Joël Robuchon confirme l’Institut de Gastronomie à Montmorillon :  » C’est sur le point de se boucler. Avant les vacances on aura tout finalisé. « 

11 avril 2018  1  Chefs & Actualités
 

signature-food-and-sens Alors que beaucoup pensent dans la région Poitoux-Charente et dans le centre que le projet d’école de gastronomie Joël Robuchon ne se fera jamais, le chef aux multiples étoilés tient à couper court aux rumeurs. il indique clairement au quotidien Centre-Presse «  C’est sur le point de se boucler. Avant les vacances on aura tout finalisé.  » et il explique pourquoi le projet a pris du retard.

EXTRAITS 

Votre projet a pris du retard. Que s’est-il passé?

« Nous avions des investisseurs qui allaient dans une orientation que je ne souhaitais pas. Ils voulaient faire des écoles en priorité à l’étranger, en Chine, aux Etats-Unis, etc. Ils étaient prêts mais ils voulaient que je m’investisse tout de suite dans d’autres écoles. Moi je veux faire Montmorillon. Une fois que Montmorillon a bien réussi, pourquoi ne pas aller à l’extérieur, où il y a une très grosse demande. Il y aura une période de développement au début, qui demandera un certain temps pour se faire connaître avec des gens qui soient là. Le dossier est entre de très bonnes mains actuellement. Dans peu de temps on va pouvoir annoncer la décision définitive. C’est un projet qui me tient à coeur. »

Quand espérez-vous lancer le chantier?

« C’est sur le point de se boucler. Avant les vacances on aura tout finalisé. Ce sont des contrats importants. Je veux quelque chose qui se concrétise dans la pérennité, pour l’avenir de nos jeunes. »

Vous ne vouliez pas que l’école de Montmorillon serve de base arrière à un développement international rapide?

« Exactement. Tout le monde se servait de Montmorillon pour un développement international et ce n’était pas Montmorillon qui les intéressait. Pour moi c’est le contraire. Montmorillon en premier et le développement international après. Autrement il y a longtemps que ce serait fait. J’avais trois investisseurs prêts tout de suite. On voulait que je fasse des pilotes à l’étranger avant que les travaux de Montmorillon soient finis. J’ai dit non. Je fais Montmorillon et après l’étranger. C’est ma région, c’est chez moi, ça me tient à coeur et je ne fais pas n’importe quoi. Alors bien sûr je comprends très bien que tout le monde soit un peu pressé, mais il y a une somme importante à investir. »

Ces derniers mois, beaucoup redoutent à Montmorillon que votre projet soit abandonné.

« C’est normal, je les comprends très bien, c’est légitime qu’ils se posent la question. Vous pouvez les rassurer. Si j’accepte tout de suite ce qu’on me demande, on va faire des écoles à Shanghai, aux USA et Montmorillon passera après. On n’y fera pas ce qu’on veut. Je ne veux pas d’une école traditionnelle avec des salles de classe, où il n’y a pas d’âme. Je veux un endroit chaleureux, qui corresponde au site, unique au monde; c’est mon ambition et on va y arriver. Je suis très positif. Je sais que les politiques poussent derrière mais les politiques ne font rien pour nous, à part Jean-Pierre Raffarin, qui se démène énormément. Pour participer, il ne faut rien attendre d’eux. »

La visite d’Emmanuel Macron il y a un an (entre les deux tours de l’élection présidentielle) a-t-elle facilité les démarches sur le volet administratif? Ce n’est finalement pas cet aspect qui est en cause dans les délais.

« Le retard pris est du côté de Joël Robuchon. J’ai revu Emmanuel Macron et je lui ai reparlé de l’école. Il a de la mémoire, il sera là quand on inaugurera. De ce côté il n’y a pas de problème. C’est moi qui ne veux pas faire faire n’importe quoi. Je veux du sérieux; je ne veux pas dire que les autres [investisseurs] n’étaient pas sérieux, mais ce n’est pas Montmorillon qui les intéressait. Ils voulaient s’en servir pour faire autre chose ailleurs. »

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Je suis fan (100%)
  • Mmmm interessant (0%)
  • Amusant décalé (0%)
  • Inquiétant (0%)

Une réflexion au sujet de « Joël Robuchon confirme l’Institut de Gastronomie à Montmorillon :  » C’est sur le point de se boucler. Avant les vacances on aura tout finalisé. «  »

  1. Marie Club Angus france

    Si il s’agit d’enseigner la cuisine avec des produits dexcellences je veux bien participer..en tant que eleveuse francaise de black angus et présidente du club angus France…. il est possible de fournir de la viande haute qualite à l’école et detre presente pour raconter également l’histoire de ce produit.www.blackie.fr à bientôt

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *