malbouffe fast food

Malbouffe – ce que dit le rapport parlementaire sur l’alimentation industrielle présenté hier à L’Assemblée Nationale

27 septembre 2018  1  Dossiers F&S F&S LIVE
 

signature-food-and-sens Après 6 mois d’enquête et 40 auditions, le rapport parlementaire sur l’alimentation industrielle a été présenté hier à l’Assemblée Nationale. Le document rédigé par les députés de la commission d’enquête fait une série de propositions sur la fabrication, l’éducation, la publicité, la lutte contre les inégalités sociales ou encore la recherche et vise à encadrer plus strictement le secteur.

malbouffe

Réduire le nombre d’additifs autorisés – Le rapport préconise d’agir sur les processus de fabrication. Il entend par exemple mettre en place une stratégie visant à faire évoluer les pratiques des industriels dans l’utilisation des additifs dans les aliments transformés et ultra transformés. D’ici 2025, il ne devrait y avoir que 48 additifs, dont seulement quatre d’origine chimique, contre 338 autorisés aujourd’hui. Ces additifs sont ceux autorisés actuellement dans l’alimentation bio. Ils seraient utilisés de manière limitée dans un même produit transformé. Il ne serait utilisé qu’un seul additif par catégorie au sens de l’arrêté du 2 octobre 1997, à savoir un seul colorant, un seul conservateur et un seul exhausteur de goût. Les industriels devront également réduire la teneur en contaminants et résidus dans les aliments et dans les emballages.

Limiter la teneur en sel – Les rapporteurs suggèrent également d’instituer réglementairement une limitation de la teneur en sel, en sucre et en acide gras. Ils proposent un échéancier afin d’atteindre l’objectif de conformité aux recommandations de santé de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) d’ici cinq ans maximum. Alors que les Français consommeraient en moyenne 10 à 12 grammes de sel par jour, la recommandation de l’OMS est de 5 grammes. Le non-respect de ces nouvelles obligations sera financièrement sanctionné. Selon les auteurs du rapport, il conviendrait par exemple de fixer, dès à présent, la teneur maximale en sel des produits pour le pain à 18 grammes par kilo de farine, avec l’objectif de ramener ce plafond à 16 grammes dans un délai de trois ans.

Améliorer la qualité des repas à l’école et à l’hôpital – Le rapport parlementaire souhaite également renforcer l’éducation à l’alimentation dans les établissements scolaires dès le plus jeune âge en l’érigeant notamment au rang des enseignements obligatoires. La restauration collective entre aussi dans le champ des recommandations des rapporteurs, qui souhaitent faire une priorité de l’amélioration de la qualité nutritionnelle des repas en milieu scolaire. La qualité des repas servis en milieu hospitalier devront aussi être améliorés, de même qu’en Ehpad, afin de lutter contre la dénutrition des personnes âgées.

alimentation industrielle

Rendre le logo Nutri-Score obligatoire – Autre axe d’action préconisé par le rapport : la publicité. Le logo Nutri-Score sur les produits transformés et ultra transformés fabriqués en France sera rendu obligatoire, de même que l’étiquetage d’une mention de l’origine des produits et la proportion globale d’additifs. Nutri-Score a été lancé en novembre 2017 par le gouvernement. Cet étiquetage facultatif classe les aliments selon leur qualité nutritionnelle, mais il n’est présent que sur une petite partie des produits alimentaires. Il devait permettre aux consommateurs de comparer la qualité nutritionnelle d’un même type de produits. Employés que par les industriels volontaires, le Nutri-Score rencontre des réticences chez les industriels de l’agroalimentaire qui, pour certains, s’y sont opposés. L’étiquetage doit aussi faire face à des concurrents comme l’application Yuka.

Créer une allocation pour les plus démunis – Les députés signataires entendent aussi lutter contre les inégalités sociales en mettant en place une allocation sous forme de coupons délivrés par les caisses d’allocations familiales, destinée aux familles en situation de pauvreté ayant des enfants à charge, afin de leur permettre de s’alimenter plus conformément aux recommandations du Programme national nutrition santé.

Créer un secrétariat général à l’alimentation – Pour encadrer et suivre ces nouvelles mesures, un secrétariat général à l’alimentation pourrait être créé. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) ainsi que la Direction générale de l’alimentation (DGAL) devraient voir leurs moyens en personnel et dispositifs techniques renforcés. Le rapport fait également une série de propositions sur la recherche publique afin d’évaluer notamment les effets sanitaires de l’alimentation industrielle.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (0%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Une réflexion au sujet de « Malbouffe – ce que dit le rapport parlementaire sur l’alimentation industrielle présenté hier à L’Assemblée Nationale »

  1. 1011

    En rapport avec votre article, plasticienne engagée, j’interroge la question de l’alimentation dans notre société. Une 1ère série de dessins clin d’oeil à l’oeuvre de René Magritte « Ceci n’est pas une pomme ». La légende diffère cependant. Sous l’image d’un fruit ou d’un légume la liste exhaustive des produits phytosanitaires que contiennent pommes, fraises, pomme de terre … :  » Ceci est du Abamectine , Acequinocyl , Clofentézine , Etoxazole … »
    A découvrir la série en cours de réalisation : https://1011-art.blogspot.com/p/hommage-magritte.html

    Mais aussi « Pouvoir d’achat » . Absurdité et cynisme des mots utilisés pour l’étiquetage des barquettes de viandes. S’il fallait encore un argument. Cette série de dessins aux crayons de couleur reprend mot pour mot les étiquettes des communicants de l’agroalimentaire. Affligeant comment les slogans font avaler n’importe quoi …

    A découvrir : https://1011-art.blogspot.fr/p/dessein.html
    âme vegane s’abstenir …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *