La chef pâtissière Sharon Anderson réclame 200 000 £ au chef Heston Blumenthal pour des raisons de douleurs chroniques au poignet

01 novembre 2019  1  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens La chef pâtissière Sharon Anderson réclame 200 000 £ au chef Heston Blumenthal pour des douleurs chroniques au poignet provoquées par son travail intensif dans l’établissement irlandais du chef étoilé à Bray.

 La chef affirme que le travail était «trop rapide, ardu et répétitif», et que ceci lui a causé des douleurs dans son poignet. Elle réclame par voie de justice au chef anglais Heston Blumenthal de la Fat Duck Restaurant plus de 200 000 £.

Sharon Anderson, chef pâtissière de 28 ans, originaire de Letterkenny dans le Donegal en Irlande, a travaillé au restaurant étoilé au guide Michelin de Heston Blumenthal à Bray, dans le Berkshire, de juin 2014 à novembre 2015.

La chef pâtissière a déclaré qu’après avoir été contrainte de fabriquer des milliers de cartes à jouer au chocolat, elle a subi d’importantes douleurs au poignet. Elle a utilisé tous les jours une pince à épiler pour placer 400 bonbons dans de petits sacs et a créé des centaines de ces bonbons au whisky dans le cadre de son travail.

La chef Anderson poursuit The Fat Duck Ltd pour lui avoir confié des tâches qui étaient «trop rapides, pénibles et répétitives pour elle» et qui, selon elle, la faisaient souffrir créant de la dépression et de l’ anxiété .

Le restaurant nie être responsable des maux chroniques qu’elle ressent, affirmant que son travail était commun à la forme de pâtisserie pratiquée dans d’autres «restaurants gastronomiques».

Les documents détaillent l’étendue de douleurs de la chef Anderson,  qui selon elle, l’ont empêchée de travailler depuis son départ du restaurant. Une plainte a été déposée auprès de la Haute Cour de Londres par ses avocats.

Ils ont expliqué comment Mme Anderson avait débuté à The Fat Duck en qualité de commis de cuisine pour une période de six mois, consistant à effectuer des tâches des préparations  nécessitant une grande dextérité manuelle.

La chef a confié qu’elle démarrait son travail à 7h le matin,  passait quatre heures par jour à emballer individuellement  des bonbons dans des sacs en cellophane, avant de créer des cartes à jouer au chocolat de 11h30 à 16h.

Les cartes à jouer au chocolat étaient fabriquées dans des moules en métal et en plastique, pesant plus d’un kilogramme et pouvant créer seulement 12 cartes à la fois. Une fois la tâche achevée, les moules pesaient environ deux kilogrammes.

Mme Anderson a déclaré avoir comme mission de créer 180 cartes à jouer en chocolat par jour.

«Le processus  devait être exécuté dans des délais rapides, avant que le chocolat ne soit pris dans chaque moule», a déclaré l’avocat de la chef dans des documents judiciaires.

En janvier 2015, la chef a déménagé à Melbourne, en Australie, pour le restaurant The Fat Duck du chef Blumenthal tandis que ses locaux dans le Berkshire, étaient en cours de rénovation. Elle a ajouté que si son travail sur place se poursuivait dans un format similaire, elle se sentait contrainte de manipuler encore plus de moules à chocolat, car les cartes de chocolat fondaient plus rapidement car le climat en Australie est plus chaud.

«Le 23 juin 2015, la douleur était devenue très importante, elle a rendu visite à une physiothérapeute qui lui avait dit que la douleur était causée par ses longues heures de travail et son travail répétitif», a déclaré son avocat. Bien qu’elle ne ressente plus autant de douleur à l’avant-bras , les professionnels de la santé ont découvert par la suite que Mme Anderson avait eu un ligament déchiré au poignet gauche,.

Toutefois, comme indiqué dans les documents du tribunal, la chef pâtissier souffre toujours de «douleurs au poignet» lorsqu’il effectue des tâches manuelles quotidiennes, telles que conduire et cuisiner. Les avocats de la chef ont déclaré que The Fat Duck ne laissait pas suffisamment de temps à la chef pour se reposer et « l’obligeait à travailler toute la journée sous pression ». Le restaurant a indiqué qu’à ce moment-là on lui avait confié des tâches plus légères. Les avocats de la défense ont fait valoir que le travail effectué par Mme Anderson faisait partie des standards de la haute cuisine dans le monde et qu’il n’était pas connu pour déclencher un «trouble du membre supérieur».

Les avocats de Heston Blulmenthal ont également déclaré que la chef pâtissière avait déposé sa plainte trop tard, et surtout sans avoir informé le restaurant du problème de santé.

Le juge de la Haute Cour a été informé que davantage de tests médicaux seront nécessaires pour connaître exactement la nature de la blessure de la chef Anderson avant d’instruire un jugement. «Compte tenu de son état de santé, il lui est très difficile de trouver un emploi», a déclaré à la Cour son avocat, David Pool, ajoutant que Mme Anderson «ne peut pas travailler en tant que chef pour le moment». L’affaire sera renvoyée devant les tribunaux en 2020.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (61%)
  • Je suis fan (22%)
  • Amusant décalé (11%)
  • Mmmm interessant (6%)

Une réflexion au sujet de « La chef pâtissière Sharon Anderson réclame 200 000 £ au chef Heston Blumenthal pour des raisons de douleurs chroniques au poignet »

  1. Slim

    Un classique des conditions de travail, stress issu des exigences de qualité, quantité sous contraintes de temps, lieux et environnement de travail anxiogène provoquant au terme d’une durée d’exposition la sécrétion d’adrénaline, noradrénaline les catécholamines, ainsi que des anti-inflammatoires naturels cortisol, cortisone…afin de préparer le corps aux hypersollicitations du système musculosquelettique qui articulé par les liaisons os muscles, tendons ligaments, articulations…les symptômes apparaissent après une exposition aux gestes répétitifs avec contraintes angulaires, forces exercées, efforts… en France ce phénomène peut être reconnu comme maladie professionnelle sous le terme de temps troublés musculosquelettique par l’assurance maladie… voir le site inrs
    http://www.inrs.fr/risques/tms-troubles-musculosquelettiques/ce-qu-il-faut-retenir.html
    http://www.inrs.fr/risques/tms-troubles-musculosquelettiques/prevention.html

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *