Bel Ordinaire

Le Bel Ordinaire : beau, oui ; ordinaire, non

23 juin 2017  0  À la petite cuillère
 

signature-food-and-sensAlors comme ça, le gars Sébastien Demorand a enfin ouvert son bouclard. Le projet a mis des années à se monter ; le voici accompli depuis le printemps 2017. Que se passe-t-il quand un journaliste, présentateur, homme de radio et surtout figure majeure de la scène culinaire française — Sébastien fait partie de l’histoire : il est non seulement l’inventeur du terme « bistronomie », mais aussi le premier à avoir flairé et identifié cette tendance qui a changé la face de la restauration mondiale — devient restaurateur ? Quand c’est fait avec le talent et le souci du détail qu’on connaît à Sébastien, cela donne Le Bel Ordinaire, quelque chose de très réussi et — malgré la profusion dans la capitale de caves à manger, bars à petites assiettes, tapasseries plus ou moins chic ou abreuvoirs à copains —, etc., tout à fait original.

Bel Ordinaire

Je devrais essayer de faire court (Sébastien sait pourquoi — lol), mais j’ai pris plein de photos et j’ai des tas de choses à dire, alors voilà. Je vous résume l’affaire : Le Bel Ordinaire, c’est le lieu de Sébastien, dont il rêvait depuis longtemps. Il l’a mitonné, organisé, peaufiné, chiné, imaginé au petit poil. C’est grand, c’est haut de plafond, c’est joliment meublé et décoré dans un style brocante Fifties-cantine scolaire (Sébastien n’est-il pas coauteur de Cantines, ouvrage mémorable dont j’avais réalisé l’antistylisme en 2006 ?) et avec ce sens de la déco humble qui caractérise le bonhomme.

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Les cartes de visite sont aussi à son image, le gars Seb n’étant jamais avare d’un affreux jeu de mots (et on en redemande).

Bel Ordinaire

C’est plein d’étagères pour y déposer un magnifique choix de produits où notre amphitryon a mis tout son cœur. Vous y trouverez la pasta Fabbri de Florence, le meilleur piment d’Espelette (celui de Christian Aguerre, pardi), les confiotes du Château à Vincennes, du ketchup au chipotle (miam !), du saint-nectaire fermier, du saucisson du mont Gerbier-de-Jonc et la meilleure des harissas.

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Ces étagères, c’est aussi pour ranger une très belle collection de bouteilles d’un bon naturel et raisonnablement tarifées. C’est aussi plein de tables et de chaises, avec une longue table d’hôtes au milieu. Avant de vous attabler, vous allez choisir votre quille, soit dans les rayons, soit au frigo. Et vous pouvez repartir avec l’un ou l’autre, ou tout un tas, de ces excellents produits d’épicerie fine amoureusement sélectionnés. Vous pouvez enfin ouvrir le pot de harissa à table et le manger entièrement avec vos doigts, par exemple.

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Une visite au Bel Ordinaire donne l’occasion d’admirer Sébastien sous tous ses aspects. Ici en mode bistrotier parisien fier de son œuvre ; il ne lui manque plus que le vieux berger allemand étalé sur le pavé.

Bel Ordinaire

Ou alors en mode Vatel quand une livraison de queues de langouste tarde à se manifester. Il est alors urgent de planquer tous les objets tranchants, des lames de cuisine aux couteaux à beurre.

Bel Ordinaire

Mais les langoustes, ça va, ça vient. On se régalera d’autre chose ce jour-là. L’équipe de cuisine assure : Nicolas, assisté de Marin, sait faire à manger. L’expression est forte. Je ne l’emploie pas pour n’importe qui. Il fait de la vraie cuisine, de vrais plats, du vrai miam. « On a même fait de la piémontaise ! » s’exclame le patron, extasié. Continuez comme ça, faites même du bœuf miroton, du riz Condé, des lucullus, c’est jamais moi qui vous en empêcherai ; mais en attendant, on choisira avec appétit ce qu’il y a à la carte.

Bel Ordinaire

L’excellent bordeaux bio château-falfas fait partie de la belle sélection de vins.

Celle-ci est divisée en cinq catégories : vert, mer, chair et desserts, plus une série d’en-cas. Les quatre premières sont de vrais mets en mode entrée, plat, dessert. La cinquième est plutôt du genre sur le pouce, tapas et zakouskis. Et tout est très bon, mitonné, bien relevé, à base de beaux produits dont quelques-uns vous contemplent du haut des étagères. Voilà, c’est ainsi que fonctionne Le Bel Ordinaire, un lieu polyvalent et inspirant d’usage extrêmement facile et même réjouissant par sa simplicité. Vous pouvez y aller sans hésiter, même par temps de canicule (comme à l’heure où j’écris), parce que la clim’ fonctionne, en plus.

Bel Ordinaire

Notre déjeuner commence par des œufs mayo au pimenton fumé. Simple et bon.


Bel Ordinaire

On continue avec une délicieuse raviole aux olives qui cache un œuf cuit à basse température, sur un lit d’oignons fondus au balsamique, le tout parsemé d’un superbe parmigiano Reggiano.


Bel Ordinaire

À côté, un ceviche de maquereau aux cerises et au kaki. Culotté, acidulé et frais.


Bel Ordinaire

On enchaîne sur un rougail de boudin noir avec tomates, banane et pulpe de Passion. Encore plus culotté, et savoureux.


Bel Ordinaire

Et pour finir, osons le marbré au chocolat et la compote de rhubarbe aux fraises !

Bel Ordinaire

Bel Ordinaire

Siroté avec tout ça, Mosquito, excellent muscat d’Alexandrie assemblé avec 10 % de chenin, de Lise et Bertrand Jousset à Montlouis-sur-Loire, magnifique cocktail de fraîcheur, de sec et de douceur.

Pourrais-je résumer ce lieu en une phrase ? C’est une espèce de quadrature du cercle, parce que c’est apparemment fondé sur une formule qu’on croit trouver partout, mais ça ne ressemble à rien de connu.

Le Bel Ordinaire – épicerie, cave, table. 54, rue de Paradis, 75010 Paris. Tél. 01 46 27 46 67. Métro Poissonnière. Ouvert du mardi au samedi de 11 heures à 23 heures. Fermé dimanche et lundi.

À la petite cuillère
Textes et photos : Sophie Brissaud

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (100%)
  • Inquiétant (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *