Negresco à Nice – Une succession qui attise les convoitises

24 avril 2016  0  DÉNICHÉ SUR LE WEB
 

signature-food-and-sens Vous êtes peut-être passé à côté de l’article, mais Food&Sens l’a sélectionné pour vous… La succession du luxueux hôtel Le Nagresco à Nice attire les convoitises, lisez ci-dessous quelques extraits de l’article du magazine Le Point  » Qui veut le Magot du Negresco ? « 

Pour retrouver l’article dans son intégralité cliquez sur le LINK

Le Point

Chacun guette la proie avec envie mais l’heure n’a pas encore sonné. Hospitalisée il y a deux semaines durant cinq jours, Jeanne Augier, la propriétaire du Negresco, âgée de 93 ans, a pu regagner les 200 mètres carrés qu’elle occupe au 6e étage du mythique 5-étoiles niçois. Un palace édifié sur la promenade des Anglais et acquis en 1957 par son père, grâce à la vente de ses hôtels de passe, selon la chronique locale. Un cocon rococo qui, ces dernières années, est devenu une prison pour la vieille dame, unique détentrice d’un patrimoine évalué entre 100 et 300 millions d’euros. Affaiblie par la maladie d’Alzheimer, celle qui a toujours refusé de vendre son établissement est désormais cernée de prédateurs décidés à se partager ses biens.

Negresco

A Nice, ce n’est plus un secret depuis longtemps, la vieille dame au carré roux n’a plus toute sa tête. L’accès à ses appartements est filtré. La patronne est placée sous tutelle depuis 2013, de même que l’ensemble de ses actifs, désormais gérés par une administratrice judiciaire. Ses derniers fidèles la décrivent comme l’otage d’un « clan », des membres de l’ancienne direction décidés à s’accaparer l’établissement.

« Jeanne Augier passe le plus clair de son temps sur sa chaise face à un mur. C’est la fin. La direction lui a interdit la présence de ses animaux. Ils ont même voulu euthanasier Carmen, sa chatte. Elle a été sauvée in extremis », prétend l’un des rares visiteurs. La patronne a pourtant toujours eu un caractère bien trempé.

…/…

Le médecin psychiatre qui a expertisé Jeanne Augier en octobre 2013, à la demande du juge des tutelles, a établi que « les déficits cognitifs ont évolué depuis au moins le début de l’année 2011 ». Il ajoute : « Dès janvier 2012, Mme Augier souffrait d’un état démentiel avéré et n’était plus en état de gérer ses affaires. » Ce rapport remet en question les décisions prises sous l’influence de Pierre Couette, mis en examen pour abus de faiblesse il y a un mois par le juge d’instruction niçois. Le trentenaire, ancien étudiant de l’Ecole du Louvre, s’était fait engager comme conseiller culturel grâce à l’appui du directeur, Michel Palmer, dont il était le protégé. Aussi, quand ce dernier introduit Pierre Couette auprès d’elle, l’adopte-t-elle, évidemment. Pierre Couette sait y faire. Flagorneur, il a le mérite de mettre la vieille dame en valeur. Livre et exposition lui rendent régulièrement hommage.

Augier
…/…

Il avait signé deux contrats de travail. L’énumération des clauses de l’un des deux, qui lie Pierre Couette au Negresco, prête à sourire : un salaire annuel de 16 900 euros pour 52 heures de travail mensuel, la prise en charge de ses repas dans le restaurant de l’hôtel – 2 étoiles au guide Michelin -, la mise à disposition d’un logement et d’un parking dans l’immeuble attenant à l’établissement (propriété de Jeanne Augier). …/… Pierre Couette a été licencié depuis sans que l’administratrice judiciaire se plie aux termes du contrat – sa prime de départ de 500 000 euros liée à son second contrat ne lui a pas été versée. Joint par Le Point, son avocat n’a pas donné suite à nos sollicitations.

Il est loin d’être le seul à avoir profité des largesses de Jeanne Augier, à en croire le père Gil Florini, curé de la paroisse Saint-Pierre-d’Arène, ami de la propriétaire du Negresco et administrateur du fonds de dotation créé par Pierre Couette à la demande de Jeanne Augier pour gérer son héritage. L’ecclésiastique estime qu’entre 200 000 et 300 000 euros « sortaient » chaque année de l’hôtel sans validation de la comptabilité. Un ancien cadre de la direction est parti avec une prime de 150 000 euros parce qu' »on » a fait remonter son ancienneté à 1965 alors que, s’il s’agit bien de l’année de sa première embauche, il avait, entre-temps, quitté le Negresco, avant d’y revenir. Jeanne Augier lui a de surcroît versé une obole personnelle de 70 000 euros… Un autre dirigeant chargeait régulièrement son coupé Mercedes de plateaux-repas venant des cuisines du restaurant étoilé ou encore de la cave à vins, vidée de ses grands crus.

Jeanne Augier en 2011 et ses deux chiens dans le salon Versailles de l'hôtel Negresco © Valérie Hache / AFP

Jeanne Augier en 2011 et ses deux chiens dans le salon Versailles de l’hôtel Negresco © Valérie Hache / AFP

…/…

En 2009, Pierre Couette a créé le fonds de dotation dont il s’est nommé administrateur à vie, officiellement chargé de soulager « la misère animale et humaine », des causes chères à la vieille dame, et de faire fructifier le Negresco après la mort de sa propriétaire. Aujourd’hui doté de 1,3 million d’euros, ce fonds est loin de réunir toute la fortune de Jeanne Augier. D’autant qu’elle ne se limite pas au palace. La nonagénaire est également propriétaire de l’immeuble mitoyen, de plusieurs appartements à Paris, d’une maison sur les hauteurs de Nice et de divers comptes en banque, notamment au Luxembourg et en Suisse, « aujourd’hui en règle », précisent ses proches.

Déjà, ceux qui souhaiteraient profiter de la manne se livrent une âpre bataille judiciaire. D’un côté, l’administratrice judiciaire du Negresco – son cabinet perçoit une rémunération de près de 200 000 euros par an – tente de faire le ménage et multiplie les procédures contre les membres de l’ancienne direction soupçonnés d’abus de faiblesse.

De l’autre, les anciens « proches » de Jeanne Augier (Pierre Couette, le père Gil Florini, son médecin personnel…), administrateurs du fonds de dotation et appelés à devenir tout-puissants après le décès de la vieille dame. « Avant que la justice ne mette son nez dans ses affaires, le club fermé de la direction n’hésitait pas à lui faire signer tout et n’importe quoi. Il avait d’ailleurs échafaudé un plan pour lui piquer l’hôtel », déclare une source judiciaire.

…/…

Mais ce duel pourrait bien être arbitré par la famille même de Jeanne Augier. La vieille dame aurait établi un testament en 2009. Officiellement, elle n’a pas de descendants. Pourtant, sa cousine Madeleine Marie, âgée de 93 ans, vit toujours sur la promenade des Anglais, à 500 mètres de chez Jeanne. Bretonnes, elles avaient débarqué ensemble à Nice dans les années 50. Un temps employée de l’hôtel, Madeleine avait fini par rendre son tablier à sa tyrannique cousine et patronne. Depuis, elles se contentaient de prendre le thé ensemble. Les deux neveux de Madeleine (donc des petits-cousins de Jeanne Augier) sont employés comme chasseurs au sein de l’établissement.

Lorsque la direction de l’hôtel a tenté d’écarter la propriétaire de la gestion effective de l’établissement, elle a aussi tout fait pour éloigner ses familiers. Les petits-cousins de Jeanne Augier ont fait l’objet de brimades pour les pousser à la démission. De même que sa cousine Madeleine n’a plus de nouvelles de Jeanne depuis 2013. « Un jour, pour régler un problème domestique, je suis monté dans sa chambre, explique Alain Marie, le petit-cousin de Jeanne Augier. Elle m’a pris la main en pleurant et m’a dit : « Ils veulent me foutre dehors. » »

negresco

Plus étrange, lorsque la famille se manifeste auprès de la justice locale pour s’associer à la plainte déposée pour abus de faiblesse par l’administratrice judiciaire, le parquet classe leur plainte sans suite « au motif que les faits dont [ils se sont] plaints ne sont pas punis par la loi ».

…/…

« Il faut se méfier des descendants de dernière minute », assène pour sa part Me Francis Teitgen, le conseil de l’administratrice judiciaire. Madeleine Marie et ses neveux, héritiers au sixième degré, sont prêts à en découdre.

FACEBOOK TWITTER
VOTRE CLASSEMENT
  • Inquiétant (64%)
  • Mmmm interessant (16%)
  • Amusant décalé (12%)
  • Je suis fan (8%)

Une réflexion au sujet de « Negresco à Nice – Une succession qui attise les convoitises »

  1. Ping : Le Magot du Negresco… - Food & Sens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *