Gérald Passédat vient d’ouvrir Albertine – Pour les Marseillais la famille Passédat est une légende

12 mai 2016  0  Chefs & Actualités DÉNICHÉ SUR LE WEB
 

signature-food-and-sens C’est pour le média Relaxnews que le chef Marseillais Gérald Passédat a répondu à une interview sur l’ouverture de son restaurant  » Albertine « dans les anciens docks de Marseille… rencontre avec un des acteurs de la ville qui bouge le plus dans le sud !

Albertine Marseille

Cliquez sur le LINK pour retrouver l’article original et intégral.

 » Albertine, c’est un Petit Nice « 

Chef réputé à Marseille pour sa cuisine méditerranéenne servie au Petit Nice, Gérald Passédat vient d’ouvrir dans les docks une adresse intimiste au bon goût de Provence, baptisée « Albertine ». Le restaurant satellite de la maison familiale propose une carte plus accessible. Le chef Passédat s’est confié à Relaxnews et ne cache pas son envie d’étoile. 

Relaxnews : En baptisant cette nouvelle adresse Albertine, avez-vous souhaité rendre hommage à votre maman, qui se prénomme ainsi ? 

Gérald Passédat : C’est bien sûr le sens de cette ouverture. Mais, il s’agit même d’un hommage familial plus complet. Le restaurant a ouvert dans les docks de Marseille, où travaillait mon grand-père. 

L’hommage est-il aussi en cuisine ? 

GP : Nous rendons surtout hommage à la nature que maman adore. Elle est d’origine italienne. La cuisine que nous avons choisie est donc simple. J’ai voulu retranscrire celle-ci en plats gastronomiques abordables, dans un lieu ressemblant à une bastide provençale revisitée.  

Albertine Marseille

Au Petit Nice, vous rendez aussi hommage à votre grand-mère avec votre plat signature « Le Loup Lucie Passédat ». Les hommages sont-ils une source d’inspiration culinaire ? 

GP : Oui, certainement. Je pense que l’on est inspiré lorsque l’on est troublé, lorsque l’on a quelque chose à prouver. On ne peut pas être embourgeoisé dans l’inspiration. C’est un travail d’introspection. 

Poutargue, poissons de ligne… Vous avez choisi d’utiliser des produits méditerranéens emblématiques que vous travaillez déjà au Petit Nice. Comment apportez-vous un regard nouveau chez Albertine ? 

GP : On différencie les deux lieux par une autre forme de cuisine. Si certains produits sont similaires, la façon de travailler est pratiquement identique : sans crème, sans beurre. Chez Albertine, c’est une cuisine du soleil qui reflète mon terroir, avec toujours cette connotation marine. Les ingrédients sont bio bien entendu. Albertine, c’est un petit Petit Nice, avec un menu réduit, des tarifs plus attractifs, un service plus rapide. C’est un satellite.

La différence majeure est la présence de viande…

GP : Oui, comme ce boeuf maturé durant 21 jours. D’ailleurs, le plat du jour de la semaine prochaine pourrait être un autre plat de viande. …/… 

L’huile d’olive reste-t-elle aussi un élément central de votre cuisine ? 

GP : C’est un produit qu’aime ma maman. C’est elle qui a fait découvrir l’huile d’olive à Jean Troisgros et Georges Blanc (Chefs trois étoiles à Roanne et à Vonnas respectivement, NDLR). Ils partaient ensemble en vacances à la fin des années 70-début 80. Ma mère emmenait toujours un peu d’ail et de l’huile d’olive dans sa valise. À l’époque, la cuisine était très mal assaisonnée. Elle a fait goûter son assaisonnement à toute la table, qui a été estomaquée de la puissance de l’huile d’olive de Provence. 

Albertine Marseille

Les prix de la carte sont plus abordables qu’au Petit Nice. Votre volonté était-elle de rendre votre cuisine plus accessible aux Marseillais pour qui la famille Passédat est une légende ? 

GP : Tout à fait. C’est une envie que j’avais commencé à mettre en oeuvre avec ma cuisine au Môle …/… Je travaille au maximum avec les paysans de la région, les amap (association pour le maintien d’une agriculture paysanne), les petits pêcheurs et les bouchers du coin.  

Quand ce projet de restaurant a-t-il germé dans votre esprit ?

GP : Dès 1978, j’ai compris que les docks de Marseille pouvaient être un quartier intéressant. J’ai d’abord travaillé sur le Mucem. Je crois beaucoup aux quais, au port… Le projet était avant tout de s’installer dans les docks. Quand j’étais adolescent, Marseille était une ville qui avait mauvaise réputation. Je voulais mettre ma pierre gastronomique à l’édifice pour une ville dans laquelle j’ai toujours eu foi. 

Visez-vous une étoile ? 

GP : C’est aussi un objectif bien sûr. On ne va pas se mettre martel en tête. C’est avant tout un restaurant pour se faire plaisir gustativement, sans chichi. Je veux qu’elle soit une maison de goût comme toutes mes autres maisons.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (40%)
  • Amusant décalé (20%)
  • Mmmm interessant (20%)
  • Je suis fan (20%)

Une réflexion au sujet de « Gérald Passédat vient d’ouvrir Albertine – Pour les Marseillais la famille Passédat est une légende »

  1. Ping : C'est Off… C'est Cuisine… C'est d'Actualité … #67 - Food & Sens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *