Dominique Loiseau :  » Aujourd’hui on dit clairement, à Saulieu, c’est la cuisine de Patrick Bertron. « 

07 juin 2016  1  DÉNICHÉ SUR LE WEB
 

signature-food-and-sens C’est sur le site So Food So Good que Dominique Loiseau personnalité hors du commun de l’univers de la restauration gastronomique répond à un longue interview sur l’avenir de sa maison à Saulieu, du guide Michelin, des nouvelles orientations de ses restaurants… Les pieds sur terre, la restauratrice a toujours su relever les défis pour faire perdurer le nom Loiseau, un nom mais aujourd’hui surtout une famille.

Extraits – Pour retrouver l’article dans son intégralité cliquez sur le LINK 

so food so good

Treize ans après la disparition de Bernard Loiseau, son épouse Dominique, embarque le groupe et la maison Loiseau vers une nouvelle histoire: la sienne. Haut et fort, alors qu’elle a perdu une des ses trois étoiles en février dernier, Dominique Loiseau défie le guide Michelin. Comme disait Akrame, déchu lui aussi en 2016, « il faut vivre« . « A partir de maintenant,  c’est Patrick Bertron qui part à la reconquête de l’étoile« , soutient Dominique Loiseau. Ancien second de Bernard, le chef breton arrivé en Bourgogne il y a 34 ans, assume donc la vengeance de Saulieu.

…/…

« A partir de maintenant , Patrick revisite les classiques de Bernard  qui prennent une plus petite place au sein de notre carte, pour qu’il puisse mieux affirmer son identité propre, de Breton d’origine et Bourguignon d’adoption« , assume Mme Loiseau. Malgré sa colère contre Michelin, avec qui elle s’est expliquée depuis la sortie du guide, elle part ouvertement à la recherche d’étoiles, positionnant Saulieu sur les trois étoiles et ses deux établissements parisiens pour une première. « Il y a un truc avec les étoiles chez nous« , lâche la veuve de Bernard.

so food so good

Quelle est cette nouvelle orientation ?

On avait déjà pris cette orientation mais on ne l’exprimait pas beaucoup. On était en transition, entre Bernard et l’évolution depuis. Aujourd’hui on dit clairement, à Saulieu, c’est la cuisine de Patrick Bertron. Son origine bretonne, ça dans le menu, on ose l’écrire. On identifie mieux sa cuisine. Un chef c’est un chef. On le respecte !

N’aurait-ce pas été plus simple avec un nouveau chef?

Comment aurais-je rassuré les clients ? J’aurais mis du temps à lui expliquer ce qu’est le style Loiseau. Les gens y sont tellement attachés. Bertron, ca rassure.  Il y a tout un aspect psychique quand quelqu’un disparaît. Pas question que les gens se disent, « il n’y a plus rien là bas ».

 

Pourquoi avoir tant attendu?

On ne se détache pas d’un Bernard Loiseau du jour au lendemain. Quand il vous arrive un truc pareil,  le lendemain vous ne vous dites pas, c’est ma cuisine désormais. On n’en était pas capable et sans doute, le client n’aurait-il pas aimé. Patrick Bertron est désormais arrivé à maturité. Il fallait être fidèle à un homme mais pas faire un musée. Evoluer, ça n’est pas changer du jour au lendemain. Depuis le départ de Bernard, on a évolué régulièrement à notre rythme.

P. Bertron D. Loiseau

Et vous ?

C’est pareil pour moi. J’ai du me démener. Faire des émissions comme Ardisson c’est pas du plaisir ! J’ai fait un bouquin, j’ai du rassurer les gens. Les gens pleurent encore quand ils parlent de lui. Tous les Français rêvent de venir chez nous. C’est incroyable.
Aujourd’hui c’est ma maison. Il y a un esprit, mais je fais comme j’ai envie de faire, sans trahir. J’ai envie d’avoir une maison à mon image. Je rajoute des détails, met une touche féminine, très intimiste, je travaille les recoins, je fais beaucoup le jardin, c’est moi la paysagiste. Tout ce que je fais ici doit avoir du sens : répondre soit à la Bourgogne, soit à Bernard Loiseau. Je ne veux pas une maison poussiéreuse ni nostalgique. On veut pas être triste ni un musée.

 

Vous repartez dans une séduction Michelin, malgré une prise de position assez virulente contre le Guide rouge dès février…

Je n’ai pas flingué Michelin. J’ai voulu surtout relativiser son impact. Les réseaux sociaux font aussi bien pour nous que les étoiles. J’étais très choquée et déçue mais la réalité c’est que les clients viennent d’abord voir le site avant un établissement Michelin. Le nom Loiseau pour les Français reste tellement fort qu’ils ne viennent pas que pour les trois étoiles. Il y a d’autres atouts. J’ai voulu montrer que je n’étais pas obnubilée par les étoiles comme mon mari. Il y a un truc avec les étoiles chez nous. C’est dans nos gènes. On a eu 25 ans de 3 étoiles.

 

Mais pourquoi investir à nouveau sur les étoiles?

Cette course est nécessaire. C’est bon pour l’égo d’un chef, d’une équipe. Ça booste tout le monde d’aller vers 3 étoiles. Si on les retrouve pas, on restera à 2 et ça sera très bien. Je ne suis pas Bernard Loiseau. Si je les ai tant mieux, si je les ai pas tant pis. Michelin ne va pas nous les remettre en une année. Ils vont nous faire poireauter un peu parce que si on les récupère, ça va faire beaucoup de bruit. On fait au mieux, on se donne les moyens.

 

A Paris (Loiseau Rive Droite et Loiseau Rive gauche), vous assumez également cette recherche de la première étoile?

A Saulieu, j’ai beaucoup d’atouts. A Paris, il faut déplacer les gens, sortir du lot, se battre, se démarquer.

…/…

Copyright : O. Mattei Facebook – Groupe Loiseau

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (44%)
  • Inquiétant (33%)
  • Mmmm interessant (22%)
  • Amusant décalé (0%)

Une réflexion au sujet de « Dominique Loiseau :  » Aujourd’hui on dit clairement, à Saulieu, c’est la cuisine de Patrick Bertron. «  »

  1. Grillot-Perazzi

    Nous avons eu la chance de passer 2 jours chez Dominique Loiseau à la Côte d’or à Saulieu.
    Ce fut un vrai moment de bonheur ,de détente, une véritable évasion qui nous a fait oublier tout le stress de la semaine.
    Le personnel est charmant et toujours à notre disposition quand il le faut.
    Le Spa est splendide et tellement complet qu’on a plus envie d’en sortir!
    La cuisine est délicieuse, raffinée,et l’on en prend plein les yeux et les papilles!
    Tout cela dans un cadre magnifique, reposant, décoré avec beaucoup de goût.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *