Michelin 2017 : Qui vivra … Veyrat !

30 janvier 2017  1  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens Il est de retour sur la scène médiatique, le chef le plus emblématique de Savoie renait de ses cendres ( enfin de celles de son restaurant qui a brûlé l’hiver dernier ), le chef Marc Veyrat refait parler de lui, d’autant que l’on approche de la sortie du guide Michelin 2017 et que le chef a dit haut et fort qu’il repartait à la conquête des étoiles.

Une chose semble certaine, c’est qu’il pourrait être classé au moins deux étoiles, la troisième étoile pourrait être à sa portée, mais il semble que ce soit trop tôt pour Michelin, qui n’a pas le recul nécessaire pour juger cette maison somme toute nouvelle.

Sur son blog aujourd’hui, le journaliste Gilles Pudlowski indique : «  S’il attend patiemment le verdict du Michelin pour cette année, Marc Veyrat ne se fait guère d’illusions sur sa nomination suprême cette année pour la Maison des Bois de Manigod, rappelant: « ayant ouvert il y a trois mois de manière officielle, nous ne pourrons décrocher sans doute la récompense suprême au guide rouge, puisque même Ducasse et Le Squer,  après leur transfert ont obtenu 2 étoiles. Donc, ce sera j’en suis persuadé, pour l’année prochaine. Les inspecteurs sont venus nous visiter lorsque nous étions en travaux et en période de mise en place, cela ne se fait pas en un jour. » On se rappelle tout de même Yannick Alleno, deux après son arrêt au Meurice, a obtenu d’emblée trois étoiles chez Ledoyen. A coeur vaillant, rien d’impossible. Et Marc Veyrat ne manque pas de vaillance. Tout est donc possible. « 

Une partie de la réponse à nos questions est donc ci-dessus, donc au final  » QUI VIVRA… VEYRAT ! « .

Le quotidien Le Dauphiné lui a consacré dans les derniers jour un long papier… habillé de photos sur place … retrouvez l’article ci-dessous.

La nouvelle résurrection de Marc Veyrat, le pape noir de la cuisine

Comme un éternel recommencement, l’homme au chapeau a rouvert son restaurant, à 1500 mètres d’altitude.

Le feu. Dans le restaurant perché sur les hauteurs de Manigod (Haute-Savoie), il avait tout dévoré. Mordant le bois. Tordant les métaux. Explosant le verre. Une nuit de fin d’hiver, Marc Veyrat avait bien failli tout perdre.

Sous le chapeau noir, le bonhomme aussi avait souffert, bousculé par les coups du sort et un peu, aussi, par ses propres péchés. D’abord cet incendie, qui avait ravagé sa Maison des Bois en mars 2015.

Et puis cette sale affaire, qui l’avait conduit, en décembre de la même année, devant le tribunal d’Annecy. Il était, entre autres, accusé d’avoir pris trop de libertés dans l’abattage des arbres dans sa montagne.

« Ils étaient frappés par le bostryche. J’ai agi en paysan. Comme mon père » avait-il alors confessé. Sans succès. Condamné. À payer et à replanter. « J’ai pris un coup sur la tête. Sur le moment, ça m’a démoli. J’en ai fait un burn-out, » soupire-t-il.

Pourtant, bien que persuadé qu’« on a voulu se faire Veyrat », aujourd’hui, il en sourirait presque. « D’autant plus, fulmine-t-il en brandissant un courrier de la préfecture, que quelques mois plus tard, on m’intimait l’ordre d’abattre mes arbres sur une parcelle voisine… Justement parce qu’ils étaient atteints du bostryche ! » Pour lui, c’est Kafka au pays du reblochon. Mais aussi le signal d’une forme de rédemption.

Car entre-temps, il avait poursuivi la reconstruction de son restaurant de Manigod qui, au sens littéral, renaît aujourd’hui de ses cendres. 

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Amusant décalé (67%)
  • Je suis fan (17%)
  • Inquiétant (17%)
  • Mmmm interessant (0%)

Une réflexion au sujet de « Michelin 2017 : Qui vivra … Veyrat ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *