%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *