fleur de pavé

Fleur de Pavé (Paris), le retour attendu de Sylvain Sendra

12 juillet 2019  0  À la petite cuillère
 

signature-food-and-sensEn décembre 2017, Itinéraires, rue de Pontoise, a fermé ses portes. Sylvain et Sarah Sendra s’en sont allés parcourir le monde. On savait qu’ils reviendraient, mais ils nous ont manqué. En juin 2019, la cuisine légère et inspirée de Sylvain se réincarne en Fleur de Pavé dans le quartier de la Bourse. Entre-temps, deux années de voyages culinaires ont laissé leur marque : Pérou et Japon, puis Thaïlande et Liban. Ici et là, Sylvain a reçu des propositions. Certains auraient bien voulu le garder. Mais bas les pattes, il est à nous. Sylvain, d’origine toscane, n’en est pas moins parisien dans l’âme. C’est à Paris qu’il s’épanouit. Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi le restaurant s’appelle Fleur de Pavé.

fleur de pavé

La façade à l’ancienne, un peu art-déco, un peu grattée, trompe espièglement sur l’intérieur, où cette impression vieillotte s’efface pour révéler une installation sophistiquée. On peut s’asseoir au bar pour manger, il y a aussi deux tables.

fleur de pavé

L’essentiel de l’espace assis est à l’étage, salle et salon intime avec table d’hôtes. « Sarah s’est occupée du décor. L’ambiance est celle d’un appartement parisien. »

fleur de pavé

Si, au temps d’Itinéraires, la collaboration entre Sylvain et le maraîcher Asafumi Yamashita était déjà évidente, désormais elle est structurelle. Trois fois par semaine, M. Yamashita vient livrer ses légumes et ses herbes. Il figure en page de présentation sur le site du restaurant. Il fait pleinement partie du projet.

fleur de pavé

Justement, ce mardi-là était un jour légumes. Un Yamashita pétant la forme, avec un de ses superbes t-shirts (Stéphane Méjanès, si tu me lis, je te le dis solennellement : tu as de la concurrence), sa vivacité joyeuse contrastant avec l’état de fatigue de Sylvain. Car il est fatigué. Il le dit. Il a des valises sous les yeux. Depuis l’ouverture du restaurant, il dort quatre heures par nuit. Il manque de personnel. Ce sont des choses qui arrivent dans un nouveau lieu. Tiens le coup, ça va passer.

fleur de pavé

fleur de pavé

Tout au long du repas, nous serons captivés et charmés par l’éloquence des accords vins réalisés par le sommelier. Nous commençons par un excellent champagne, très peu dosé, d’un producteur qui m’était encore inconnu : 45 % pinot meunier, 45 % chardonnay, le reste en pinot noir.

fleur de pavé

Arrive une petite brioche à partager qui est, nous dit Sylvain, un pain écossais. Dégusté avec une très bonne huile d’olive.

fleur de pavé

Nous avons choisi le déjeuner parfum végétal, en quatre services, ode aux produits d’Asafumi Yamashita, et où les touches carnées sont d’une grande discrétion. On pourrait parler de menu végétarien, sans les deux lamelles de lardo maison que j’ai trouvées sur le risotto. Comme toujours chez Sylvain, les amuse-bouche sont des plats en miniature, aussi minutieusement élaborés que du grand format. Tzatziki et concombre sur sablé au parmesan.

fleur de pavé

Tartelette de riz noir, caviar d’aubergine, labne fumé, daikon et fleur d’oignon de Roscoff. On commence à percevoir les souvenirs de voyage, mais pour avoir pris des notes dans le vaste monde, Sylvain conserve son style particulier. Sa cuisine, c’est la même chose qu’avant, en mieux.

fleur de pavé

Je connais ce chou-fleur froid en purée crémeuse, coiffé de quelques copeaux arachnéens de chou-fleur mandoliné. Ce classique du chef a gagné en précision, en netteté, en fraîcheur.

fleur de pavé

Une salade qui reflète l’abondance et la variété du potager de M. Yamashita, je ne vais pas énumérer tous ces légumes si tendres, j’en oublierais certainement. Mention spéciale pour les petits concombres, le vieux parmesan, les amandes grillées (praliné, dit le menu).

fleur de pavé

Soit dit en passant, les petits malins qui ricanent dès qu’on inclut le nom d’un producteur dans l’intitulé d’un plat (je vous vois) n’ont qu’à goûter cette salade pour comprendre pourquoi, dans ce cas précis, il faut le faire. Les autres n’ont besoin d’aucune explication.

fleur de pavé

Betteraves, basilic et sauce curry d’inspiration thaïe.

fleur de pavé

C’est tellement beau qu’on s’y attarde en images.

fleur de pavé

fleur de pavé

Charmante interprétation du risi e bisi, ce risotto aux petits pois est garni de basilic, de lardo maison et de fleurs d’oignon de Roscoff.

fleur de pavé

Un petit jus de volaille tranché complète le plat.

fleur de pavé

Ce domaine-d’aupilhac (montpeyroux) 2004 porte gracieusement son âge en développant des notes sèches, plus proches de la garrigue et du romarin que du fruit rouge.

fleur de pavé

Chacun de ces fromages est accompagné d’un condiment maison : grenade-basilic pour la bûchette de banon, fruits secs et caramel pour le saint-nectaire ; miel, noix et vin jaune pour le comté.

fleur de pavé

fleur de pavé

Dans ce dessert, le Liban et la fleur d’oranger pointent le bout de leur nez : crémeux de lait comme un ashta, fraises gariguettes et tonka, pétales de rose et glace pistache.

fleur de pavé

L’accord vin, surprenant : un pèt’ nat’ sec et fruité, légèrement oxydatif, qui fait le job avec grâce.

Fleur de Pavé – 5 rue Paul Lelong, 75002 Paris. Tél. : 01 40 26 38 87. Menu déjeuner parfum végétal 45 €, menu dégustation 95 €, carte environ 70 €.

À la petite cuillère
Textes et photos : Sophie Brissaud

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (100%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *